Rubriques




Se connecter à

Rallye Monte-Carlo 2022: le parc d’assistance fait son grand retour à Monaco

Absent depuis 2006, le parc d’assistance voit grand et s’installe sur l’intégralité du port. Pour cette 90e édition du rallye qui débute ce jeudi 20 janvier 2022, cela représente un vrai défi logistique.

Kévin Sanchez Publié le 18/01/2022 à 11:05, mis à jour le 18/01/2022 à 14:16
Les camions et chapiteaux des équipes ont pris possession des lieux. Photo Michael Alesi/Dir' com.

Porté disparu sur la Principauté depuis plus de 15 ans, le parc d’assistance fait son grand retour. Habitués des paddocks de F1 et FormuleE, les résidents de la Principauté, et les visiteurs, auront l’occasion d’observer d’un peu plus près les voitures de rallye qui participeront à cette 90e édition.

Postés sur la totalité du port Hercule, jusqu’au bout du Quai Antoine 1er, les 75 équipages vont ainsi préparer leurs voitures pour les 300 km de spéciales qui les attendent.

En tout, 12.000 m2 sont dédiés à l’assistance. Pour chaque team, un espace est alloué allant de 1.300 m2 pour les écuries WRC à 100 m2 pour les équipes amateurs. La grande majorité du matériel étant apportée par les différentes teams, reste à aménager et équiper certaines zones spécifiques, comme celle des médias ou d’autres infrastructures d’accueil.

À cela s’ajoutent les voies de circulation, le parc fermé, la zone TV et celle réservée aux pneumatiques.

"On a commencé notre première réunion avec les services de l’État au mois de juin, précise Romain Pugliese, commissaire général adjoint et responsable logistique du rallye. Heureusement qu’on a l’expérience du Grand Prix avec ses rouages, ses entités et les personnes qui y travaillent. C’est un mini Grand Prix finalement."

 

Environ 4 à 5 jours sont nécessaires aux grandes marques afin d’installer leur stand contre seulement quelques heures pour les autres catégories.

Un tournant écologique dans l’air du temps

Il n’y a pas que les voitures qui se tournent vers des modes de fonctionnement plus verts. Depuis quelques années, l’organisation du rallye est soumise par la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA) à respecter différents points en matière d’écologie.

Le rallye a d’ailleurs été accrédité 3 étoiles pour tout ce qui était mis en place par l’organisateur. Le tri sélectif, la limitation des émissions de gaz à effet de serre, la plantation d’arbres en partenariat avec l’association Alpes Rallye Clean, sont autant de charges que l’ACM s’efforce de respecter.

"Chaque année nous sommes audités par la FIA qui vient vérifier si on respecte nos engagements. Si on y ajoute la partie Covid depuis deux ans, ça nous fait pas mal de travail supplémentaire", souligne Romain Pugliese.

Un véritable esprit d’équipe

Au total, ce sont plus de 500 commissaires bénévoles qui seront mobilisés sur la durée de l’événement du 20 au 23 janvier.

 

Pour certains le travail a déjà commencé comme pour installer les zones techniques et les différents bungalows servants habituellement pour le Grand Prix de Formule 1. En tout, 2.000 barrières de foule et 5.150 mètres de filets de protections vont être utilisés à la fois dans la zone d’assistance et sur le parcours.

Un travail de fourmi qui est désormais parfaitement rodé et encadré par Romain Pugliese et les équipes de l’Automobile Club de Monaco.

"On est un petit noyau à l’ACM qui travaille sur les événements. La réussite passe par la discussion et les réunions pour éviter les problèmes en essayant de contenter tout le monde. C’est un travail d’équipe et de lien avec les municipalités qui nous aident sur toute la partie parcours. Après c’est beaucoup de planifications." Il faut ajouter à ça plus de 1.000 agents des forces de l’ordre et 650 pompiers présents à la fois sur le parc d’assistance et le parcours.

Le tenant du titre, Sébastien Ogier, tentera de briguer un 9e succès sur les routes de Monte-Carlo. Photo Cyril Dodergny.

Un programme original pour cette 90e édition

Après 8 départs consécutifs à Gap, le rallye s’élancera en Principauté pour cette 90e édition, du jeudi 20 au dimanche 23 janvier. Une volonté de l’Automobile Club de Monaco qui souhaitait orchestrer les festivités autour de la course.

Ce mardi 18 janvier 2022, c’est place aux reconnaissances avant le grand départ.

Au rang des nouveautés, on notera le retour du Shakedown- la séance de mise au point- qui permettra aux pilotes de la catégorie reine (P1) de tester une dernière fois leurs nouvelles machines hybrides. Une occasion manquée pour les passionnés de voir rouler pour la première fois ces nouvelles voitures puisque la séance se déroulera jeudi matin (9 h 30) à huis clos.

Il faudra donc patienter jusqu’à 18 h 45 pour voir s’élancer les bolides depuis la Place du Casino. Deux spéciales en nocturne seront au programme entre Lucéram et Lantosque (15,2 k) puis de La Bollène-Vésubie jusqu’à Moulinet (23,25 km). Des étapes qui feront office de nuit du Turini pour les fans.

Le lendemain, les pilotes devront parcourir 97 km- la plus longue journée sur le plan kilométrique- découpés en 6 tronçons entre Le Fugeret et Entrevaux pour des spéciales 100 % Maralpines, qualifiées de véritable "concentré de difficultés" par l’organisation.

Pour la journée de samedi le rallye fera la part belle aux Alpes-de-Haute-Provence à travers 5 spéciales entre Le Fugeret et Thoard. 92 km de course avec au programme le redouté col de Fontbelle.

Enfin l’épreuve sera close comme de tradition dimanche avec les 3 dernières spéciales entre La Penne et Entrevaux. L’ES 14 devrait être particulièrement intéressante à suivre puisqu’il s’agira de routes encore jamais empruntées par les pilotes qui devront se rendre à Collongues (19 km). Le retour à Monaco sur la Place du Casino comme pour boucler la boucle se fera à 14 h pour remettre le trophée à l’équipage vainqueur sur le podium.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.