Rubriques




Se connecter à

Possible invitée surprise du Grand Prix de France, "la pluie peut changer pas mal de choses"

Tombera? Tombera pas? Annoncée dimanche matin sur le Castellet, la pluie pourrait s’inviter sur ce Grand Prix de France et rebattre les cartes de la course dimanche après-midi en offrant une chance aux écuries moins performantes de bousculer la hiérarchie.

Laurent Seguin Publié le 19/06/2021 à 10:44, mis à jour le 19/06/2021 à 10:44
Depuis jeudi et l’arrivée des pilotes au Paul Ricard, la pluie est un des sujets qui animent le plus les paddocks France. HOCH ZWEI / Avalon / PQR

Répondant vendredi matin à une question de l’un de nos internautes, Jean Alesi ne voyait que la pluie pour déjouer les pronostics autour d’une victoire promise dimanche après-midi à l’un des quatre pilotes (Hamilton, Bottas, Verstappen et Perez) des deux écuries (Red Bull et Mercedes) qui dominent cette saison de F1.

"La variante, c’est la météo. S’il y a des conditions de courses changeantes avec un départ sous la pluie et une piste qui sèche, un pilote avec une voiture de moindre performance peut s’en sortir", annonçait vendredi le vainqueur de l’édition 1995 du Grand Prix du Canada.

"La pluie apporte toujours beaucoup d’imprévus et peut changer pas mal de choses, confirmait de son côté Pierre Gasly. Même si ici, avec tous ces dégagements, les erreurs sont plus facilement pardonnées. Une sortie de piste peut faire perdre cinq secondes, mais pas forcément la course".

"Rien n’effraie Alonso", à son aise sur piste détrempée

Incertaine, annoncée seulement dans la matinée de dimanche et moins déterminante que sur d’autres tracés, comme Monaco, la pluie n’aura sans doute pas le poids qu’une partie du paddock, et peut-être même des tribunes, appelle de tous ses vœux.

 

Des vœux que l’on ne formule d’ailleurs pas chez Alpine où le directeur général de l’écurie française, Laurent Rossi, refuse de "faire la danse de la pluie " pour espérer un succès sur son grand prix national.

"La pluie peut nous servir, car elle nivelle les performances vers le bas, juge Rossi. Et il est vrai qu’avec elle, la course devient ensuite une affaire de pilotage. Mais si Esteban (Ocon) est très performant sous la pluie et si Fernando (Alonso) est un double champion du monde (2005 et 2006) que rien n’effraie, pas même la neige, je ne vais pas invoquer les dieux de la pluie pour qu’elle tombe dimanche", s’amuse le boss d’Alpine qui tient effectivement dans ses rangs et avec Alonso, l’un des tout meilleurs pilotes sur piste détrempée.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.