Rubriques




Se connecter à

L’organisateur du Rallye Monte-Carlo détaille les spécificités de l’édition 2022 recentrée en Principauté

Dans cinq mois, l’étape d’ouverture du WRC sera ancrée quatre jours durant à Monaco. Et elle ne sillonnera que deux départements, 06 et 04. Christian Tornatore, le patron, trace la carte.

Gil Léon Publié le 23/08/2021 à 19:51, mis à jour le 23/08/2021 à 20:29
Du 20 au 23 janvier 2022, Monaco redeviendra l’épicentre de la manche d’ouverture du WRC. Photo ACM/Jean-Marc Follete

De Monaco à Monaco sans passer par Gap. Sans Ardèche, ni Vercors... Au moment de négocier un virage symbolique, le 90e rugissant, le Rallye Monte-Carlo remet le cap au sud. Du 20 au 23 janvier 2022, seules les Alpes-Maritimes et les Alpes-de-Haute-Provence verront débouler les nouvelles reines du Mondial (WRC). Des Rally1 Hybrides qui devront tenir la distance d’entrée, et notamment engloutir deux copieuses étapes d’un trait le vendredi 21 (6 épreuves spéciales sans assistance à mi-parcours) et le samedi 22 (5). Un mois après la présentation de la feuille de route (4 étapes, 17 ES, 319,33km chronométrés), Christian Tornatore, commissaire général de l’Automobile Club de Monaco et directeur de l’épreuve, lève un autre coin de voile. Suivez le guide!

Christian, le communiqué présentant le parcours de cette 90e édition ne mentionne que la place du Casino, théâtre de la cérémonie de départ et de la remise des prix? Où seront implantés le parc fermé et le parc d’assistance?

Le parc fermé sera situé sur la digue Rainier-III. La grande, celle qui accueille les croisiéristes. Quant à l’espace dédié aux structures d’assistance, il s’étendra dans la continuité, de l’esplanade des pêcheurs au quai Albert-Ier, via le quai Antoine-Ier, occupé partiellement, et la darse sud.

Serez-vous contraint de limiter le nombre des engagés?

 

Si on sait à peu près quelle surface nous pourrons exploiter, on n’a pas encore évalué la quantité de voitures. En janvier dernier, à Gap, il y en avait 84 inscrites (et 79 au départ, ndlr). Une fois allumé le feu vert ferme et définitif, après les nombreuses incertitudes liées à la crise sanitaires, nous avions accepté toutes les demandes. Là, il faudra peut-être recourir à une sélection si on est gêné aux entournures. J’ose espérer que l’on puisse accueillir au moins 70 équipages. Aujourd’hui, vous savez, implanter un parc d’assistance WRC à Monaco, ça relève presque du miracle. Voilà plus d’un an que l’on planche sur le sujet, avec l’appui de tous les services de l’État monégasque concernés, afin de rendre la chose possible. Nul doute que les résidents de la Principauté qui n’ont pas vu un parc d’assistance ici depuis 2006 seront étonnés, surpris. Dans cinq mois, ils pourront mesurer la différence, l’évolution.

Y aura-t-il un "shakedown"?

Non. À Gap, la spéciale d’essais se trouvait à 6 kilomètres du parc d’assistance. Situation parfaite. Pour les concurrents, il s’agissait juste d’un saut de puce. Ici, la seule route adéquate à proximité est celle du col de la Madone. Mais compte tenu de la circulation assez dense dans les parages, il faudrait que les liaisons aller et retour soient à sens unique. Donc après l’arrivée à Sainte-Agnès, les voitures devraient rentrer en Principauté par Menton. Comme chacun fait trois ou quatre passages, c’est trop long, trop compliqué. Nous avons prévenu le promoteur du WRC et il est d’accord.

La mise en route de la nouvelle catégorie reine Rally1 Hybride impose-t-elle des changements pour l’organisateur, par exemple concernant les distances du parcours ou l’aménagement des parcs?

Pas du tout. La nouvelle Rally1 est une voiture hybride rechargeable, pas 100% électrique. Par conséquent, point besoin de prévoir des bornes de rechargement ici et là. Côté carte, les kilométrages des spéciales et des liaisons ne varient pas. Globalement, les règles restent les mêmes. La principale différence, en fait, elle est pour les spectateurs en cas de sortie de route. La FIA va équiper les voitures de plusieurs voyants visibles de l’extérieur qui s’allumeront en rouge si l’auto est chargée électriquement, et qu’il ne faut pas la toucher, ou en vert s’il n’y a aucun danger. Nos commissaires ont l’habitude de gérer ce paramètre lors du Grand Prix F1 et de l’E-Prix (Formule E). En revanche, le public doit savoir que désormais, on ne peut plus essayer de dégager les voitures plantées dans le décor comme avant, sans précaution. La FIA et les organisateurs devront ainsi communiquer, éduquer.

 

Le retour des épreuves spéciales du haut pays niçois a-t-il été décidé en concertation avec la population des vallées meurtries par la tempête Alex?

Absolument! Certaines communes nous ont sollicités. Roquebillière, La Bollène-Vésubie, entre autres. Sachant que nous voulions refaire de Monaco la plaque tournante de la course, ils nous ont dit: "Venez, on vous attend!" En 2021, mieux valait ne pas encombrer les principaux axes de circulation de ce secteur durement touché. Le Rallye Monte-Carlo est ravi d’y revenir en 2022. Et de contribuer à sa manière au renouveau des vallées.

La précédente édition 100% sudiste, en 2006, avait été perturbée par des problèmes de circulation: plusieurs embouteillages sur les routes d’accès aux stations de ski, deux épreuves spéciales annulées... Craignez-vous des blocages du même genre l’an prochain?

Bonne question! (Rire) Non, on ne se fait pas de bile. Tout simplement parce que la course empruntera ces axes longeant la Vésubie et la Tinée le jeudi soir et le vendredi. Pas le week-end. Ensuite, elle mettra le cap sur les Alpes-de-Haute-Provence. Même si on doit parfois prendre des risques, ce tracé-là a été établi de façon raisonnée. Pas n’importe comment.

Par rapport à 2021, le parcours est modifié à plus de 95%. Vous pouvez le définir en deux ou trois mots?

Je le trouve équilibré, cohérent. Chapeau à nos traceurs, leur tâche ne fut pas simple. Au début, trois départements figuraient dans nos plans. Mais comme deux ou trois communes varoises ont mis d’entrée leur véto, on a rebroussé chemin. Tant pis.

Que répondez-vous à ceux qui craignent une absence totale de neige et de glace?

 

Sur le papier, l’hypothèse peut tenir la route. C’est vrai qu’on descend en latitude et en altitude. Autour de Gap, les probabilités de rencontrer des conditions hivernales sont plus fortes. Dans les Alpes-Maritimes, a priori, seul le col de Turini pourrait offrir un tronçon de route enneigé. Ailleurs, on verra. Découverte cette année, la descente ultra-glacée du col du Buis a surpris les pilotes. Elle les attendra de nouveau au tournant de la "Power stage", le dimanche matin (ES15 et 17).Quelle que soit la couleur du ciel, il y aura encore des pièges. Je l’espère, en tout cas, car il ne faut pas qu’on perde notre identité! (Il sourit)

Ce retour en Principauté à temps plein, il perdurera au-delà de 2022?

Pour l’instant, rien n’est gravé dans le marbre pour 2023 et après. Voyons d’abord comment cette 90e édition va se dérouler. On peut parler d’un retour aux sources mais aussi d’un test grandeur nature. Aujourd’hui, il s’avère très compliqué d’organiser une grosse manifestation telle que le Monte-Carlo ici. À cause du manque d’espace pour accueillir les structures des concurrents, à cause de la mer et de la frontière italienne qui limitent le champ d’action... Le Rallye 2022 en apporte la démonstration. Voilà, nous avons tout fait pour que ça se passe bien. Mais si on s’aperçoit que ça coince quelque part, pour une raison ou une autre, la circulation en ville et aux abords, le bruit, les horaires, on retournera sillonner des montagnes plus éloignées.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.