“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Loeb et Ogier au rallye Monte-Carlo: duel aux sommets

Mis à jour le 23/01/2019 à 09:31 Publié le 23/01/2019 à 09:30
Janvier 2003 : Sébastien Loeb fonce vers son premier triomphe en Principauté... où Citroën réalisera un fabuleux triplé avec McRae et Sainz.

Janvier 2003 : Sébastien Loeb fonce vers son premier triomphe en Principauté... où Citroën réalisera un fabuleux triplé avec McRae et Sainz. Photo Jo Lillini

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Loeb et Ogier au rallye Monte-Carlo: duel aux sommets

Sébastien Loeb "débutant" chez Hyundai, Sébastien Ogier revenant chez Citroën: qui élargira son empreinte de géant cette semaine à domicile pour le 87e rallye de Monte Carlo.

Comme quoi il ne faut jamais dire "jamais"! En janvier 2015, lors de leur dernière confrontation directe sur la scène majuscule du Rallye Monte-Carlo, quel esprit fertile aurait pu imaginer qu’on les retrouverait face à face quatre ans plus tard ? Pas grand monde, voire personne. Et pourtant... Coucou, les revoilà !

Ce jeudi soir, à Gap, quand la manche d’ouverture du WRC 2019 prendra son envol, soyez sûrs que tous les regards seront braqués sur eux.Ensemble, les ogres Loeb et Ogier « pèsent » la bagatelle de 15 titres mondiaux (9+6) et 13 triomphes en Principauté (7+6) ! L’un, à bientôt 45 ans, s’offre une seconde jeunesse chez Hyundai. L’autre, à 35 ans, revient au bercail Citroën. Avec une même envie : (re)conquérir le Rocher, encore et toujours. Prolonger la légende, quoi.

Sébastien Loeb: Ce qu’il a fait et CE QU’IL PEUT RÉUSSIR

Jo Lillini

Si les routes du Rallye Monte-Carlo et du WRC ne s’étaient pas séparées pendant trois ans - la durée de la parenthèse en Intercontinental Rally Challenge, de 2009 à 2011 - combien de trophées le tandem Loeb-Elena totaliserait-il ? Huit ? Neuf ? Dix ? Battu seulement par Tommi Mäkinen (2002), Marcus Grönholm (2006) et... Sébastien Ogier (2015) sur ce terrain atypique où sa science de la course influe autant que son talent hors norme, l’Alsacien tient encore et toujours la corde au palmarès avec sept glorieuses (2003, 2004, 2005, 2007, 2008, 2012, 2013). Alors que son compteur ne totalisait qu’un seul succès mondial (Allemagne 2002), la démonstration magistrale conclue en Principauté devant les deux Citroën Xsara jumelles du regretté Colin McRae et de Carlos Sainz, en janvier 2003, avait marqué les esprits. Le début d’une sacrée hégémonie.

En cas de dénouement heureux, dimanche sur le podium de la délivrance planté place du Palais, nul doute que les nonuples champions du monde n’oublieront pas de sitôt cette 87e édition. Trois mois après le fantastique coup d’éclat catalan, Loeb et Elena porteraient d’abord leur record à 8 triomphes en Principauté. De quoi reprendre deux longueurs d’avance sur le « meilleur ennemi ». Ils atteindraient par la même occasion un autre cap vertigineux : 80e victoire en WRC, s’il vous plaît ! Mais, surtout, l’ex-emblématique tête couronnée de Citroën Racing démontrerait là qu’elle est capable de gagner au top niveau avec un autre constructeur, Hyundai en l’occurence. Comme ça, tout juste revenu du Dakar, en n’ayant accompli qu’une seule et unique séance d’essais au volant de la i20 Coupé - dimanche dernier dans les Hautes-Alpes -, l’exploit n’en serait que plus retentissant. En résumé : digne de lui !

Sébastien ogier: Ce qu’il a fait et CE QU’IL PEUT RÉUSSIR

(
( DR

Cinq à la suite, série en cours ! Invaincus depuis 2014, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia pointent incontestablement en tête du classement des « serial winners ». Que ce soit sur les pentes des grands cols azuréens ou dans son jardin haut-alpin, au volant d’une Volkswagen Polo officielle ou dans le baquet d’une Ford Fiesta du team M-Sport, le natif de Gap règne sans partage quand survient le périlleux tournant du mois de janvier. Souvent reléguée au second plan, sa griffe initiale sur les tablettes de la classique hivernale avait lancé sa carrière, rappelons-le. En 2009, avant d’entamer une fulgurante ascension au sein du cocon Citroën, le jeune loup du massif du Champsaur s’était permis d’imposer sa Peugeot 207 Super 2000 devant les meilleurs spécialistes de l’Intercontinental Rally Challenge (IRC). La victoire en 2017, avec une Fiesta WRC apprivoisée illico presto suite au soudain retrait de VW, garde aussi une place à part dans les annales.

Rejoindre l’immense Walter Röhrl : voilà tout simplement le défi taille XXL qui se profile aujourd’hui droit devant Sébastien Ogier. Eminente figure de la mythologie « monte-carlesque », le géant allemand couronné champion du monde à deux reprises (1980, 1982) a marqué d’une empreinte indélébile l’histoire de la doyenne des courses routières. En tant que héros puissance 4 avec 4 marques différentes : Fiat (1980),Opel (1982), Lancia (1983) et Audi (1984). D’aucuns pensaient que pareille prouesse demeurerait unique ad vitam æternam. Fausse route, peut-être... Après avoir hissé Peugeot, Volkswagen et Ford au sommet du Rocher, l’insatiable détenteur du numéro 1 entend bien continuer à faire bégayer le palmarès, cette fois dans l’habit de lumière Citroën. Surtout qu’il en profiterait au passage pour revenir à égalité avec son illustre aîné : 7 à 7, balle au centre ?


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.