“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Sur la piste de F1, ça carbure aussi la nuit !

Mis à jour le 28/05/2017 à 05:14 Publié le 28/05/2017 à 05:14
Une foule compacte de fêtards s'empare de la piste. Il faut assurément jouer des épaules pour se frayer un chemin.

Une foule compacte de fêtards s'empare de la piste. Il faut assurément jouer des épaules pour se frayer un chemin. T.P.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Sur la piste de F1, ça carbure aussi la nuit !

La nuit tombée, les pilotes et leur bolide laissent la place aux noctambules qui, pour beaucoup, convergent sur le port Hercule entre l'épingle de la Rascasse et le « S » de la Piscine. Ambiance

Les soirées du Grand Prix font rarement dans la dentelle. L'opulence est à son paroxysme. La démesure, comme une évidence. À moins d'avoir une bourse bien remplie ou un laisser-passer pour flirter du côté des yachts ou des hot spot de la Principauté, c'est du côté du port Hercule qu'il faut se montrer. The place to be, comme on dit - à outrance - dans le jargon du milieu nocturne.

Sur le tracé même du Grand Prix, là où l'élite des pilotes fait chauffer la gomme la journée. Mais dès la nuit tombée, plus de bolides sur l'asphalte. Que des avions de chasse aux courbes vertigineuses qui carburent à la boisson énergisante. Ou pas, d'ailleurs. Le vrombissement enivrant des bolides fait place nette aux baffles qui crachent tantôt des musiques commerciales, tantôt des classiques du genre. De l'épingle de la Rascasse au « S » de la Piscine, on croise de drôles de personnages qui émergent parmi les milliers de fêtards, serrés comme des sardines. ça roule des mécaniques, ça joue des ailerons quitte à frôler l'incident de parcours. Ici, un robot Transformers fait de l'œil à un noctambule coiffé d'une tête de singe. Là, des hommes masqués croisent deux inconditionnels de Max Verstappen, drapeaux à la main, en train de danser un rock endiablé avec une jeune femme perchée sur ses escarpins. Le naturel, chemin sacré vers la victoire ? D'autres, en tenues d'écurie, lorgnant d'un peu trop près les séduisantes danseuses de La Rascasse se font immédiatement virer par les vigiles, taillés comme des armoires à glace.

Sortie de piste sans sommation.

Légère déception du soir, on n'aura pas croisé les fameux commissaires de piste qui, une fois le soleil couché, oubliaient volontairement de ranger leur combi orange au placard avant de sortir. Avec l'espoir d'en tirer profit auprès des belles de nuit.

Et pour les éternels retardataires, passés au travers des essais et qualificatifs nocturnes, il est encore temps de mettre les gaz pour ce soir. Soirée de clôture du Grand Prix. Impensable de louper le coche.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.