“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Jean-Philippe Dol sur le feu du Grand Prix

Mis à jour le 28/05/2016 à 05:08 Publié le 28/05/2016 à 05:08
Jean-Philippe Dol, sapeur-pompier, vit cette année son 27e Grand Prix de Monaco.

Jean-Philippe Dol, sapeur-pompier, vit cette année son 27e Grand Prix de Monaco. M.L.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Jean-Philippe Dol sur le feu du Grand Prix

Ce sapeur-pompier du Centre de secours de la Condamine n'est pas un débutant. Il assure cette année la sécurité de son 27e Grand Prix de F1. Portrait, petites et grandes histoires de course

Jean-Philippe Dol n'est pas ce qu'on pourrait appeler un « petit nouveau ». Sapeur-pompier à Monaco depuis 1990, il est aujourd'hui caporal au Centre de secours de la Condamine, affecté au Bureau « Opération, transmissions et planification ». À 47 ans, il participe cette année à son vingt-septième Grand prix de Formule 1.

Une épreuve qu'il retrouve chaque année avec la même envie. « Nous préparons le Grand Prix depuis la mi-avril, raconte-t-il. Il a fallu organiser de nombreuses réunions avec tous les secteurs concernés : la Croix-Rouge, les médecins, les commissaires de l'Automobile Club… C'est le plus gros dispositif de l'année avec la Fête nationale et le Festival du cirque. »

80 pompiers le long de la piste

En effet, pour sécuriser un circuit de F1 en ville, il faut être parfaitement bien organisé. Ils sont quatre-vingts sapeurs-pompiers à être répartis tout le long du tracé de la course avec des postes bien définis.

« Nous sommes en place dans tous les points stratégiques. Au virage de la Rascasse, au Portier ou devant le Casino, nous nous tenons prêts à intervenir en cas d'accident », poursuit Jean-Philippe Dol.

Côté matériel, on ne lésine pas non plus sur les moyens. Des véhicules incendie et des véhicules d'extraction sont déployés pour éteindre tout départ de feu ou pour extraire un pilote blessé de l'habitacle. « Nous sommes très proches des voitures. Les pilotes n'ont pas le droit à l'erreur et nous non plus », poursuit le caporal Dol.

En plus des équipes monégasques, le dispositif de secours sera renforcé par du personnel, des ambulances et des engins incendie venus des Alpes-Maritimes.

Pour être le plus efficace possible, les sapeurs-pompiers ont réalisé il y a quelques jours un dernier test de secours au sein du stand de la prestigieuse Scuderia Ferrari, sous le contrôle attentif d'un médecin. « Dans les stands, c'est toujours l'effervescence, les pilotes restent concentrés à l'intérieur et les mécaniciens s'affairent de tous les côtés. Au fil des ans, j'ai croisé de nombreuses personnalités comme Ayrton Senna, Michael Schumacher ou encore Alain Prost », raconte le soldat du feu.

En effet, Jean-Philippe est un passionné. « Je pratique de temps en temps le karting. J'aime beaucoup la Formule 1, et j'adore le sport automobile en général. Cette année et ce n'était pas le cas en 2015, Rosberg devance Hamilton au classement. Advienne que pourra », conclut le sapeur-pompier.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.