Rubriques




Se connecter à

VIDEOS. Dans la peau d'un pilote du Grand Prix de France F1 en Coccinelle "Choupette"

Des véhicules mythiques du septième art défilent ce week-end sur la piste du circuit Paul-Ricard en marge du Grand Prix de France. Nous avons pris part à la parade au volant de la Coccinelle "Choupette" des films de Disney.

Denis Carreaux Publié le 19/06/2021 à 11:56, mis à jour le 19/06/2021 à 12:00
La Coccinelle Choupette au Grand Prix de France. Photo Franck Muller

La Ferrari 308 de Magnum, la Peugeot 406 de Taxi, la De Lorean de Retour vers le futur ou encore la Batmobile: ces voitures sont présentes dans l'imaginaire de plusieurs générations en raison de leur (omni)présence dans les films ou les séries télé.

Elles sortent de la boîte à souvenirs ce week-end à l'occasion du Grand Prix de France F1 où une dizaine de ces modèles inoubliables participent à une parade en marge de l'épreuve varoise.

Juste après Hamilton, Verstappen et les autres

"Ca vous dirait de conduire Choupette?". La proposition ne se refuse pas. Aussitôt dit, aussitôt fait. Quelques minutes plus tard, je me retrouve au volant de l'habitacle surchauffé d'une Coccinelle blanche frappée du fameux numéro 53.

 

Il est un peu moins de 16h ce vendredi. Les F1 d'Hamilton, Verstappen, Leclerc, Gasly et les autres achèvent leur ultime tour de la deuxième séance d'essais libres. "Ne passez surtout pas la quatrième. Elle ne marche pas!".

Après un briefing sommaire, nous attendons le top départ. Dans le siège passager, en mode sardine dans sa boîte avec son bon mètre quatre-vingt-dix, le journaliste de RTL Frédéric Veille, auteur de la biographie de Pierre Gasly, Gasly le magnifique.

Comme un frêle esquif en plein vent

Il faut y aller. Le bon vieux flat 4 s'ébroue. Ca grogne et ça secoue. Nous rejoignons la piste au début de la longue ligne droite du Mistral. Comme un frêle esquif en plein vent, notre Cox flotte. Direction, freinage, boîte de vitesses: notre amour de Coccinelle accuse le poids des ans.

Passage devant la première des trois tribunes. C'est un triomphe. On siffle, on applaudit. Est-ce pour Choupette ou pour les autres? Dans le doute, Frédéric et moi saluons la foule en délire. Le temps d'un tour de piste, nous sommes dans la peau d'un pilote de F1 victorieux en plein tour d'honneur.

Plus forte que la Batmobile

Chicane. Ligne droite. Double droite du Beausset. Le compteur (en miles) ne dépasse pas 40. Je me surprends pourtant à soigner ma trajectoire, histoire d'éviter une figure qui viendrait jeter un discrédit définitif sur mes talents très relatifs de pilote.

 

Nous abordons la ligne droite des stands. La Batmobile qui nous avait doublés avec une once de mépris est à l'arrêt. La coup de la panne sur la ligne d'arrivée.

La Coccinelle, elle, ne nous lâche pas. Un brin cabots, nous nous remettons à saluer le public. Maintenant, c'est sûr, c'est Choupette qu'ils préfèrent. Dans 48 heures, les Formule 1 seront à notre place sur la grille de départ. Et là, ce ne sera vraiment plus du cinéma.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.