“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Essai. En Fiat 500 cabriolet, l’électrique c’est fantastique

Mis à jour le 13/04/2021 à 11:37 Publié le 13/04/2021 à 11:00
La Fiat 500 cabriolet.

La Fiat 500 cabriolet. Photos D.Cx.

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Essai. En Fiat 500 cabriolet, l’électrique c’est fantastique

Quatorze ans après son retour gagnant, la Fiat 500 entame une nouvelle histoire. Désormais 100% électrique, la petite italienne est plus craquante que jamais.

Quoi de neuf?

"Le plastique, c’est fantastique", chantait Elmer Food Beat au début des années 1990. Trois décennies plus tard, on serine aux automobilistes que c’est désormais l’électrique qui change la vie. Dans le cas de la nouvelle Fiat 500, c’est une évidence. Look, plateforme, philosophie, intérieur: la petite Fiat fait sa révolution et tourne le dos aux moteurs thermiques.

Plus longue et plus large de six centimètres que l’ancienne, elle se distingue par des lignes modernes et met fièrement en valeur son patronyme avec un énorme "500" en lieu et place du logo Fiat au centre de la petite calandre. La nouvelle 500 se décline en trois carrosseries. À la berline trois portes et au cabriolet de notre essai s’ajoutera bientôt une originale version 3 + 1 dotée d’une porte supplémentaire facilitant l’accès aux places arrière.

Il est à noter que si la nouvelle 500 électrique attire tous les regards, l’ancienne, moins chère, est toujours proposée en entrée de gamme avec un moteur à hybridation légère.

 

Système / Nice Matin Mag

À bord

Volant à deux branches et planche de bord ovale comme la version de 1957 pour le côté vintage, bel écran de 10 pouces et bouton d’ouverture de porte intérieure électrique pour la touche moderne: la Fiat 500 s’amuse à mélanger les styles. L’ensemble est très réussi. Si la qualité des plastiques n’est pas encore complètement au top, la présentation est valorisante et la finition de bonne facture. Par rapport à la génération précédente, la nouvelle 500 se montre un peu plus habitable.

Le volume du coffre est néanmoins tout juste suffisant, notamment sur le cabriolet. Bien dessinés, les sièges se révèlent confortables au fil des kilomètres. Ils sont eux aussi dans l’air du temps grâce au recours à des matériaux durables. Selon les versions, Fiat propose ainsi un garnissage en Seaqual, un matériau recyclé fabriqué grâce à du plastique récupéré en mer. Et dans les définitions haut de gamme, le cuir véritable est remplacé par un "éco cuir" à la mode vegan.

Des choix validés par Leonardo di Caprio, ambassadeur de la marque. C’est dire si c’est écolo...

Système / Nice Matin Mag

Au volant

Un peu comme les 2 CV qu’on entendait arriver de loin en raison de la sonorité particulière du deux cylindres à plat, une nouvelle Fiat 500 se reconnaît à l’oreille. Pour se signaler aux passants à faible vitesse, elle joue les premières notes de la musique composée par Nino Rotta pour le film Amacord de Federico Fellini. La grande classe!

Moins anecdotique, la vivacité de la 500 électrique fait merveille en ville et lui permet de tenir le rythme sur longs trajets. Pas d’inquiétude, l’autonomie (320 kilomètres annoncés) est au rendez-vous. Les différents modes de conduite permettent de gérer intelligemment la consommation électrique, une touche "Sherpa" allant jusqu’à limiter la puissance et couper la clim pour éviter la panne sèche.

Un mode "Range" privilégie la récupération d’énergie et permet de conduire sans toucher la pédale de frein. Intéressant sur le papier, mais fatiguant à la longue. Bonne surprise enfin du côté des équipements high-tech avec, entre autres, la conduite semi-automatique et le détecteur d’angles morts.

Côté finances

Très tendance, la Fiat 500 se positionne comme une concurrente des Mini Cooper SE et Honda e, notamment dans la finition La Prima de notre essai, facturée tout de même la bagatelle de 37.900 euros en cabriolet, avant bonus écologique. Proposée avec deux types de batteries (23,8kWh, autonomie de 190 kilomètres ou 42kWh, 320 kilomètres), la Fiat 500 démarre à 24.500 euros (Action, 23,8kWh), soit 17.900 euros bonus écologique déduit. La version cabriolet est facturée 3.400 euros de plus que la berline (c’est beaucoup...) et la variante 3 + 1 nécessite une rallonge de 2000 euros.

Tableau de bord

FIAT 500 CABRIOLET LA PRIMA
- Moteur électrique
- 87 kWh, 118 ch
- 0 à 100 km/h : 9 s
- Coffre : 185 litres
- Tarifs : à partir de 24.500 euros (berline), modèle essayé: 37.500 euros (hors bonus écologique de 7.000 euros)
C’est tout bon:
- Look
- Esprit
- Vivacité
- Autonomie
C’est moins bien:
- Volume du coffre
- Bruits aérodynamiques

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.