Rubriques




Se connecter à

On a assisté aux premiers tours de pistes de Charles Leclerc avec ses proches

Le panache de leur "Charlot" en début de course n’a pas suffi à atténuer la frustration d’un 4e abandon consécutif à Monaco. Mais amis et proches, fiers, lui prédisent d’imminents succès.

Thomas MICHEL (tmichel@nicematin.fr) Publié le 27/05/2019 à 12:00, mis à jour le 27/05/2019 à 11:39
Les amis d’enfance de Charles, son oncle, sa tante et son petit-cousin, arboraient tous le sourire en fin de course, persuadés que l’heure de gloire attend Charles. Photo Thomas Michel

Le toit-terrasse de la Direction de course affichait complet bien avant le départ, hier. Un public à forte consonance locale qui n’avait d’yeux que pour Charles Leclerc. Et le petit les a servis d’entrée.

Malheureusement, même les appels à Sainte Dévote, à commencer par ceux de Mgr Barsi - présent parmi quelques sommités - n’auront suffi à porter notre chouchou jusqu’au drapeau à damier.

Agressif et audacieux, le Monégasque attaque pourtant pied au plancher et gratte des places dès les premiers virages. Quel pied ! Et que dire du coup de maître à venir. Dans un mouchoir de poche, là même où le fils Schumacher avait échoué en Formule 2 deux jours avant, Charles fait l’intérieur à Grosjean dans la Rascasse. L’espoir d’une folle remontée grandit, l’euphorie ne demande qu’à gagner les supporters.

Rivées devant un écran de télévision, la maman de Charles, sa petite amie et une de ses amies, ne manquent pas une miette du spectacle. Peu importent les qualifs désastreuses de la veille, le pilote Ferrari, fidèle à lui-même, vend du rêve. Avant la douche froide du 19e tour…

 

Soudain, des cris

Alors qu’il tente le même coup de poker sur Hülkenberg à la Rascasse - avec qui il aura une brève explication en zone mixte après la course -, Charles touche la monoplace Renault. Les invités de l’ACM se crispent. Sa maman disparaît.

De Jacky Ickx, en mode téléspectateur dans un salon, à l’attaquant du Paris-Saint-Germain Eric Choupo-Moting, heureux comme un gamin d’assister à pareil spectacle, tous sentent que la course du petit vient de basculer du mauvais côté.

Et soudain, des cris de désespoir couvrent le tintamarre des moteurs. Mains sur la tête, une bande de jeunes traversent en courant le toit-terrasse pour se positionner au-dessus des stands. Charles a crevé et, une roue en berne, rentre aux stands. L’espoir s’éteint et ne renaîtra plus, malgré la tentative de revenir en course de la Ferrari.

"Un peu frustrant"

À chaud, son oncle, Thierry Manni, essaye de décrypter cet abandon. "Il reprend la route et au bout de 15 ou 30 secondes, on voit qu’il parle à la radio et j’ai dit à ma femme que c’était foutu. Il s’est rendu compte que la voiture n’était plus assez agile et il a abandonné. C’était la tentative de la dernière chance."

 

Charles out, les balustrades se vident. Et ce n’est pas l’attaque scabreuse de Verstappen sur Hamilton, dans les derniers passages à la chicane du port, qui relancera l’euphorie naissante après le départ canon de "Charlot".

Principal animateur d’une course fade, Charles est contraint de déposer les armes pour une quatrième fois de rang sur ses terres. Évidemment frustrant pour son oncle qui, faisant fi de toutes les polémiques, se félicite du message clair envoyé par Mattia Binotto, boss de Ferrari.

"Il a donné une bonne position en disant clairement que chaque équipe est indépendante au sein même de Ferrari. Il y a deux teams. Ce qui gêne, c’est quand on cumule les erreurs sur les quatre premiers Grands Prix. Il y en a toujours une et c’est un peu frustrant."

Mais la saison est loin d’être déterminée pour Charles et, ça, ses amis d’enfance ne manquent pas de le rappeler. Ricardo, Nicolas, Joris, Thomas, Hugo et Guillaume - avec une pensée pour Alex - se veulent optimistes alors que le God Save The Queen résonne en fond.

"Ça va se faire avant la fin de saison"

"On a aucun doute sur son talent et son potentiel. Malheureusement à Monaco, ça s’est mal passé les années précédentes pour lui. On espère que l’année prochaine ça ira mieux, c’est jamais de sa faute donc on garde espoir."

 

D’autant que leur ami leur a donné des frissons. "En début de course, il nous a montré qu’il était capable de doubler dans des situations très délicates. C’est passé la première fois, la deuxième c’était plus compliqué… Mais c’est la course, c’est le jeu."

"Détendu et très confiant" ces derniers jours, Charles aurait par ailleurs bien géré la pression sur ses épaules. "On sent la différence à Monaco parce qu’il est né ici et que c’est un événement spécial mais il est égal à lui-même face à la pression sur tous les circuits. C’est quelqu’un qui a énormément de talent. Il est sérieux et a de grandes qualités de concentration."

Évoquant un Charles qui n’a pas changé depuis leur rencontre à l’école, et ne manquant pas une occasion de les rejoindre pour passer des moments "calmes" à Monaco, la bande de copains lui prédit en chœur de très prochaines occasions de sabler le champagne. "Il y en aura d’autres très rapidement! Avant la fin de saison ça va se faire. Vu son comportement, son talent et son caractère, ça va se faire."

Illustration Photo Thomas Michel.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.