Rubriques




Se connecter à

Venturi prépare un nouveau bolide pour les e-Prix

Dans les ateliers de l'écurie monégasque à Fontvieille, on peaufine les préparatifs de la voiture qui devrait courir le championnat électrique de Formule E 2016-2017

CEDRIC VERANY Publié le 10/05/2016 à 05:16, mis à jour le 10/05/2016 à 05:16
Au fond de l'atelier de Venturi, à Fontvieille, les équipes peaufinent depuis plusieurs semaines les équipements de leur voiture, dans le plus grand secret. Photo Michael Alesi

Comme un couturier qui ne dévoile jamais sa collection avant le podium, c'est derrière un paravent, dans leur showroom de la rue du Gabian, que les équipes de Venturi peaufinent leur nouvelle Formule E. Une voiture en cours de développement dans le bureau d'études et l'atelier du constructeur automobile monégasque qui devrait être sur la grille de départ de la saison 2016-2017 de Formule E.

Un championnat dédié aux voitures électriques dans lequel s'est engagé Venturi depuis la première édition en 2014. Et qui commence à leur sourire cette année. Après une deuxième place à Long Beach et une cinquième place à Paris, Venturi pourrait finir sur le podium au terme des quatre courses restantes.

Une fierté pour la douzaine de personnes qui compose la jeune équipe qui, depuis Monaco, développent et entretiennent la voiture actuelle. Et finalisent la suivante.

«Nouvelle façon de conduire»

La première année du championnat, la FIA avait imposé ses règles à tous. Pour la saison à venir, les écuries ont la possibilité de travailler notamment sur la chaîne de traction. C'est le nerf de la recherche pour ces véhicules électriques : la consommation énergétique.

 

« Tenir la batterie électrique assez longtemps et qu'elle puisse transmettre le plus d'énergie aux roues », résume l'ingénieur Louis-Marie Blondel, en charge du développement du programme de Formule E chez Venturi.

Dans leurs bureaux de Fontvieille, les équipes travaillent sur ce gain d'énergie. Mais aussi sur l'aérodynamisme du véhicule. Et son poids, casse-tête des ingénieurs. L'actuel véhicule pèse 888 kg. Le nouveau devrait en faire 880. « Nous jouons sur les matériaux, la forme des composants, continue Louis-Marie Blondel. Si, d'extérieur, on a l'impression que rien ne change, ce sera un véhicule différent, avec une nouvelle façon de le conduire. »

Le grand secret

L'équipe de développement est d'ailleurs présente sur certaines étapes du e-Prix. « Il y a beaucoup d'interactions pour la conception mécanique. C'est intéressant pour appréhender les problèmes rencontrés en piste, analyser les comportements de la voiture et le ressenti des pilotes. »

Sur le fond, l'évolution que met Venturi dans son prochain bolide de Formule E reste un mystère, dans l'univers automobile où les avancées technologiques sont souvent espionnées.

 

La voiture devrait prochainement quitter le showroom monégasque pour une première série de tests sur circuit. En attendant le passage pour homologation de la FIA, prévu fin mai.

Record de vitesse : quatrième essai en septembre

La voiture électrique la plus puissante au monde décrochera-t-elle son record de vitesse? Les équipes de Venturi espèrent que 2016 sera l’année de la réussite pour la VBB-3. Cette année, le bolide pharedu constructeur tentera, pourla quatrième fois, d’établir ce temps record aux États-Unis. Dans l’Utah, sur la piste du lac salé de Bonneville.

Par trois fois, le défi n’a pas pu être tenté, en 2013, 2014 et 2015, à cause de conditions météorologiques compliquées. C’est pour ça que cette année, les équipes de Venturi ont choisi septembre plutôt qu’août comme fenêtre de tir. Espérant, en repoussant la date d’un mois par rapport au planning initial, trouver des conditions climatiques optimales

Car depuis trois ans, la voiture électrique, qui compte 3000 chevaux sous son capot, est techniquement prête à grimper au-dessus des 600 km/h. Objectif: battre le record de 495 km/h homologué en 2010.

Depuis janvier, Venturi a lancé les fondements d’un club de partenaires du projet. Proposant à des entreprisesde s’associer à l’aventure pour soutenir financièrement le déroulement logistique.Une petite dizaine a déjà répondu oui, à raison de 3000 euros le ticket d’entrée, pour se mettre dans les rails du projet.

 

Retour au bercail

Au terme de plusieurs jours d’intenses réflexions pour savoir si la Principauté serait en mesure de sauver la mise au championnat de Formule E en recueillant le défaillant ePrix de Moscou du 4 juin (nos précédentes éditions), il ressort une quasi-certitude: un ePrix se disputera à Monaco l’an prochain. Au moins pour trois raisons. Un, le prince Albert II y tient. Deux, le gouvernement discute avec les promoteurs dans ce sens. Trois, l’ACM, qui était prêt à relever le défi d’organiser trois Grand Prix d’affilée cette année (Historique, F1 et électrique), sera sur la grille de départ pour la prochaine saison de Formule E. Il y a donc de fortes chances que l’écurie Venturi roule à la maison l’an prochain.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.