“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Jean Alesi: "Ce serait une erreur pour Pierre Gasly de changer d’équipe"

Mis à jour le 07/09/2020 à 16:47 Publié le 07/09/2020 à 16:44
Ému aux larmes dimanche dernier pour saluer la victoire « magistrale » de Pierre Gasly sur le Grand-Prix de Monza, Jean Alesi revient aujourd’hui sur l’exploit de celui qui est devenu le plus jeune français vainqueur en F1.

Ému aux larmes dimanche dernier pour saluer la victoire « magistrale » de Pierre Gasly sur le Grand-Prix de Monza, Jean Alesi revient aujourd’hui sur l’exploit de celui qui est devenu le plus jeune français vainqueur en F1. Photo : Gregory Lenormand / DPPI

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Jean Alesi: "Ce serait une erreur pour Pierre Gasly de changer d’équipe"

Ému aux larmes dimanche dernier pour saluer la victoire « magistrale » de Pierre Gasly sur le Grand-Prix de Monza, Jean Alesi revient aujourd’hui sur l’exploit de celui qui est devenu le plus jeune français vainqueur en F1.

Une performance réalisée sur un tracé, forcément « unique », aux yeux de l’ex pilote Ferrari (79 grands-prix courus sous les couleurs de la Scuderia et une victoire en, 1995), mais un triomphe qui, à écouter l’Avignonnais, ne doit surtout pas pousser Gasly à changer d’écurie.

Jean, on vous a senti particulièrement touché dimanche par la victoire de Pierre Gasly à Monza. C’est l’émotion d’un passionné qui patientait depuis vingt-quatre ans pour voir un Français s’imposer en F1?
C’est surtout parce que cette victoire est vraiment méritée pour Pierre. Et puis le scénario a ajouté de l’émotion. Il avait à ses trousses la McLaren de Sainz (l’Espagnol termine à moins d’une demie seconde du français, Ndlr) et c’est un circuit qui ne pardonne pas l’erreur. C’était intense.

C’est le résultat d’un pilote en pleine confiance ? On se souvient de son dépassement sur Sergio Perez une semaine avant Monza, dans le mythique Raidillon de l’Eau Rouge à Spa-Francorchamps…
Pierre est sorti vraiment abattu de chez Red Bull (sixième au classement général après une demi saison décevante aux côtés de Max Verstappen, le Normand est rétrogradé en août 2019 chez Toro Rosso, aujourd’hui devenue AlphaTauri). Et depuis qu’il est chez AlphaTauri, il a retrouvé de l’affection. Malheureusement, dans ce milieu, le côté affectif n’est pas assez mis en avant. Les pilotes ne sont pas des robots. Ce sont des sportifs, comme des footballeurs. Et on sait qu’un footballeur qui est sifflé par son propre public…

Il se sent à son aise chez AlphaTauri, mais depuis ce succès, le grand public se demande pourquoi un tel talent n’est pas promis à une meilleure écurie. Lewis Hamilton dit lui-même que Pierre mérite mieux et qu’il a été « injustement traité » par Red Bull en 2019. Alors doit-on s’attendre à voir Pierre courir pour un Top Team ?
Selon moi, ce serait une erreur pour Pierre de changer d’équipe. Si on enlève les Mercedes, les voitures sont aujourd’hui toutes très proches. Et la sienne est bonne. Il peut faire une super saison l’an prochain avec une voiture qui, comme les autres, n’évoluera pas, puis attendre le changement de réglementation en 2022 pour partir chez un Top Team.

Peut-il vraiment prétendre à ça ?
Quand on gagne un Grand-Prix, on peut aller où on veut.

D’autant plus qu’il ne s’est pas imposé sur n’importe quel circuit. C’est vraiment « le temple de la vitesse », ce tracé de Monza ?
Monza fait partie des trois circuits mythiques, avec Indianapolis et Monaco. Et c’est d’autant plus « le temple de la vitesse », comme on le surnomme, qu’ils ont réussi à améliorer la sécurité, sans ralentir les autos. On l’a vu ce week-end avec Hamilton qui signe une pole position à plus de 260 km/h de moyenne (avec une moyenne de plus de 264 km/h, l’Anglais a battu samedi le record du tour le plus rapide de l’histoire de la F1). Ce circuit est unique.

Il l’est parce ce n’est pas seulement le « temple de la vitesse », mais aussi celui de Ferrari. Une écurie que l’on a vu en grande difficulté à domicile. On imagine que ça doit vous affecter…
On est tous un peu choqués. Il y a eu de mauvaises époques chez Ferrari, et je pense notamment à la mort de Gilles Villeneuve en 1982, mais là c’est différent. Ils sont nul part (les deux monoplaces de Vettel et Leclerc ont abandonné à Monza).

Ce doit être terrible pour Charles Leclerc qui, voici tout juste un an, enchaînait deux victoires à Spa-Francorchamps, puis à Monza ?
Ça doit être très dur, mais il est encore jeune et il a le temps de faire de bonnes saisons. Ça va le faire grandir. Le problème en ce moment, est qu’il ne faut surtout pas qu’il sur-conduise comme il l’a fait dimanche. Il aurait vraiment pu se faire mal (le Monégasque est violemment sorti de piste à Monza, en heurtant les pneus au bout de la Parabolique au 24e tour).


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.