Rubriques




Se connecter à

À Cannes, découvrez cette balade forestière à la Croix des gardes

Le poumon vert de la cité des festivals offre une échappée oxygénée et colorée, avec une vue magique sur la baie. En ce moment, le mimosa s’y épanouit.

Aurore Harrouis Publié le 08/03/2021 à 18:17, mis à jour le 08/03/2021 à 17:57
La Croix des gardes, balcon sur la baie de Cannes Aurore Harrouis

Ici, les stilettos à talons aiguilles utiles à grimper le tapis rouge du Palais des festivals ne seront d’aucune aide. Aux petons, on préférera une bonne paire de baskets ou de chaussures de marche pour arpenter cet espace.

Bienvenue à Cannes, version champêtre. Bien loin des cancans de la Croisette, la colline de la Croix des gardes est bercée par les cui-cui des oiseaux.

Les plus valeureux peuvent la rejoindre à pied, depuis le vieux port (environ 40 minutes de grimpe largement récompensée par une vue à tomber et un aperçu des somptueuses villas qui jalonnent le parcours).

 

Ceux qui ont peur de trop transpirer d’emblée préféreront le bus numéro 7 à partir de l’hôtel de ville ou la voiture, en se garant sur un des parkings de l’avenue Jean-de-Noailles ou de l’avenue de la Croix des gardes.

Notre balade débute à l’intersection de ces deux voies. Après la barrière, située à l’ouest, on suit le chemin qui borde la colline.

Le plus beau promontoire de Cannes? Aurore Harrouis.

Là, on admire un panorama magnifique sur l’Estérel et Tanneron. Le parc naturel serait-il le plus beau promontoire de Cannes ?

La promenade se poursuit. Sur le côté, les branchages remuent. Un couple de têtes blanches serpente dans le massif à la recherche des plus beaux brins jaunes de mimosa. La seule espèce dont on tolère ici la cueillette, à raison d’un bouquet par personne.

 

Mimosa, eucalyptus et chênes

En cette saison, le mimosa est partout Aurore Harrouis.

Rebroussez chemin, allergiques ! Car en cette saison, la plante d’ornement des résidents british qui a la faculté de se disséminer aisément est partout.

Outre cette espèce envahissante, la Croix des Gardes déroule au fil de ses 80 hectares, chêne-liège, chênes verts, eucalyptus, pins d’Alep, pins maritimes.

Parfois, on découvre aussi des espèces plus exotiques, nées d’une plantation test par l’INRA, des orchidées sauvages ou autres fougères rares. Des panneaux explicatifs jalonnent le massif, pour les curieux de botanique.

Les eucalyptus peuplent aussi cette forêt Aurore Harrouis.

Le chemin continue à l’ombre des pins parasols et l’on croise soudain deux cavalières en tenue.

Pas des amazones, mais des membres de la brigade équestre de la police municipale, installée dans la villa Buhler, l’ancienne forcerie réaménagée au cœur du massif.

 

Il faut traverser prudemment la route pour rejoindre cette maison, après un petit parking. On chemine à travers les arbres.

Des bancs de pierre se dressent, parfaits pour une pause avec vue. Spot ultra-prisé les soirs de feu d’artifice où les Cannois ont l’habitude de venir pique-niquer.

Le site du Liberator Photo Aurore Harrouis.

La descente se fait plus abrupte. Un nouveau point de vue sur le cimetière du grand Jas annonce un passage forestier. Avant de rejoindre le site du Liberator. L’hélice plantée au beau milieu du parking, vestige de rouille et d’acier au profil d’œuvre d’art, rappelle que le bombardier américain s’est écrasé là un 25 mai 1944, alors que son combat aérien était mené pour la liberté.

Parcours santé

Paradis des chiens... Photo Aurore Harrouis.

Un joggeur qui transpire remonte soudain le sentier au pas de course. Le parcours santé est derrière lui. S’il nous reste un peu de jus, on peut choisir de s’y aventurer.

Des barres parallèles, de tractions, de pompes, des poutres... Le niveau est assez élevé, mais on peut simplement longer les agrès. Et poursuivre la parenthèse enchantée en remontant vers l’ouest, après avoir traversé l’avenue de la Croix des gardes au fil de petits escaliers en bois qui mèneront aux parkings.

Fin de la bulle de vert. Petit Eden d’oxygène, où faune et flore font joliment de la résistance.

 

Une colline à histoires

Douze mètres de hauteur et 7,5 mètres d’envergure, l’immense croix des gardes en acier poli de l’artiste Jean-Yves Lechevallier domine la ville, remplaçant depuis 1990, la croix plus modeste qui s’y trouvait.

On doit le nom de la colline au roi François Ier, qui, en 1525, période des conflits entre la France et la Provence, a installé une garnison de gardes suisses au sommet de la colline.

Depuis les îles de Lérins jusqu’au massif de l’Estérel et même jusqu’à la presqu’île de Saint-Tropez, la vue était idéale pour surveiller les attaques. Pourtant, plusieurs gardes de cette élite royale y auraient été assassinés, d’où sa première dénomination Camp de la Croix.

Puis, entre 1655 et 1662 un autre poste de guet y aurait été de nouveau installé lui donnant le nouveau nom de Quartier des Gardes.

Le quartier n’abritait alors que des habitations rurales. Jusqu’à l’arrivée de l’Anglais Lord Brougham, en 1834. Sous le charme de ce petit port de pêche qu’est alors Cannes, il achète un terrain sur les hauteurs pour y édifier une magnifique maison, la villa Eléonore-Louise.

Premiers mimosas

C’est le lord qui aurait le premier fait pousser des mimosas sur sa propriété. Séduits à leur tour, ses amis acquièrent des terrains sur la colline et y font construire villas et châteaux, dont beaucoup subsistent encore. La colline devient alors le quartier anglais.

En 1864, Brougham offre à la ville de Cannes le terrain qui se trouve dans un rayon de 40 mètres autour de la croix.

En 1925, la ville de Cannes rachète 33 hectares dans le but d’y établir un parc. En 2000, elle cède au Conservatoire du littoral les terrains afin de les protéger.

Depuis, ce dernier poursuit la politique d’acquisition foncière engagée par la ville, portant à près de 60 hectares l’ensemble définitivement protégé.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.