“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Grand Prix vu par le président de l'Automobile club de Monaco

Mis à jour le 05/04/2018 à 08:48 Publié le 05/04/2018 à 07:55
Kimi Raikkonen et sa Ferrari à Monaco.

Kimi Raikkonen et sa Ferrari à Monaco. Photo doc NM

Le Grand Prix vu par le président de l'Automobile club de Monaco

Alors que le Grand Prix de Monaco est en pleine installation, le président de l’ACM livre ici son analyse sur l’actualité de la Formule 1 et annonce les nouveautés de la 65è édition monégasque

Pas besoin d’être devin pour se rendre compte que la saison de Formule 1 est ouverte. Il suffit de se promener sur le quai Albert-Ier, en pleine transformation depuis quelques jours avec le retour de la direction de course et l’installation, à partir d’aujourd’hui, des nouveaux stands. Il suffit aussi de lire dans la presse les polémiques que suscitent les projets de Liberty Media, le patron de la F1 depuis la saison dernière.

Chaque idée lancée par le groupe américain inquiète, fait débat. Interdiction des "grid girls" sur les grilles de départ, starisation des pilotes "à l’américaine", communication à tout-va sur les réseaux sociaux, réglementation moteur pour réduire les coûts, nouveau halo de protection des pilotes, une séance d’essai unique… Alors que la saison 2018 de F1 a démarré en Australie et se poursuit ce week-end à Bahreïn, nous avons interrogé sur tous ces sujets Michel Boeri, le président de l’Automobile club de Monaco, également président d’honneur du Sénat de la FIA, la Fédération internationale de l’automobile.

Liberty Media fourmille d’idées qui pourraient révolutionner les Grands Prix. Après l’interdiction des "grid girls", le groupe américain réfléchit par exemple à une présentation des pilotes "à l’américaine", comme pour le basket. Pour ou contre cette starisation des pilotes?
Ce n’est pas ça qui remettra en cause l’économie et la stabilité des Grands Prix. Chaque nouvelle équipe dirigeante débarque avec son lot de projets. Liberty, ce sont des Américains. Ils ont une vision un peu différente de la nôtre. Leurs projets sont sans doute très bien vus du côté américain. Ici en Europe, on doit veiller à ce que cela n’aille pas trop loin. La starisation des pilotes? Pourquoi pas. Les gens ont besoin d’avoir des vedettes. Encore faut-il qu’elles soient disponibles. En Formule 1, je ne suis pas sûr que ça soit le cas. La médiatisation de tout, d’accord, mais à condition que cela nous amène du public en plus.

Réserver des tribunes à des groupes de supporters de pilote ou d’écurie, pour ou contre?
Absolument contre. Un Grand Prix automobile n’est pas un match de foot. On y joue la vie, la mort.

Des grands spectacles en marge de la course, c’est dans l’ADN de la F1?
Tout dépend de la configuration de l’endroit où ça se passe. À Monaco, je vous garantis qu’on ne fera pas la fête du hamburger. Ici, on essaie au contraire de sélectionner un public qui, indirectement, donne à la Formule 1 un certain standing. Nous maintiendrons cette politique. Soyons clairs: Monaco organise un Grand Prix parce que c’est dans son intérêt. Nous sommes là pour que Monaco ait une bonne image et bénéficie de retombées économiques et médiatiques.

Que pensez-vous de la nouvelle réglementation sur les moteurs prévue pour 2021 et destinée à réduire les coûts?
La question est de savoir si l’on souhaite aller vers l’élitisme ou la "populasserie". Tout le monde avec le même moteur et qui court avec les mêmes chances? Dans la vraie vie, ça n’existe pas. Le sport automobile est une discipline d’élite faite pour transcender une société chloroformée. Je préfère voir des pilotes qui ont des idées et qui prennent des risques avec leur voiture, plutôt que des pilotes qui auraient le même moteur, la même pédale, de la même couleur…

Et la remise en cause des Accords Concorde qui favorisent Ferrari via un gros bonus et un droit de veto, en récompense des services rendus à la Formule 1: pour ou contre?
Ferrari a énormément apporté au sport automobile. Les conditions particulières que l’écurie a obtenues tout à fait régulièrement par la signature de contrats ne me choquent absolument pas.

Et que pensez-vous du halo de protection des pilotes?
On pourrait aussi leur installer un siège éjectable, non? Le sport automobile est dangereux. Si ces halos peuvent rassurer les bien-pensants, tant mieux. Moi qui suis mal-pensant, je n’aurais rien mis du tout. Dans un sport aussi difficile que la Formule 1, on ne peut pas tout sécuriser, au risque de dénaturer et de défigurer ce sport. On ne fait pas de la dentelle ou du tricot quand on est dans une Formule 1. Je suis d’un autre siècle, peut-être dépassé, mais je ne crois pas que c’est avec un spectacle à l’eau de rose que l’on fait vibrer les foules.

Et ce projet de séance de qualification unique, le samedi, sur 100 km?
Ce sont des détails. Ce n’est pas ça qui va changer la Formule 1.

Les relations sont-elles bonnes entre l’Automobile club de Monaco et Liberty Media?
Oui, parce qu’ils ont compris que Monaco, ce n’était pas Spa ou Monza. Qu’il est plus facile d’exploiter médiatiquement des spectateurs installés sur des yachts avec une coupe de champagne que dans des tribunes en train de manger des saucisses. On n’a pas de vrais problèmes avec Liberty, si ce n’est cette histoire avec les "grid girls". Ils ont d’ailleurs entendu nos arguments. Les filles seront là, sans pancarte. Elles sont jolies et les caméras continueront de faire des gros plans sur elles.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.