Un "rallye blanc" pour les commissaires de l'Automobile Club de Monaco avant le rallye WRC de janvier

Le "CRIC" a rassemblé ce dimanche 15 concurrents. Les véhicules ont sillonné l’arrière-pays pour une répétition grandeur nature des commissaires avant le lancement du WRC.

Article réservé aux abonnés
Joelle Deviras Publié le 05/12/2022 à 07:59, mis à jour le 05/12/2022 à 10:12
photos
C'est sous la pluie que les véhicules se sont lancés, ce dimanche, pour le CRIC. Photo Jean-François Ottonello

Le circuit routier d’instruction des commissaires (CRIC) a réuni ce dimanche, autour de 15 concurrents, quelque 135 commissaires venus s’entraîner pour une répétition grandeur nature de tous les moyens humains et matériels nécessaires à l’organisation du Rallye Monte-Carlo et Rallye Monte-Carlo historique. Tous étaient stationnés à des points stratégiques des circuits autour de Monaco.

Le CRIC est un "rallye blanc", explique Jean-Michel Matas, commissaire général adjoint de l’Automobile Club de Monaco (ACM) en charge des commissaires, qui met tout le monde à l’épreuve en vue du début de saison 2023 du Championnat du Monde FIA des Rallyes WRC du 16 au 22 janvier prochains.

Ceci est d’autant plus essentiel que, cette année, une dizaine de nouvelles recrues, âgées entre 18 et 30 ans, vient grossir le rang des commissaires de l’ACM. Alors, en plus des mises en situation réelle, des incidents et accidents sont simulés pour que tous travaillent les bons réflexes.

1. Le départ


Partis du chapiteau de Fontvieille, les véhicules se sont lancés sous la pluie. Des conditions difficiles car "l’eau, c’est vicieux, traître et provoque parfois des chutes de pierres", note Jean-Michel Matas.

Et si tous les commissaires préféreraient de la neige ou même du verglas pour la 90e édition du Rallye Monte-Carlo le mois prochain, il faut savoir répondre à toutes les situations.

2. Le circuit

Olivier Campana et son fils Erwan, 17 ans font le CRIC pour la première fois. Photo Jean-François Ottonello.

Monaco, La Turbie, Cap-d’Ail, Eze et retour à Monaco: tel était le circuit de ce dimanche après-midi.

Ici, Olivier Campana, membre de l’ACM depuis 1997, et son fils Erwan, 17 ans, au lycée FANB, font le CRIC pour la première fois. "On s’amuse", souligne Olivier Campana.

3. Le 10e CRIC de Giancarlo Raffermi

Giancarlo Raffermi et son ami Jean-Marc Haible (dans la voiture) Photo Jean-François Ottonello.

Giancarlo Raffermi s’est lancé pour son 10e CRIC avec Jean-Marc Haible (ici dans la voiture), il s’adonne à sa "passion".

"C’est le mot-clé. Cette journée n’est que pur plaisir. Le CRIC offre un terrain de jeu exceptionnel", commente Giancarlo Raffermi.

Les suivent Anthony Micoud et sa copilote Audrey Corminboeuf qui font, quant à eux, leur tout premier CRIC.

4. Christian Tornatore de commissaire à pilote

L'ancien commissaire de général de l'ACM, Christian Tornatore au volant de son bolide pour son premier rallye. Photo Jean-François Ottonello.

Christian Tornatore, ancien commissaire général de l’ACM, est passé de l’autre côté de la barrière. "L’automobile ne m’a pas quitté. C’est mon premier CRIC en tant que concurrent. J’ai toujours rêvé d’être pilote d’une épreuve de rallye."

5. Plus de 40 ans d'existence

Le CRIC est le seul organisme "à faire ce type de rallye". Photo Jean-François Ottonello.


Le CRIC existe depuis une quarantaine d’années. "Nous sommes les seuls à faire ce type de rallye, note Jean-Michel Matas. Après trois sessions de formation théorique, c’est un examen obligatoire qui confirme les licences de tous les commissaires."

Avec des commissaires aguerris et des jeunes recrues motivées et sérieuses, Jean-Michel Matas confirme: "Ce CRIC 2022 est un très bon millésime."

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.