“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Sébastien Ogier en route pour sa 5e victoire au Rallye de Monte-Carlo

Mis à jour le 25/01/2018 à 07:57 Publié le 25/01/2018 à 05:09
Sébastien Ogier reprend aujourd’hui le volant de la Ford Fiesta WRC n°1 avec un double objectif en tête : prolonger son règne aux palmarès du Rallye Monte-Carlo et du championnat du monde.

Sébastien Ogier reprend aujourd’hui le volant de la Ford Fiesta WRC n°1 avec un double objectif en tête : prolonger son règne aux palmarès du Rallye Monte-Carlo et du championnat du monde. Photo DR

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Sébastien Ogier en route pour sa 5e victoire au Rallye de Monte-Carlo

Tête couronnée puissance 5, le roi Sébastien Ogier, resté fidèle à Ford, peut graver dans le marbre une série sans précédent en Principauté s'il embrasse sa cinquième victoire d'affilée

Pour l'instant, ils sont deux. Deux héros du Rallye Monte-Carlo culminant tout là-haut, au sommet de la légende de la doyenne des épreuves routières. Côte à côte, en première ligne, trônent Sébastien Loeb et Walter Röhrl. Le nonuple champion du monde, lui, est assis sur ses sept glorieuses en Principauté. Sacré record. Quant au géant allemand dont l'empreinte indélébile a marqué les années folles du groupe B, il est le seul à avoir embrassé la victoire au pied du Rocher avec quatre firmes différentes.

Tout juste auréolé d'un cinquième titre suprême conquis de haute lutte en 2017, Sébastien Ogier va-t-il les rejoindre au firmament ? Alors que sonne l'heure du départ de la 86e édition (17 h 50, à Monaco), le maître gapençais du WRC et son fidèle copilote Julien Ingrassia voient en effet se profiler droit devant la calandre de leur Ford Fiesta bodybuildée une occasion en or. Les voilà tout près d'intégrer le cénacle des mythes vivants du monument monégasque. À quatre étapes, dix-sept spéciales, 388 bornes chronométrées et des poussières...

En cas de nouveau triomphe, dimanche, au terme de l'apothéose azuréenne tracée sur les pentes de sa Majesté Turini, le tandem invaincu ici depuis 2014 réaliserait bel et bien une série sans précédent dans les annales "monte-carlesques". Cinq succès d'affilée !

Ford, le retour

Pareillement dominateur, entre 1999 et 2002, Tommi Mäkinen avait loupé le coche. Route de l'exploit barrée par un certain Loeb. Ce dernier, victime de la parenthèse de trois ans hors Mondial de la classique hivernale (2009, 2010, 2011), ne parviendra pas à faire bégayer l'histoire aussi longuement ensuite. Qu'en sera-t-il pour son digne successeur attendu au coin du bois par une ribambelle de rivaux revanchards ?

Encore et toujours plaque tournante de la course qui sillonnera les Hautes-Alpes en long en large et - surtout - en travers, ce soir, demain et samedi, Gap retient son souffle. Un an après avoir réussi son nouveau départ au sein de l'équipe M-Sport, l'enfant du pays entame chez lui la saison de la confirmation. Pas la plus facile, même si Ford signe aujourd'hui son retour officiel sur le front du WRC en soutenant techniquement et financièrement la structure britannique conduite par Malcolm Wilson.

"Grâce à leur talent et à leur professionnalisme, Sébastien et Julien nous ont permis de faire un grand bond en avant, jusqu'à décrocher les deux titres mondiaux, pilotes et constructeurs", clame le boss emblématique. "Nous avons gagné cinq courses l'an passé. Pas question de se reposer sur nos lauriers! Si la bagarre s'annonce tout autant acharnée, ce week-end puis lors des douze étapes suivantes, je sais que notre équipage leader va continuer à tirer le team vers le haut".

Huit mois de disette

Au bout de huit mois de disette, puisqu'il faut remonter au 21 mai 2017 (Rallye du Portugal) pour trouver la trace sa dernière victoire en date, le "Numéro 1", gestionnaire hors pair durant la seconde demi-saison, redémarre avec un appétit d'ogre à 34 ans.

Impatient de tutoyer une nouvelle fois l'excellence sur ce terrain ô combien atypique qu'il affectionne tant. Des routes pavées de mauvaises intentions où les trois autres forces vives du Mondial vont toutes tenter de briser son hégémonie.

Il y a un an, Hyundai était bien parti pour atteindre la cible, mais Thierry Neuville avait vu son élan stoppé net en croisant le chemin d'un parapet en béton. Le challenger belge, vice-champion du monde 2017, s'avance donc remonté à bloc vers le podium initial planté place du Casino, tout comme Andreas Mikkelsen, son nouveau coéquipier dans le camp coréen.

Épatante 2e ici lors de son come-back en rallye, l'armada Toyota conduite par Tommi Mäkinen a enrôlé Ott Tänak, l'ex-partenaire d'Ogier, au côté du pilier Jari-Matti Latvala et de l'espoir Esapekka Lappi. Objectif avoué : gravir la marche supérieure !

Décollage nocturne

Citroën, enfin, espère démontrer au fer de lance de l'alliance M-Sport Ford qu'il a eu tort de tirer un trait sur l'option d'un retour aux sources, voilà quelques semaines, quand s'est posée la question de son avenir. Charge à Kris Meeke de chasser le démon de l'inconstance qui lui met trop souvent des bâtons dans les roues.

Alors, stop ou encore ? Autre vainqueur ou cinq majeur ? Rendez-vous ce soir aux abords de l'ouverture des hostilités. Un décollage nocturne taillé sur mesure pour générer d'emblée quelques grands écarts...

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.