“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les tontons chambreurs

Mis à jour le 28/05/2016 à 05:11 Publié le 28/05/2016 à 05:11
Alonso - Ricciardo : deux champions et deux pitres complices.

Alonso - Ricciardo : deux champions et deux pitres complices. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les tontons chambreurs

Avant de rouler à tombeau ouvert dans les rues de la Principauté demain, les pilotes ont ouvert leur cœur aux fans, hier après-midi au MGP Live. Espiègles et sincères, deux duos ont régalé

Ils ne sont que 22 dans le monde à disposer d'un baquet à plein-temps. Inutile, dès lors, de s'appesantir sur la rude concurrence inhérente à la discipline. Entre inimitiés et animosités, l'histoire de la F1 regorge d'anecdotes croustillantes de pilotes allergiques à leur coéquipier. Autant de compétiteurs exacerbés qui, les feux rouges éteints, sont prêts à tout pour devancer leur voisin de paddock sur la ligne. Forcément plus médiatisées que les relations cordiales et amicales, ces frictions en feraient presque oublier les gentlemen - et parfois enfantins - coureurs qui composent l'actuel plateau de la F1. Taquins et bavards, deux binômes ont ainsi envoûté la fan-zone, hier après-midi place d'Armes. Alonso et Button (McClaren) ; Verstappen et Ricciardo (Red Bull).

Button : « Si je gagne, je prends ma retraite »

Invités à succéder à Carlos Sainz Jr, les compères de McClaren ont réveillé le MGP Live par leur humour. Passées les déclarations plan-plan sur le mythe de Monaco, cette course « très spéciale », « la plus folle », « qu'on rêve tous de gagner », Alonso et Button ont décompressé en public à la veille des essais qualificatifs.

La mèche a été allumée par Button, vainqueur en 2009 : « Fernando m'a rappelé que je n'avais gagné qu'une fois à Monaco [2009, NDLR]. » « Et moi deux ! » rétorque du tac-au-tac un Alonso moqueur. Avant d'insister : « Quand ça ? »

« Il y a bien longtemps », concède Button, rieur et complice. La foule s'esclaffe, validant le fil rouge de la discussion à venir.

Et Alonso de revenir à la charge, évoquant le charme des remises de prix en Principauté, la promiscuité des mécaniciens au moment de lever le trophée ou encore la présence du prince Albert. Il adresse alors à Button un ironique : « Tu te souviens de ce que c'est ? » Beau joueur, le Britannique conclut ce running gag avec malice : « OK, cette fois je crois que si je gagne dimanche, je prends vraiment ma retraite ! (rires) »

Manifestement à son aise, Fernando Alonso a ensuite soufflé sur les braises d'une audience conquise en réalisant un selfie géant avec Jenson Button et en descendant signer quelques autographes au pied du podium. Dans l'ombre, il cédait sa place au binôme du moment : Ricciardo-Verstappen (Red Bull).

« Tu n'avais plus de voix »

D'abord sérieux, le tout nouveau résident monégasque et invité surprise des premiers essais libres, Daniel Ricciardo, a avoué parader en vélo dans Monaco quand il en a l'opportunité, mais ne pas avoir l'impression d'avoir un coup d'avance sur la concurrence pour autant. « Franchement, une fois que les barrières sont posées et qu'on passe en configuration Grand Prix, j'ai l'impression d'être à l'étranger. »

Et Alonso de surgir de nulle part pour interrompre la discussion et prendre un selfie avec ses deux collègues ! Un pitre en chassant un autre hier, Ricciardo surenchérit.

Sourire ultra bright pendu aux lèvres, le garnement a essayé de piquer les fiches de son intervieweur pendant que Verstappen s'étendait sur sa victoire en Espagne et son nouveau statut de prodige. L'occasion de glisser un conseil à son grand-père. « Reste calme et ne bois pas autant de bière que la dernière fois, car tu n'avais plus du tout de voix ! »

Enfin, Ricciardo de rassurer une fan regrettant qu'il ne réponde pas à ses invitations sur les réseaux sociaux. « C'est vrai qu'il faut que je donne plus d'amour à mes fans. Regarde ce soir, ta demande d'ami sera acceptée. »

Quelle opération séduction !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.