“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

À la découverte de Mons, village de caractère

Mis à jour le 16/01/2020 à 11:18 Publié le 26/01/2020 à 09:00
Perché à 814 mètres d’altitude, Mons domine le littoral.

Perché à 814 mètres d’altitude, Mons domine le littoral. Photo F. B.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

À la découverte de Mons, village de caractère

Escapade d’hiver à Mons, village varois de caractère, à la découverte du musée provençal et de l’église Notre-Dame-de-L’Assomption. Détour, aussi, par les ateliers de ses artisans et la terrasse de la chapelle du Seigneur, qui offre un point de vue sur tout le littoral.

Pour arriver à Mons, qui culmine à 814 mètres d’altitude sur un piton rocheux, on emprunte une route sinueuse bordée de grands chênes, de châtaigniers et de sapins. À l’approche de la cité, on aperçoit le rempart du Septentrion, de couleur ocre, qui se dessine dans le ciel de façon fragmentée. Une fois arrivé, c’est parti pour une visite à pied.

Départ de la chapelle des Pénitents blancs, datant de 1604, dont une partie a été transformée en mairie. Passage chez le boulanger pour découvrir ses délicieux produits ainsi que chez l’apiculteur, Jean-Louis Barbaroux, pour une dégustation de miel de montagne.

Puis, en empruntant les ruelles "encaladées", on aperçoit, sur certaines façades en pierres apparentes, des enseignes en fer forgé qui racontent l’histoire des métiers anciens. Une pancarte indique "La Maison monsoise", musée municipal où est retracée la vie des habitants d’autrefois.

Par la rue des Portes seigneuriales, on accède à l’église Notre-Dame-de-L’Assomption (datant de 1260, elle fut agrandie aux XVe et XVIIe siècles) et son campanile dont les cloches sonnent l’heure. Considérées comme les plus anciennes du Var, elles s’appellent Vénus (datant de 1488), Marie Antoinette Sauveterre (datant de 1501) et Musane (qui fut achetée en 1535 par les Monsois).

Vue panoramique

Dans la nef, de nombreuses œuvres sont exposées. C’est dans le chœur que se trouve le maître-autel en marbre gris derrière lequel se trouve un majestueux retable en bois doré, daté de 1680. Il est orné de quatre colonnes torsadées recouvertes de pampres de vigne et coiffé de six angelots musiciens.

N’hésitez pas à contacter l’office de tourisme pour vous faire ouvrir le lieu ou bénéficier d’une visite commentée (réservation impérative). De nouveau à l’extérieur, petite échappée vers la terrasse panoramique de la chapelle du Seigneur, véritable balcon sur le littoral méditerranéen. Le regard file sur les îles de Lérins mais aussi sur l’Estérel et le massif des Maures. En fin de parcours, les ruines du vieux château font grise mine…

Il fut détruit en 1580, quand les villageois ont chassé de sa seigneurie M. de Villeneuve pour retrouver leur indépendance et en ont profité pour dérober quelques pierres de la forteresse pour construire leurs maisons…

Depuis le village, un circuit balisé permet de rejoindre les dolmens de Riens, de La Colle et de Brainées, qui témoignent de la présence de l’homme sur cette terre du Haut-Var depuis la Préhistoire.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.