Rubriques




Se connecter à

Le Grand Prix de France historique actionne son manège enchanté au Castellet

Après deux éditions à Magny-Cours, c’est au circuit Paul Ricard, en terre varoise, et en préambule du retour de la F1, que le GP vintage enclenche ce week-end sa rugissante machine à remonter le temps.

Gil Léon Publié le 12/06/2021 à 08:30, mis à jour le 11/06/2021 à 20:01
Les F1 des années 70 et 80 qui ont forgé la légende du circuit Paul Ricard sont de retour! Photo Frank Muller

La rétrospective son et lumière a débuté ce vendredi matin, à 8 heures pétaradantes.

Premiers tours de chauffe entre Verrerie, Sainte Baume, Mistral, Signes, Beausset et Pont. L’aube d’un voyage hors norme dans le temps, trois jours durant.

Juste avant le retour de sa majesté F1 fixé la semaine prochaine (18-20 juin), le Grand Prix de France historique installe son manège enchanté sous le soleil varois exactement. Mise en route à Magny-Cours en 2017 et 2019, cette déclinaison vintage met elle aussi le cap au Sud Est, afin de réunir le passé et le présent.

 

"Au sortir d’une période difficile et tendue, ce troisième opus sonne l’heure des retrouvailles avec notre sport et les passions qui en découlent," se réjouit Laurent Vallery-Masson, le directeur de HVM Racing, aux commandes de l’événement en partenariat avec la Fédération Française du Sport Automobile (FFSA) et le GIP Grand Prix de France-Le Castellet.

Retrouvailles, c’est en effet le maître mot du week-end. D’abord parce qu’au bout d’un long tunnel, dix-huit mois de disette, le circuit Paul Ricard rouvre ses portes au public. En respectant la jauge en vigueur, cela va de soi: 5000 personnes par jour.

Ce vendredi, les petits et grands enfants munis d’un précieux sésame ont fait d’entrée le plein des sens. Côté paddock, un pays des merveilles qu’ils peuvent sillonner en long et en large, ainsi que dans la vaste tribune surplombant la ligne droite des stands où les nobles mécaniques d’antan ont enchaîné les séances d’essais sans temps mort.

Et pas n’importe lesquelles... Les onze plateaux constituant le copieux menu du week-end allient quantité et qualité.

 

Par les temps qui courent, réunir plus de 330 pilotes issus d’une vingtaine de pays relève de la gageure. Pari gonflé, pari gagné!

Évidemment, les monoplaces se taillent la part du lion. Formule Junior, Formule Ford, Formule Renault, F3, F2... et les étoiles filantes de la piste qui trônent en pole position. De la Maserati 250 F hissée sur le toit du monde par le "Maestro" Juan Manuel Fangio en 1957 aux héritières du XXIe siècle, Williams FW33 et Toro Rosso STR8 propulsées par ces V8 à la sonorité envoûtante, près de 60 Formule 1 retracent l’évolution de la discipline reine.

Le clou du spectacle? Le Masters Historic Formula One! Des Matra, McLaren, Lotus, Tyrrell des années 70 et 80 qui ont jadis forgé la légende du circuit Paul Ricard.

Nostalgie, quand tu nous tiens...

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.