“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Le véhicule électrique de la société monégasque Venturi bat son propre record du monde

Mis à jour le 23/09/2016 à 05:13 Publié le 23/09/2016 à 05:13
Roger Schroer, le pilote de la VBB-3.

Roger Schroer, le pilote de la VBB-3. Venturi 2016 Shivraj Gohil / Spacesuit Media

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le véhicule électrique de la société monégasque Venturi bat son propre record du monde

La VBB-3, le bolide élaboré par la société monégasque Venturi, vient de battre son propre record du monde de vitesse pour un véhicule électrique terrestre. Le nouveau chiffre à retenir : 549 km/h

La superstition finit toujours par gagner les plus grands champions. Ces trois derniers étés, le team Venturi affichait un optimisme à toute épreuve, certain de battre son propre record du monde de vitesse pour un véhicule électrique terrestre, établi en 2010. La VBB-2,5 avait alors réalisé 495 km/h.

Seulement voilà, les mauvaises conditions météo en 2013, 2014 et 2015 ont à chaque fois douché les ambitions de la société monégasque (lire nos repères).

Passer la seconde

C'est sans doute pour cela que, après avoir autant joué de malchance, l'équipe s'est faite discrète, cette fois-ci, avant de se lancer dans sa nouvelle recherche de record. Sans tambours ni trompettes, comprendre sans alerter les médias pour plus de discrétion, le team entourant le pilote Roger Schroer, dans l'aventure depuis le début, a travaillé sur le bolide pour en améliorer les performances.

Depuis l'été dernier, les ingénieurs de Venturi sont parvenus à réduire de quelques dizaines de kilos le poids de la VBB-3 (1), ce bolide long de presque 12 mètres élaboré par la société Venturi, avec l'aide d'une vingtaine d'étudiants de l'Université de l'Ohio (précisément, l'Ohio State University Center For Automotive Research). C'est d'ailleurs dans les ateliers de cette université américaine que la VBB-3 est entretenue et améliorée tout au long de l'année.

Changer des éléments à l'arrière et à l'avant du véhicule a demandé un travail considérable puisque, en corollaire, il a fallu revoir tout le câblage de ce bolide futuriste. Autre nouveauté, un nouvel embrayage est intégré, permettant au pilote de disposer d'une seconde vitesse, enclenchée lors de l'accélération finale.

Après la pluie, la sécheresse

Puis, est arrivé le temps des premiers essais, cet été. Et comme il est dit que la météo ne serait pas la grande copine du team Venturi, après trois étés pluvieux qui ont anéanti les espoirs de l'équipe, voilà que la grande sécheresse de cet été est venue compliquer les choses. « Nous n'avons pas pu tester le véhicule comme nous l'aurions souhaité, explique Thierry Apparu, le directeur de la communication de Venturi Automobiles. Comme le sol était très dur, il n'a pas pu être damé. Il était donc impossible de faire des essais sur un sol bosselé. »

Du coup, des essais ont été réalisés sur circuit au mois d'août. Et puis, en fin de semaine dernière, des essais grandeur nature ont pu commencer sur le lac asséché de Bonneville, lieu idéal pour les records de vitesse puisqu'il faut disposer d'une ligne droite permettant d'accélérer sur 5 miles (8 km), atteindre la vitesse maximale sur 1 mile (1,6 km) et décélérer sur 5 miles.

Vitesses folles

À l'issue de ces quatre séances d'essais, la certitude d'établir un nouveau record du monde gagne toute l'équipe de Venturi. Jamais de telles vitesses ont été atteintes en essais. Des pointes supérieures au record qui sera établi ont même été enregistrées - le plus grand secret entoure le niveau de ces vitesses folles.

Et puis mercredi, à 8 h 30 locales (16 h 30) à Monaco, Roger Schroer a lancé la VBB-3 sur le lac salé. Prise de vitesse sur 1 mile à l'aller, puis sur 1 mile au retour. La vitesse moyenne sur ces 2 miles est calculée. Verdict : 341,4 miles par heure, soit 549,43 km/h. Nouveau record du monde !

Le programme VBB continue

Pour Venturi, ce record est « extraordinaire » et représente aussi un « énorme soulagement », après ces trois dernières tentatives maudites. La société monégasque peut de nouveau regarder l'avenir avec optimisme.

« VBB-3 est la voiture électrique la plus puissante du monde, déclare Gildo Pallanca Pastor, le patron de Venturi, dans un communiqué. Nous avons démontré qu'elle était aussi la plus rapide.»

Et ce n'est pas fini. Les ingénieurs le savent, la VBB-3 a les 600 km/h dans les roues. Le bolide serait même capable de flirter avec les 700 km/h et battre ainsi un jour le record du monde de vitesse toute catégorie pour un véhicule terrestre, détenu par un engin propulsé par une turbine à gaz : 730 km/h.

Le rêve absolu n'est pas si irréalisable que cela. Surtout depuis mercredi où, sur le lac salé (et totalement sec) de Bonneville, Venturi a battu pour la deuxième fois son propre record du monde de vitesse. Le programme VBB continue.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.