Rubriques




Se connecter à

Sept véhicules électriques ont pris le départ d'une course originale entre Monaco et Saint-Pétersbourg

En donnant le départ de l’Electric Marathon ce lundi après-midi depuis le chapiteau de Fontvieille, le prince Albert II a accompagné une course singulière.

C. V. Publié le 28/05/2019 à 11:27, mis à jour le 28/05/2019 à 08:33
Le prince a donné, hier après-midi, le coup d’envoi de ce marathon de la route, où sept équipages sont partis pour 4 700 kilomètres. Photo Dylan Meiffret

En effet, sept véhicules électriques ont pris la route direction Saint-Pétersbourg en Russie. Le périple a été tracé à travers dix pays et 29 villes pour avaler 4.700 kilomètres d’asphalte jusqu’au 6 juin.

La course n’est pas une première, elle est organisée depuis neuf ans avec des véhicules électriques modernes, et d’autres anciens dont le moteur thermique a été remplacé par un système électrique.

Une course aussi éducative

"Généralement, le rallye part de Tallinn en Estonie et vient jusqu’à Monaco. Cette année, nous avons décidé de faire le contraire", détaille Juri Tamm, consul honoraire de Monaco en Estonie et organisateur de la course.

 

L’occasion d’accueillir, parmi les équipages, deux étudiants de l’IUM qui vont conduire une Tesla S jusqu’en Russie.

"Cette course conjugue sécurité et éducation. Le but est aussi de promouvoir l’utilisation de véhicules électriques et le transport responsable", continue Juri Tamm qui explique qu’à chaque étape, la troupe mettra en avant les qualités de l’électrique sur la route.

Après être partis du chapiteau, ce lundi soir, les équipages devaient passer leur première nuit à Gênes en Italie.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.