“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"La Formula E traduit un regain d'intérêt pour la voiture", selon le président de la FIA Jean Todt

Mis à jour le 10/05/2019 à 20:29 Publié le 10/05/2019 à 20:28
Selo Jean Todt, "Jules Bianchi, dont la carrière s’est malheureusement arrêtée d’une manière tragique, a été pour beaucoup dans l’engagement de la carrière de Charles Leclerc."

Selo Jean Todt, "Jules Bianchi, dont la carrière s’est malheureusement arrêtée d’une manière tragique, a été pour beaucoup dans l’engagement de la carrière de Charles Leclerc." Photo C. D

"La Formula E traduit un regain d'intérêt pour la voiture", selon le président de la FIA Jean Todt

Présent ce week-end à Monaco pour le ePrix, le président de la FIA est fier de voir le championnat de Formula-E grandir à toute vitesse et trouver sa place dans l’échiquier du sport automobile

La Formula-E a-t-elle véritablement pris son envol ?

La Formula-E, c’est le bébé de la Fédération internationale de l’automobile. Un bébé qui se porte bien, mais doit encore progresser.
Cette discipline qui est née il y a à peine cinq ans est particulièrement adaptée aux temps modernes, à l’évolution de la mobilité et des technologies. La FIA doit jouer un rôle de visionnaire. Il est particulièrement excitant de voir un tel intérêt des villes pour accueillir cette discipline. Cela traduit aussi un regain d’intérêt pour la voiture.

"La Formula-E est une vitrine"

On parle beaucoup de nouvelles mobilités. Qu’apporte la Formula-E en la matière ?

La Formula-E est une vitrine, un ambassadeur et un laboratoire. Que ce championnat ait lieu dans les grandes villes est essentiel. C’est une incitation à découvrir ce type de technologies. En quatre ans, nous avons doublé l’autonomie des voitures. C’est extraordinaire. Par ailleurs, la Formula-E est une compétition extrêmement disputée. Sur les huit premières épreuves de la saison, nous avons eu huit vainqueurs différents. Les courses sont spectaculaires, avec une bonne ambiance et des budgets raisonnables, ce qui est extrêmement important aussi.

Le Grand Prix F1 de Monaco s’apprête à fêter des 90 ans. Qu’est-ce qui explique le succès de cette épreuve devenue mythique au fil des décennies ?

Il a plusieurs raisons, à commencer, au plus haut de la pyramide, par l’engagement des souverains. Ensuite, l’originalité. Puis le travail de l’Automobile club de Monaco, petit, mais extrêmement réactif. Il y a aussi la fascination qu’exerce Monaco. Quand on arrive ici, on a l’impression d’atterrir sur une autre planète. Monaco, c’est beau et tout se passe en ville. Les plus belles voitures du monde, l’éclectisme, les bateaux... Tous les ingrédients sont réunis pour en faire une épreuve magique.

Monaco aura toujours sa place dans le championnat ?

Monaco a toujours été extrêmement habile, en prenant soin d’évoluer avec le temps. Aujourd’hui, on ne peut pas dire que Monaco n’est pas une épreuve moderne. Le Grand Prix ne cesse d’évoluer, avec par exemple ses nouveaux stands tout récemment. Les équipes de l’Automobile club ont réussi à conserver une fraîcheur totale.

"charles Leclerc, c'est formidable"

Monaco, petit pays par la taille, a aujourd’hui un pilote de premier plan...

C’est formidable. Un petit pays comme la Jamaïque a les plus grands sprinters du monde, le Kenya les plus grands marathoniens. La présence de Charles Leclerc en F1 est une opportunité extraordinaire pour Monaco. Deux pilotes avaient un talent comparable: le premier, Jules Bianchi, dont la carrière s’est malheureusement arrêtée d’une manière tragique, a été pour beaucoup dans l’engagement de la carrière du deuxième, Charles Leclerc.

Comment jugez-vous son début de saison ?

Pour sa deuxième saison en F1, il se retrouve avec une des meilleures voitures du plateau. Il a un peu manqué de réussite. Il faut maintenant franchir la dernière marche qui est la plus difficile.

"Le circuit du Castellet est un formidable outil de travail"

Le Castellet a retrouvé son Grand Prix l’an passé. La France a-t-elle réussi son retour en F1 ?

C’est formidable qu’il y ait eu un tel engagement pour faire revenir le Grand Prix de France. Cela démontre que quand on veut, on peut. Il y a eu un certain nombre de problèmes de circulation. J’espère vraiment qu’ils seront résolus cette année. En tout cas, sur le plan sportif, le Grand Prix de France 2018 était superbe. Le circuit du Castellet est un formidable outil de travail.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct