“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Vous rêvez d'assister au Grand Prix de F1 au Castellet? Ca tombe bien, il reste encore des places

Mis à jour le 10/06/2018 à 10:43 Publié le 10/06/2018 à 10:41
Les tribunes du circuit offre 51.800 places assises désormais.

Les tribunes du circuit offre 51.800 places assises désormais. Photo Franck Muller

Vous rêvez d'assister au Grand Prix de F1 au Castellet? Ca tombe bien, il reste encore des places

A deux semaines du Grand Prix de France de Formule 1, dimanche 24 juin, il est encore possible d'acheter des places.

Si l’organisation table sur 65.000 spectateurs par jour les 22, 23 et 24 juin -"C’est bien parti pour..."- toutes les places n’ont pas encore trouvé preneur.

Mieux: en fin de semaine, il restait notamment à la vente des "pass trois jours" dans l’enceinte générale, au prix (relativement) raisonnable de 149€.

Un sésame qui, comme son nom ne l’indique pas, permet aussi l’accès gratuit au circuit un quatrième jour. Soit le jeudi précédant le Grand Prix, pour un programme surprise autour de l’arrivée des écuries.

de 259 à 499€ pour la course

Pour ceux qui souhaiteraient se "contenter" de la course, le dimanche, sans oublier le concert de David Guetta, les places adulte se monnaient désormais entre 259 et 499€.

À ce dernier tarif, offrez-vous une vue imprenable sur la ligne de départ!

Quant au ticket le moins cher du moins cher, pour 41€ (21€ pour un enfant), possibilité est encore offerte d’assister aux premières séances d’essais des Formule 1 le vendredi.

Mais renseignez-vous: bien d’autres tarifs sont également disponibles.

À noter que le parking lui aussi est payant (à partir de 15€).

Renseignements sur www.circuitpaulricard.com


La suite du direct