"Je l'admire beaucoup"... Christian Horner, directeur de l'écurie Red Bull Racing encense Charles Leclerc

Durant la pause estivale, le patron de l’équipe Red Bull Racing, Christian Horner, s’est montré admiratif en évoquant la première partie de saison du pilote monégasque Charles Leclerc.

K. S. Publié le 16/08/2022 à 09:00, mis à jour le 16/08/2022 à 15:21
Christian Horner préfère cette rivalité à celle de l’année passée avec Mercedes car il y a moins de « conneries hors du circuit ». Photo Nice-Matin et Monaco-Matin

Alors que le petit monde de la Formule 1 est entré depuis quinze jours dans sa période de trêve estivale, le patron de l’écurie Red Bull en a profité pour prendre la parole sur la première moitié de saison en évoquant notamment le parcours de Charles Leclerc. "J’ai beaucoup de respect pour la façon dont il s’est comporté, a confié le directeur de Red Bull Racing au site internet Racer. La façon dont il pilote sur la piste est agressive mais juste et je pense que la course entre ces deux gars, Max (Verstappen) et lui, est superbe à voir… Il y a eu beaucoup de courses serrées entre eux dans la première moitié de ce championnat, mais il n’y a pas eu une seule touchette. C’est super à voir et c’est agréable de faire partie de cette belle lutte."

"Je l’admire beaucoup"

Alors que son début de saison avait été très solide avec deux victoires sur les trois premières courses, lui permettant de mener solidement le championnat pilotes, le Monégasque affiche désormais 80 points de retard sur le champion du monde en titre. La faute en partie à des problèmes de fiabilité sur sa Ferrari, couplée à des erreurs stratégiques et de pilotage comme au GP de France ou à Imola. "Charles n’a clairement pas eu de chance avec sa voiture mais il reste positif et combattant. C’est ce qu’on veut voir chez un pilote et je dois dire que je l’admire beaucoup parce qu’il a reçu pas mal de coups sur la tête!"

 

Des paroles élogieuses de la part du boss de l’écurie championne du monde désormais en position de force pour remporter les deux titres pilote et constructeur cette saison. "Comme je l’ai dit, personne chez nous ne souhaite que Ferrari soit meilleure! On se remet encore à peine du duel de l’année dernière. Plus tard peut-être. Il reste encore beaucoup de courses à faire. Ferrari est rapide, Mercedes revient dans le match. Il reste encore un long, très long chemin à parcourir dans ce championnat donc nous ne tenons rien pour acquis. Nous avons de la marge pour gérer mais elle peut vite s’écrouler avec un ou deux incidents de course ou des problèmes de fiabilité."

Des soucis qui n’avaient touché l’équipe autrichienne que lors des premières courses de la saison mais qui semblent pouvoir revenir à tout moment comme en Hongrie où Max Verstappen était proche de l’abandon selon son équipe. Reste à Ferrari d’en faire de même pour tenter de renverser la vapeur dès le 28 août pour la reprise de la saison à Spa-Francorchamps en Belgique.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.