“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Vendeurs ambulants : au bonheur des fans de F1 En famille Made in Italia

Mis à jour le 27/05/2016 à 05:09 Publié le 27/05/2016 à 05:09
Frédéric Rocher et sa famille.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Vendeurs ambulants : au bonheur des fans de F1 En famille Made in Italia

Toute une brigade s'affaire derrière le stand.

Toute une brigade s'affaire derrière le stand. « On est arrivé vers 6 heures du matin, raconte Frédéric Rocher, 47 ans. Les gens affluent depuis 8 heures. Nous avons deux magasins de vêtements rue Grimaldi (1) et trois stands entre la rue Princesse-Caroline et la rue Suffren-Reymond. »

Situé à deux pas du port Hercule, leur petit commerce attire de nombreux chalands. « Ce qui se vend le plus, ce sont les casquettes et les vêtements pour enfants. En tout cas, nous essayons toutes les nouveautés des marques. » Dans leur stand, un tee-shirt d'une écurie coûte entre 20 et 45 euros. Les casquettes se vendent une trentaine d'euros. Pour une veste, comptez environ 120 euros ; entre 50 et 70 pour un sac.

Tous les soirs, il leur faut démonter entièrement leur installation. « Cela fait plus de trente-cinq ans que nous faisons le Grand Prix, poursuit le Monégasque. Comme tous les anciens, notre stand n'est pas bâché, on le remonte chaque matin. »

« Cela fait quatre ou cinq ans que je fais le Grand Prix, explique Aldo Accardi, 25 ans. C'est toujours avec le même plaisir que je reviens à Monaco. Nous sommes arrivés en camion lundi et nous repartirons lundi prochain, le lendemain de la course. »

Installé au coin des rues Grimaldi et Suffren-Reymond, le jeune homme est venu du sud de l'Italie pour vendre ses produits. Sous sa bâche, on retrouve toute une multitude de vêtements et d'objets en tout genre, couleurs « Grand Prix », ou portant le logo Ferrari, Mclaren ou Lotus. « Il n'y a pas photo, c'est Red Bull qui a vraiment ma préférence. J'aime beaucoup cette écurie », se réjouit le jeune homme.

Chez Aldo, un tee-shirt se vend environ 35 euros et il faudra aligner 30 euros pour une casquette. En tout cas, l'Italien n'a qu'une seule préoccupation : la météo. « L'important pour nous, c'est vraiment le temps qu'il va faire. Dimanche, il est prévu de gros orages, j'espère que cela ne perturbera pas trop le business. »

Les stands de produits consacrés au Grand Prix colorent le centre-ville, comme ici rue Princesse Caroline.
Les stands de produits consacrés au Grand Prix colorent le centre-ville, comme ici rue Princesse Caroline. M.L.
Benjamin Douai travaille avec son frère.
Aldo vient d'Italie pour le Grand Prix.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.