“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Rosberg, étoile et toile à Monaco

Mis à jour le 16/12/2016 à 05:16 Publié le 16/12/2016 à 05:16
Nico Rosberg a reçu un cadeau rugissant des mains du prince Albert II et du président de l'Automobile Club de Monaco, Michel Boéri.

Nico Rosberg a reçu un cadeau rugissant des mains du prince Albert II et du président de l'Automobile Club de Monaco, Michel Boéri. ACM/Jean-Marc Folleté

Rosberg, étoile et toile à Monaco

Mercredi soir, au moment de recevoir des mains du prince Albert II et du président Michel Boéri le présent de l'Automobile Club de Monaco, saluant son titre de champion du monde de F1 fraîchement acquis, Nico Rosberg a su dégainer la formule qui fait mouche.

"Le Grand Prix de Monaco 2015 constitue un super souvenir, comme les deux éditions précédentes que je suis aussi très fier d’avoir remporté.Lewis derrière, Vettel derrière et moi devant : cette toile me plaît!J’espère que Vivian donnera son feu vert pour l’accrocher dans la chambre..."

Mercredi soir, au moment de recevoir des mains du prince Albert II et du président Michel Boéri le présent de l'Automobile Club de Monaco, saluant son titre de champion du monde de F1 fraîchement acquis, Nico Rosberg a su dégainer la formule qui fait mouche.

Invité d'honneur de la remise des prix exceptionnelle qui célébrait les trois champions monégasques couronnés cette saison sur la scène internationale - Charles Leclerc (GP3 Series), Stéphane Richelmi (WEC, catégorie LM P2) et Frédéric Lajoux (F3 Classic Europe) -, l'étoile de Mercedes s'est ainsi vu remettre une aquarelle signée Michael Turner.

Cadeau qui lui est allé droit au cœur puisque le peintre anglais a immortalisé le tournant de la course ayant scellé son troisième triomphe d'affilée en Principauté, l'an dernier.

Mad Max et la grand-mère...

Face à un auditoire admiratif, le jeune retraité désormais rangé des monoplaces est revenu en quelques mots bien sentis sur le GP d'Abu Dhabi, cette finale décisive qui l'a vu réaliser son rêve ultime. « Il y avait vraiment beaucoup de pression. Une fois, deux fois, trois fois, j'ai cru perdre le titre. D'abord quand il m'a fallu écarter la menace Verstappen. Lui, vous savez, on ne le surnomme pas Mad Max par hasard ! Ensuite lorsque mon cher coéquipier s'est mis à rouler comme une grand-mère devant moi pour permettre aux autres de revenir dans mon sillage. Il a fait ça de manière très intelligente. Impossible de le doubler. Heureusement, tout s'est bien terminé. Le franchissement de la ligne d'arrivée, là-bas, demeurera l'un des moments les plus forts de ma carrière de pilote. »

Intronisé membre à vie de l'ACM à l'occasion de cette réception dans le salon des Princes, l'enfant du pays, avant de s'éclipser, n'a pas manqué de jurer fidélité à son rocher d'adoption.

« Monaco a une place à part dans mon cœur. Je vis ici depuis toujours et je resterai ici tout le temps. Simplement parce que c'est l'endroit idéal pour ma famille, pour moi. »


La suite du direct