Le E-Rallye Monte-Carlo démarre ce mercredi, on fait le point sur les nouveautés et la participation record

La course de régularité qui se tient jusqu’à ce samedi va réunir 55 voitures sur 350 kilomètres entre Valence et Monaco. Les organisateurs ont préparé une petite nouveauté qui devrait réserver des surprises.

Article réservé aux abonnés
Yannis Dakik Publié le 26/10/2022 à 14:00, mis à jour le 26/10/2022 à 12:11
Denis Carreaux, directeur des rédactions de Nice-Matin, et Virginie Decorte de Radio Vinci Autoroutes, lors de l’arrivée de l’édition 2021. Photo d’archives Jo Lillini

Ne pensez pas à Sébastien Loeb et ses sauts dans les airs à toute allure. Car il ne sera pas question de vitesse. Non, le E-Rallye Monte-Carlo (la course compte pour la coupe E-Rallye organisée par la Fédération Internationale de l’Automobile., ndlr) - qui démarre ce mercredi jusqu’à samedi - n’est pas le Rallye Monte-Carlo.

Les moteurs à essence sont remplacés par des batteries. Par de l’électricité, ou encore de l’hydrogène pour certains. La vitesse, elle, est remplacée par la régularité. Mais n’allez pas croire que régularité est synonyme de facilité.

Car les 350 kilomètres qui attendent les 55 équipages inscrits devront être avalés avec une moyenne imposée.

En clair, sur 20 km de spéciale, les pilotes auront 20 points de contrôles à passer à la seconde près. Une précision qui peut vite tourner à l’obsession. D’autant plus lorsqu’on sait que les magnifiques routes empruntées pour les étapes sont ouvertes à la circulation.

Il n’est donc pas impossible de croiser un vélo ou un tracteur qui pourrait faire perdre de précieuses secondes aux pilotes.

De nouvelles règles de recharge

Pour cette 6e édition, l’Automobile Club de Monaco a voulu pimenter la course. Ajouter un peu de challenge en modifiant les règles de recharge. Autrefois, les équipages faisaient "le plein" dans un parc de recharge fermé en fin de journée. Mais "cette année, il n’y aura plus de parc, explique Eric Barrabino, commissaire général adjoint en charge du commissariat général. Les concurrents devront utiliser les bornes qui sont sur le réseau [au cours des parcours de liaison, entre deux spéciales, NDLR]. On a dû rajouter des bornes itinérantes parce qu’on est sur des routes de montagne et que ce n’est pas dans tous les endroits qu’il y a de la recharge. On a donné le parcours à une société d’électrification qui a cherché les villages où ils pouvaient installer des bornes provisoires."

Une difficulté supplémentaire car les équipages vont devoir se débrouiller. "Il faudra qu’ils sachent à l’avance où est-ce qu’ils devront recharger, partiellement ou pas. En fonction des disponibilités aussi. Sur internet, ils ont accès à l’utilisation en temps réel des bornes. C’est beaucoup plus représentatif de l’utilisation de monsieur tout le monde."

Un nombre record d’inscriptions

Autre fait à noter pour cette édition 2022: la nette hausse des demandes d’inscriptions. Les organisateurs ont reçu près de 70 demandes, un nombre record. Seulement voilà, en raison des nouvelles règles de recharge, de la logistique, l’organisation n’a dû retenir que 55 candidatures.

"On a eu plus de demandes que prévu". Mais elle n’exclut pas de se développer dans les années à venir. "On aura potentiellement de moins en moins de bornes itinérantes puisque le réseau s’étoffe. L’année prochaine on essaiera de monter à 75 voitures."

Les 55 équipages vont devoir faire preuve de précision lors des passages à chaque point de contrôle sur les 15 spéciales. DR.

Le groupe Nice-Matin parmi les 55 concurrents

Comme chaque édition depuis 2018, le groupe Nice-Matin et Radio Vinci Autoroutes seront engagés sur ce sixième volet. Denis Carreaux, notre directeur des rédactions, ainsi que Virginie Decorte, prendront part aux 15 spéciales de régularité au volant, cette année, d’une BMW I4. Car ce ne sera pas la vitesse qui sera récompensée mais bien la régularité sur chaque spéciale.

Une fois de plus, le duo publiera chaque jour un carnet de bord dans nos colonnes pour faire vivre le E-Rallye de l’intérieur. Et ce, de Barbières jusqu’à Andon. Ils partageront ainsi leurs expériences (et leurs galères bien sûr).

L’itinéraire

Mercredi 26 octobre

SR1: Barbières -> Bouvante.

SR2: Sainte-Croix -> Beaufort-sur-Gervanne.

SR3: Gigors-et-Lozeron -> Combovin.

Jeudi 27 octobre

SR4: Saint-Priest -> Mirabel.

SR5: Seyras -> Le Grimaldes.

SR6: Sablières -> Rocles.

SR7: Antraigues-sur-Volane -> Saint-Andéol-de-Vals.

Vendredi 28 octobre

SR8: Chastel-Arnaud -> Crupies.

SR9: Beaumont-du-Ventoux -> Sault.

SR10: Aiguines -> Trigance.

SR11: Montauroux -> Tanneron.

Arrivée à Monaco à 22h30 aux Terrasses du Soleil.

Samedi 29 octobre

Départ de Monaco à 7h30.

SR 12: Le Fugeret -> Thorame-Haute.

SR 13: Lambruisse -> Barrême.

SR 14: Ubraye -> Briançonnet.

SR 15: Saint-Auban -> Andon.

Arrivée à Monaco à 19h30 aux Terrasses du Soleil.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.