“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Un an ferme pour deux magiciens du vol

Mis à jour le 10/06/2016 à 05:04 Publié le 10/06/2016 à 05:04
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un an ferme pour deux magiciens du vol

On ne va pas se voiler la face… Monaco attire à chaque période du Grand Prix de F1, des voleurs en tout genre.

On ne va pas se voiler la face… Monaco attire à chaque période du Grand Prix de F1, des voleurs en tout genre. Heureusement, la surveillance policière traque les coupables et permet leur comparution devant le tribunal correctionnel, comme à la dernière audience. Deux Marseillais étaient dans le box, menottés, pour avoir volé deux montres Audemars Piguet d'une valeur de 35 000 euros chacune. Ils ont été condamnés individuellement à un an de prison ferme.

Lundi 30 mai, vers 2 heures, un organisateur de soirée est abordé par deux jeunes devant le Sea-Club. Mohamed et Assan se présentent comme des magiciens. La conversation s'engage… À peine ces prestidigitateurs s'éloignent, l'animateur se rend compte de la disparition de sa luxueuse montre à son poignet. Il alerte la Sûreté publique et la chasse aux voleurs commence. Interpellés rapidement, on retrouve la fameuse Audemars Piguet sur l'un d'eux.

Le président Jérôme Fougeras Lavergnolle s'interroge sur les intentions des prévenus. Leurs explications sont alambiquées et ponctuées de jurements. Tout comme l'hypothèse de faire une vidéo de leur exploit, « afin de la mettre sur YouTube », apparaît fantaisiste. Voire absurde, même si ce genre d'agressions fait rapidement le tour de la planète grâce au web et autres réseaux sociaux… En fait, les deux détenus se perdent en palabres pour contester le vol. Et ils justifient leur présence à Monaco, uniquement ce soir-là « pour boire un coup au quartier du Larvotto et fumer un pétard sur la plage… »

« Drôle de coïncidence »

« Quand vous êtes conduits dans les locaux de la Sûreté, poursuit le président, la plainte d'un touriste démontre qu'on lui a dérobé également une Audemars Piguet de valeur identique et de la même façon un jour auparavant. Il a dû partir entre-temps. Mais sur une photo cette victime vous a reconnus. Deux personnes vous accusent de leur avoir volé leurs montres… Drôle de coïncidence ! »

Afin d'éviter l'exécration des magistrats, les deux prévenus repoussent toute participation dans cette délinquance horlogère. « Nous n'étions pas en Principauté, la veille, déclarent-ils ! D'autre part, nous n'allons pas gâcher notre vie. On sait que Monaco est criblé de caméras. On a même demandé aux policiers de voir les vidéos… » Le président fait alors état de leur passé judiciaire, avec douze condamnations en France pour Mohamed et quatorze mentions pour Assan, pour vols, violences, escroqueries…

Avec un humour assez caustique, le procureur Alexia Brianti reconnaît aux deux hommes « le droit de contester les faits. Mais le tribunal et le ministère public ont également le droit de ne pas les croire. Ces deux personnes pensaient qu'avec la foule du Grand Prix il serait plus difficile encore de les retrouver. Erreur ! Tout se passe très vite. On est dans un schéma où chacun à un rôle bien déterminé. Puis on profite de l'inattention des gens pour les délester… Ce sont deux voleurs professionnels : une peine de neuf mois d'emprisonnement ferme s'impose. »

« Leur alibi tient ! »

Me Raphaëlle Svara (conseil de Mohamed), relèvera « l'absence de partie civile pour le premier vol. La victime était alcoolisée… Peut-être a-t-elle simplement perdu ou oublié sa montre au Sass Café ? On n'a aucune preuve probante que mon client l'a volée. Je sollicite la relaxe… »

Me Thierry Ospital, du Barreau de Marseille (pour Assan), souligne l'absence « d'éléments dans la procédure. Il n'y a aucune soustraction frauduleuse puisque la montre a été remise volontairement à son propriétaire. Quant au premier vol, je suis très surpris. Rien ne prouve que mon client et son ami étaient en Principauté, alors qu'ils prétendent le contraire. L'enquête ne le vérifie pas ! Leur alibi tient ! Relaxez-les… »

Le tribunal ira plus loin que les réquisitions du ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.