“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Voici comment Charles Leclerc s'est fait éliminer dès la première séance de qualification du GP de Monaco

Mis à jour le 26/05/2019 à 12:39 Publié le 26/05/2019 à 12:40
Leclerc va devoir prendre des risques pour prendre des points à Monaco.

Leclerc va devoir prendre des risques pour prendre des points à Monaco. Cyril Dodergny

Voici comment Charles Leclerc s'est fait éliminer dès la première séance de qualification du GP de Monaco

La mésaventure du pilote Ferrari a secoué le paddock samedi après-midi: éliminé dès la Q1 après une erreur manifeste de son équipe, le Monégasque était de toutes les conversations… Explications.

16h30 samedi après-midi. On croise un collègue de télévision dépité… « Tu sais quoi ? Ferrari vient d’annuler la conférence de presse de Leclerc! » Black out décrété par les Rouge sur la « boulette » du jour. Tandis que les Hamilton, Verstappen, Bottas se succèdent aux micros, « l’Affaire Charles Leclerc » est sur toutes les lèvres dans le paddock…

On rembobine le film: alors que la Q1 touchait à sa fin, Leclerc, crédité du 12e temps - donc qualifié pour la suite - était aux stands. Mais avec tout juste un dixième d’avance sur le premier pilote éliminé.

Hélas pour le Monégasque, la Scuderia, trop affairée à ce moment-là à s’occuper de renvoyer Vettel en piste, oublie Leclerc et pour de bon! Résultat? Charles hérite du 16e chrono et se retrouve marron! Rouge de colère.

Éliminé vous savez quoi? Par Sebastian Vettel lui-même! Lequel a finalement claqué un temps canon et, par la même occasion, éjecté Leclerc, comme dans un jeu de quilles.

« Honnêtement, je n’ai pas de mots. C’est difficile à accepter. On avait largement la performance pour aller en Q3 au moins. Jeter une qualif’ comme ça, c’est vraiment dommage. Je n’ai pas encore eu d’explications », dira Leclerc à chaud, au micro de Canal +.

prise de risques

Une grossière erreur de son écurie et Charles Leclerc n’a pas dépassé la Q1, à domicile…

Cette mésaventure, Pierre Gasly l’a connue lors du premier GP de la saison, à Melbourne avec Red Bull. Et le « Frenchie », parti 17e, avait réussi à terminer 11e.

Mais Melbourne n’est pas Monaco. Doubler en Principauté, c’est comme jouer à la roulette russe…

Il n’empêche: sur « SON » bitume et pour « SON » Grand Prix à domicile, Charles, qui soit dit en passant avait signé le meilleur temps de la 3e séance d’essais libres hier matin, entend prendre tous les risques, pour ne pas rester dans les wagons de queue. « Espérons la pluie, ce serait une loterie. Le sec sera ennuyeux, je vais devoir prendre des risques et même celui de m’accidenter, mais c’est comme ça, je vais devoir dépasser même si c’est une piste sur laquelle c’est impossible. »

Binotto: "une erreur"

Mattia Binotto, directeur de la Scuderia Ferrari, s’est expliqué face aux médias en fin d’après-midi, pour désamorcer la bombe et ôter toute responsabilité des épaules de Charles Leclerc: « Ce n’est pas une bonne journée pour nous, certainement. Nous avons commis une erreur, c’est ainsi que nous pouvons appeler ce qui est arrivé aujourd’hui, rien de plus. Le temps nécessaire pour passer en Q2 est calculé en fonction de ce que nous pourrions voir arriver sur la piste, en prenant en compte les secteurs en temps réel de nos concurrents et des autres pilotes. Notre marge de sécurité n’était pas suffisante… Et certainement, à Monaco, cette marge doit être augmentée. On pourrait dire que chez Ferrari, ce genre d’erreurs ne devrait pas arriver. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct