Rubriques




Se connecter à

Voguer en bateau électrique sur la Siagne au son de la nature

À Mandelieu-la-Napoule, embarquez à bord de l’un des bateaux électriques de Sébastien Fascia. Un moment de poésie, accompagné du seul chant des cigales.

Agnès farrugia Publié le 15/08/2021 à 15:00, mis à jour le 15/08/2021 à 12:14
(Photo A. F.)

Derrière le Théâtre Robinson de Mandelieu-la-Napoule, dirigez-vous vers la Siagne et accédez au ponton de Sébastien Fascia. Au fil de l’eau vous attend une virée bucolique des plus dépaysantes. C’est une concession de la mairie, pour laquelle Sébastien Fascia a remporté l’appel à candidatures. Deux ans d’exploitation assurés et fort d’un investissement de 200.000 euros, le voilà qui propose, depuis mi-juillet, ses bateaux électriques à la location.

Tout électrique

Demi-heure, une ou trois heures, à bord d’un cinq ou sept places très chic. Les bateaux sont fabriqués en France, près de La Rochelle, et arborent une couleur rouge bordeaux spécialement créée pour eux.

Baudelaire, Aragon, Rimbaud, chaque embarcation porte le nom d’un poète. Parce qu’une virée sur la Siagne, c’est un moment de poésie. Bientôt arrive le Victor Hugo, un bateau permettant d’accueillir les personnes à mobilité réduite qui pourront, avec leur fauteuil, s’installer à la barre.

Dans la nature

(Photo A. F.)

Réservation en ligne, accueil fort sympathique, rapide briefing sur le pilotage (très simple) et vogue à bord du Baudelaire! Un book de navigation est fourni avec plan, réglementation et... poème et biographie du poète en sus. En une heure, on a le temps de déguster son pique-nique au milieu des cygnes et des canards, et de profiter du chant des cigales et de la verdure alentour.

 

En électrique, forcément, le bruit du moteur n’existe pas, il n’y a que celui de la nature qui conquiert nos sens. La circulation des véhicules sur les routes à proximité ne parvient même pas à brouiller ce moment suspendu car la Siagne est plus basse.

Pas besoin de permis, le code de la "route" est celui du bon sens et tout se passe bien. S’il y a le moindre pépin, Sébastien Fascia le gère depuis une application installée sur son smartphone: "Tous les bateaux sont géolocalisés. Je sais où ils sont, je vois s’ils sont trop proches d’une zone rocheuse ou hors limites et je suis prévenu par une alerte. Dans le bateau, une sonnerie [très forte, ndlr] retentit, imposant un demi-tour."

Sécurité avant tout

Avec son appli, il sait aussi où en est la batterie (même si l’autonomie est de huit heures) et à quelle allure navigue le "poète". Car sur la Siagne, la vitesse maxi est de trois nœuds – les bateaux sont bridés de toute façon à quatre ou cinq nœuds. "La sécurité est primordiale. Les clients doivent passer un bon moment sans s’en soucier. C’est notre métier", argue le patron. Sébastien Fascia est un homme discret, très investi en matière d’écologie. Avec son fils Julien (en photo), ils ont mis à disposition des usagers, une épuisette et une pince pour récupérer les déchets trouvés dans l’eau (voir encadré).

Foodtruck et "guinguette"

À partir de 15 heures, s’ouvre le foodtruck en face du ponton où sont servis des encas préparés avec des produits frais. "Même notre saumon est fumé par le poissonnier du coin", sourit-il. Les mercredis et samedis soir, profitez également d’un concert, avant ou après votre balade, car en été, les locations se prolongent jusqu’à 22 heures. "Nous suivons le rythme du soleil et, comme nous serons ouverts toute l’année, les derniers créneaux se prendront plus tôt au fil des saisons. "

 

Nous avons piloté, navigué, nous nous sommes arrêtés pour laisser passer une cane et sa petite tribu, avons profité du chant des cigales, omniprésent, et avons admiré les différents paysages: le golf Old Course, le jardin des Oliviers, les ports, les berges pédestres, les terrains de pétanque. Le tout a un charme fou et l’heure passe bien vite en compagnie de la nature. "Pour moi, la Siagne, c’est un art de vivre. Un lieu de vie à part entière où l’on se sent forcément en vacances, dans un cadre privilégié", ajoute le patron.

"Seule l’histoire n’a pas de fin", écrivait Baudelaire que nous avons amarré le long du ponton (facilement là aussi). Et l’histoire lui donne raison, la balade Au fil de l’eau, elle, touche à sa fin, et c’était tout un poème.

Déchets contre boisson

Avec votre tour de bateau-poète électrique en solo, en famille ou entre amis, une petite épuisette et une perche sont fournies afin de sensibiliser le public à l’environnement. Le patron, Sébastien Fascia, y est très attaché:

Pour inciter, ou simplement pour récompenser le client dans sa quête et son geste écologique, Sébastien Fascia lui offre une boisson ou une gourmandise. Un couple de touristes américains et leur enfant, voguent ainsi, épuisette à la main, ravis de l’initiative. Si Sébastien Fascia trouve que le fleuve est propre et les berges bien entretenues, la première collecte a fait apparaître chaussures et bidon d’huile. La preuve qu’il y a toujours des progrès à faire. Mais au fil du temps...

Au fil de l’eau. Derrière le Théâtre Robinson de Mandelieu-la-Napoule. Ouvert toute l’année, de 10h à 22h l’été, à partir de 15h pour le foodtruck, en soirée pour la guinguette les mercredis et samedis. Tarifs: 20 euros la demi-heure ou 38 euros l’heure pour un bateau 5 personnes; de 30 et 52 euros pour le 7 places; tarifs dégressifs à chaque heure supplémentaire. Facebook: Au fil de l’eau Mandelieu.

(Photo Sébastien Fascia)

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.