Rubriques




Se connecter à

Rallye de Monte-Carlo : Meeke se prend pour Loeb !

Comme son ex-coéquipier alsacien en 2015, le Britannique a hissé sa DS3 au sommet de la hiérarchie devant la Polo de Sébastien Ogier, hier lors du préambule nocturne. Vivement la suite !

Recueilli par G. L. Publié le 22/01/2016 à 05:13, mis à jour le 22/01/2016 à 05:13
Kris Meeke et la DS3 numéro 7 : un départ canon ! Mickaël Alési

Ces derniers jours, depuis l'enclenchement du compte à rebours, aux quatre coins des Alpes du sud, on piaffait d'impatience. On l'attendait en rongeant son frein, comme les prochaines vacances à la neige ou la nouvelle édition du calendrier Pirelli.

Trois, deux, un…

Top départ pour le 84e Rallye Monte-Carlo, dont la roulette tant redoutée par les cadors du WRC s'est remise en route hier soir, place du Casino.

Avant d'entamer le copieux plat de résistance servi aujourd'hui et demain autour de Gap, le hors-d'œuvre nocturne comprenait deux épreuves spéciales pavées de mauvaises intentions.

 

De quoi provoquer d'emblée quelques indigestions. Petites natures s'abstenir…

Evidemment, face à la citadelle d'Entrevaux accueillant encore l'ouverture des hostilités, tandis que le mercure décline et se rapproche de 0 °C, une question trône en pole position dans les discussions : cueilli à froid l'an passé par son « meilleur ennemi », Sébastien Loeb, venu s'administrer une sacrée piqûre de rappel, Sébastien Ogier, le pilote de pointe du rouleau-compresseur Volkswagen parviendra-t-il cette fois à imposer sa loi d'emblée sur les 21 bornes serpentant vers Rouaine ?

La réponse ne tarde pas à tomber. Sitôt en action, sitôt en tête ! Chaussée en gommes « super tendre », choix logique compte tenu de l'état de la chaussée, « relativement propre » dixit Bruno Saby, l'ouvreur officiel, Sébastien Ogier s'empresse de prendre la direction des opérations.

Démarrage au quart de tour de la Polo numéro 1 qui largue ses sœurs jumelles pilotées par Andreas Mikkelsen (à 9''4) et Jari Matti Latvala (à 11''2). Seule la DS3 d'un Kris Meeke gonflé à bloc limite les pertes (2e à 4''1) malgré un tête-à-queue. Reste alors à négocier les clues de Barles et un col du Fanget (1549 m) parsemé de quelques plaques luisantes nécessitant des pneus cloutés.

 

Bis repetita pour le leader ? Que nenni !

En fin de soirée, Kris Meeke, en transe, réalise un parcours sans faute et s'empare des commandes pour 6''9. Façon Loeb, s'il vous plaît !

La suite ? Cap au nord.

Direction le Champsaur, aujourd'hui, ce jardin extraordinaire où l'enfant du pays avait renversé la vapeur il y a un an pour se diriger irrésistiblement vers sa troisième glorieuse au pied du Rocher.

Attention au tournant !

 

Christian Tornatore, directeur d’épreuve : « Des bagarres à tous les étages » 

Christian Tornatore Photo Jo Lillini.

Christian Tornatore, jusqu’à présent,au moment où la course démarre, cette 84e édition a-t-elle répondu à vos attentes?
Certainement. Alors qu’on tablait sur 80 engagements, 94 demandes ont été enregistrées et 88 équipages autorisés à prendre le départ. C’est un peu moins que l’an dernier mais nous sommes satisfaits de voir que tous les concurrents attendus répondent présent. Il suffit de regarder les noms des hommes et des machines dans les trois catégories du WRC ainsi qu’au sein du Clio R3T European Trophy. De quoi garantir de belles bagarres à tous les étages.

Après les attentats du13 novembre, avez-vous redouté l’annulation faute de forces de l’ordre disponibles?
Oui, tout à fait. L’incertitude a plané durant plus d’un mois puisque le feu vert ne s’est allumé que le mercredi 23 décembre. Même si on pouvait accroître un peu le nombre de nos commissaires, ça ne suffisait pas, car il y a environ 1000 personnes mobilisées durant les quatre jours de course, essentiellement des gendarmes.

Quel est votre principal mot d’ordre concernant la sécurité?
Toujours le même! Que les gens respectent les recommandations que l’on diffuse sur notre site ou par l’intermédiaire des médias. Il suffit de les lire et de les intégrer. Il en va de la survie de toutes les épreuves automobiles, c’est évident.

La disparition dela Coupe R-GT?
En tant que fervent défenseur des GT, je la regrette. Force est de constater que ce coup d’essai n’a pas été un coup de maître. D’une part, il faut reconnaître que la diversité fait défaut, puisqu’on ne voyait que des Porsche. De l’autre, la restriction de puissance imposée à ce type d’auto afin de ne pas nuire aux WRC n’incitait pas les concurrents à investir là-dedans. Voilà, maintenant, espérons que la future réglementation 2017 instaurée pour booster les WRC permettra aux GT de redémarrer sur de meilleures bases...

Le prochain Rallye du Mexique (4-6 mars) battra un record de longueur sous l’ère WRC avec une épreuve spéciale de 80 kilomètres. Ici, ce serait possible?
Ce serait difficile à trouver. Et compliqué à gérer. 80 bornes d’un coup, on est quand même à la limite de la capacité des machines, et même des hommes. Tant mieux si le Mexique peut le faire. Moi, j’ai du mal à l’imaginer. Et de toute façon, je préfère deux fois 50 kilomètres, comme prévu ce samedi, plutôt qu’une fois 80.

 

L’accord entre l’Automobile Club de Monaco et les Hautes-Alpes portait sur trois ans, jusqu’à 2016. Sera-t-il prolongé?
C’est vrai qu’on arrive à l’échéance. Celle-ci n’est pas écrite, mais théorique. Pour l’instant, tout reste à décider. On est bien à Gap comme on était bien à Valence. Seule certitude : la question sera étudiée rapidement après l’arrivée. Et si reconduction il y a, elle ne portera pas forcément sur trois ans. Il s’agira peut-être d’un an renouvelable...

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.