Rubriques




Se connecter à

"Un rare week-end où je ne dormirai pas à l’hôtel": les mots de Charles Leclerc avant le top départ du Grand Prix

Dans le programme du Grand Prix, c’est Charles Leclerc qui souhaite la bienvenue aux visiteurs via un édito où il rappelle son attachement particulier à Monaco dont il est l’enfant chéri.

Cédric Verany Publié le 26/05/2022 à 13:08, mis à jour le 26/05/2022 à 14:04
photos
En 2009, pour son premier article dans les colonnes de Monaco-Matin, Charles Leclerc parle de ses prouesses au volant d’un kart alors qu’il a été sacré champion de France cadet et prend la pose sur le port de Fontvieille. Photo archives Monaco-Matin

À Los Angeles, à chaque coin de rue, des vendeurs proposent des "map stars" pour s’offrir une virée sur les collines d’Hollywood en furetant sur les boulevards pour savoir quelle star habite où. Ce n’est pas dans ces colonnes que l’adresse de l’appartement de Charles Leclerc en Principauté sera dévoilée.

Mais c’est un fait et ses fans le savent: à Monaco, le pilote de Ferrari est à la maison. Et comme il l’écrit dans le programme officiel de ce 79e Grand Prix dont il signe l’édito.

Octobre 2017 : en famille, le jeune homme de 20 ans fête son titre de champion du monde de F2, au Mystic, un établissement de la rue Caroline. Photo Cyril Dodergny.

"Monaco est un rare week-end où je ne dormirai pas à l’hôtel. Après les séances, je rentre chez moi. C’est une situation assez particulière pour être honnête, car généralement, j’aime bien pouvoir me mettre dans ma bulle durant les week-ends de course. Être chez soi est un peu déstabilisant au début, mais je m’y suis habitué avec le temps. Malheureusement, je ne crois pas que je puisse en tirer un quelconque avantage car, comme vous le savez sûrement, nombreux sont les pilotes de Formule 1 à résider en Principauté."

Avril 2021: il offre sa monoplace SF90 à la collection de voitures du souverain. Photo Sébastien Bottela.

Et l’enfant chéri du pays de citer ses "confrères" qu’il croise au gré de son quotidien en Principauté, Alex Albon, Lando Norris et George Russell. "Il nous est d’ailleurs déjà arrivé d’aller jouer ensemble au golf », confie Charles qui se dit tout de même le plus proche du Français Pierre Gasly, « un ami de plus longue date" qui, lui, ne vit pas en Principauté.

 

"Gagner ici serait incroyable"

Dans ce texte publié par l’Automobile Club de Monaco, Charles Leclerc rappelle que le Grand Prix est dans son ADN et occupe une place "toute particulière" dans son cœur.

Septembre 2019: en golfeur d’un jour pour la Princess of Monaco Cup sur le green du Mont Agel. Photo Jean-François Ottonello.

"Cette course est vraiment unique en F1 pour chaque pilote qui souhaite avant tout la gagner sur un circuit qui ne laisse en aucun cas place à l’improvisation et à l’erreur. Piloter ici est un véritable challenge. Gagner ici serait incroyable! Les dernières années n’ont jamais tourné en notre faveur – on ne va pas refaire le film – je veux principalement me concentrer sur le moment présent. J’espère sincèrement qu’en 2022 la chance nous sourira enfin, et que je serai en mesure de réaliser mes vœux et mes rêves."

En fin connaisseur, le pilote explique que la nouvelle réglementation, cette année, offre plus de possibilités de dépassement des monoplaces qu’auparavant. "Je ne sais pas si cela aura une incidence sur le spectacle ici, en course notamment, mais avec les écarts en termes de performances qui se sont resserrés entre toutes les équipes, nous pouvons nous attendre à tout. Quoi qu’il en soit, ce tracé reste mon préféré, surtout en qualifications."

Mai 2016 : le nouveau pilote-essayeur monégasque de Ferrari rêve déjà d’aligner sa monoplace sur la grille de départ à Monaco. Photo Jean-François Ottonello.

Un détail qui fera la différence cette année? Réponse après les séances d’essais de vendredi et samedi. Au regard des revers cruels en course ces dernières années à Monaco, sa victoire serait une consécration à domicile.

 

"Au-delà des aspects purement sportifs, c’est ici que je suis né, que j’ai grandi. C’est ici que réside aussi ma famille, mes amis, toutes les personnes qui m’ont soutenu depuis mes premiers tours de roues en karting. Et c’est également pour toutes ces raisons qu’obtenir un excellent résultat à Monaco me ferait particulièrement plaisir."

Le retour d’une tribune éponyme en 2023?

L’an dernier, la formule avait été annoncée comme un événement. Au cœur de la tentaculaire tribune K, un espace avait été réservé pour devenir la tribune "Charles Leclerc". Sorte de carré VIP pour rassembler ses aficionados.

C’est là que, le dimanche, les spectateurs attendant leur champion en pole position et tous coiffés d’une casquette Ferrari et d’un maillot aux couleurs du pilote pour l’occasion ont pris une douche froide.

Quelques minutes avant le début de la course, Charles doit déclarer forfait pour un problème technique sur sa voiture. Terrible déception dans la tribune "fan" qui n’est pas reconduite cette année sans lien de cause à effet.

"L’hiver dernier fut assez chargé, le début de saison aussi. On n’a pas trop eu le temps de s’en occuper, plaidait Charles, mercredi, dans nos colonnes. J’espère qu’elle reviendra l’année prochaine, je ferai en sorte qu’elle revienne." Promesse engagée.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.