“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

VIDEOS. Énorme frayeur sur le rallye Monte-Carlo après la violente sortie de route du champion du monde

Mis à jour le 24/01/2020 à 11:15 Publié le 24/01/2020 à 11:09
Ott Tänak est tombé dans l'un des premiers pièges du parcours.

Ott Tänak est tombé dans l'un des premiers pièges du parcours. Photo Jo Lillini

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

VIDEOS. Énorme frayeur sur le rallye Monte-Carlo après la violente sortie de route du champion du monde

Courue ce vendredi matin, la 4e épreuve spéciale de la manche d'ouverture du WRC a été marquée par le crash à très haute vitesse mais sans gravité de l'Estonien Ott Tänak (Hyundai).

C'est le premier coup de théâtre du 88e Rallye Monte-Carlo. Entre Saint-Clément et Freissinières, (ES 4, 20,68 km), Ott Tänak a pulvérisé sa Hyundai i20 Coupé WRC dans le décor, mais s'est extirpé indemne de l'habitacle, tout comme son copilote, Martin Järveola.

La voiture portant le numéro 8, visiblement déséquilibrée par une compression, est sortie de la trajectoire sur une route à flanc de montagne puis a dévalé la pente sur plusieurs dizaines de mètres avant de s'immobiliser.

Le champion du monde en titre est tout de suite sorti de l'auto, très endommagée.

Il occupait alors la 4e place au classement général. Après l'ES 4, le surprenant Britannique Elfyn Evans (Toyota) pointe en tête de la course, juste devant son coéquipier Sébastien Ogier, tenant du trophée monégasque, en embuscade à seulement 3''4.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.