“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Basket : Monaco a mis le temps

Mis à jour le 06/12/2015 à 05:06 Publié le 06/12/2015 à 05:06
Drew au contact.
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Basket : Monaco a mis le temps

Vainqueur du Mans après prolongation (79­74), la bande à Nelson monte sur le podium

Le mano a mano a duré. Presque une éternité. La Roca Team aurait pu se mordre les doigts ce matin. Heureusement pour elle, il en est tout autre. Les hommes de Mitrovic poursuivent leur grand chelem dans leur antre et le scalp manceau rejoint un tableau de chasse qui s'étoffe. Mais que l'air fut irrespirable.

D'un côté, les Monégasques rentrent à un rythme tranquille sur le parquet. De l'autre les Manceaux sont décomplexés par leurs facilités lorsqu'ils quittent la Sarthe (4 victoires, 1 défaite avant le match de samedi).

S'immiscer dans la raquette de la Principauté ne ressemble pas à un labyrinthe pour les hommes de Kunter, mais Sy et Nelson savent rendre la pareille (8­9, 5').

L'imposant Yarou monopolise les rebonds (16 au total) et Drew va venir lui tirer les oreilles. Le meneur américain apporte fraîcheur, rapidité et s'engouffre dans les brèches laissées par l'arrière-garde mancelle.

Cette dernière commence à s'effriter quelque peu et laisse Sergii Gladyr réchauffer un Louis­II clairsemé, en dépit d'une affiche tenant ses promesses.

A la peine face à Châlons­Reims (13' et aucun point), l'Ukrainien montre un tout autre visage et laisse un semblant d'écart prendre forme (30­24, 15'). Mais l'envolée de la Roca Team est sommaire.

Le Mans est là pour rappeler au promu que s'il souhaite prendre son repas à la table des grands, la constance dans le jeu est un savoir­vivre indispensable. Cornelli s'amuse en dehors de la raquette et Amagou prend le relais au retour des vestaires (46­47, 27').

Sy délivre Louis­II

Une pause salvatrice pour les visiteurs, révélatrice de difficultés côté rouge et blanc. Aka et Uter boivent la tasse face au roc Yarou, là où Mbida ­ auteur d'un passage valorisant en Q2 ­ doit se contenter d'observer ses partenaires du banc.

Monaco laisse même McKee reprendre goût au panier. Le meneur manceau, jusqu'alors sous la couette (26' d'écart entre son deuxième et troisième point), sort timidement de sa réserve (48­52, 28'). Monaco réenclenche la première, histoire d'aborder le money­time dans une atmosphère plus appréciable (64­60, 38').

Le Mans cumule les pertes de balle et le déchet technique profite néanmoins aux Azuréens. Sy ne rentre qu'un lancer­franc sur deux, Dozier égalise (67­67, 40'). Etouffant. Peu visible, Ouattara utilise la prolongation pour gonfler ses stats du soir. L'arrière aligne six points et si Le Mans est tel un chien sur un os (74­74, 43'), le Français prend le rebond qui change tout, à trente secondes du terme.

Vieux briscard qu'il est, Sy trouve les jambes pour aller dunker et laisser Mitrovic retrouver le sourire (79­74, 45'). Ouf !

Encore du grand Nelson.
Uter et la Roca Team ont fini par prendre l'ascendant sur Le Mans.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.