“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ils ont remplacé les "grid girls": le rôle des fan messengers confirmé cette année

Mis à jour le 24/05/2019 à 10:50 Publié le 24/05/2019 à 13:00
Les jeunes femmes, mais aussi de jeunes hommes, sont désormais chargées de remettre aux pilotes un message d’encouragement sélectionné sur les réseaux sociaux.

Les jeunes femmes, mais aussi de jeunes hommes, sont désormais chargées de remettre aux pilotes un message d’encouragement sélectionné sur les réseaux sociaux. Photo archives Cyril Dodergny

Ils ont remplacé les "grid girls": le rôle des fan messengers confirmé cette année

Ils remplacent les grid girls, dont le patron de la Formule 1 ne voulait plus. Retour sur un buzz mondial qui a démontré les capacités d’adaptation de l’Automobile Club de Monaco.

Voilà un sujet qui en avait fait couler de l’encre. Qui avait affolé les pixels (et qui a été oublié aussi vite). Nous sommes début 2018 et Liberty Media, le nouveau grand patron de la F1, décide qu’il n’y aura plus de grid girls. Fini. Ciao. Plus de petites mesdemoiselles sur le bitume.

Il faut dire qu’en période de #balancetonporc et autre joyeusetés drainées par l’affaire Weinstein, l’entreprise américaine, qui fait dorénavant la pluie et le beau temps, suit une logique… tout américaine. C’est donc décidé, on n’utilise plus le corps de ces dames, aussi élégamment vêtues soient-elles, pour promouvoir à même leur peau l’horloger Tag Heuer et apporter quelques grammes de finesses dans ce monde de brutes.

Pas de panique

On en parle partout, de New York à Auckland, de Londres à Buenos Aires, et sur tous les terminaux numériques de la planète. Certains pilotes montent dans les tours, quitte à frôler la sortie de route. Mais la décision est prise.

C’était sans compter sur le pouvoir de persuasion des autorités automobiles locales en matière de bon goût.

Michel Boeri, président de l’Automobile Club de Monaco, confiait dans nos colonnes: "On n'a pas de vrais problèmes avec Liberty, si ce n'est cette histoire avec les “grid girls”. Ils ont d'ailleurs entendu nos arguments. Les filles seront là, sans pancarte. Elles sont jolies et les caméras continueront de faire des gros plans sur elles."

L’élégance des modèles a sans doute contribué à leur maintien, malgré la politique générale en vigueur.
L’élégance des modèles a sans doute contribué à leur maintien, malgré la politique générale en vigueur. Photo archives Cyril Dodergny

Badaboum et saperlipopette, les Américains peuvent bien penser ce qu’ils veulent, ici on fait comme on l’entend.

Tollé dans la presse mondiale: Monaco défie Liberty Media. Voilà un cruel manque de subtilité dans l’analyse: disons plutôt que Monaco trouve le moyen d’arriver à ses fins. Et ça ne passe pas forcément par le défi.

Les grid girls seront accompagnées de jeunes hommes et tous deviendront donc des "fan messengers".

Exit les panneaux chiffrés, place aux panneaux en forme de bulle de bande dessinée, ornée de messages sélectionnés, à l’intention des pilotes.

Spectateur gagnant

Un dispositif reconduit cette année, et qui semble donc appelé à se pérenniser. Vingt filles et vingt garçons seront présents sur la ligne de départ pour porter un message d’encouragement à chaque pilote.

Entre le 13 et le 16 mai derniers, l’Automobile Club de Monaco, Formula One et Tag Heuer ont mené une campagne à l’aide d’une vidéo promotionnelle pour offrir aux internautes la possibilité d’adresser un message à leur pilote favori.

Un message sera sélectionné pour chaque pilote, et lui sera remis avant le départ, et visible sur écran géant. L’auteur de chaque message recevra une casquette dédicacée par le pilote.

Ou comment une nouvelle réglementation a fait naître un nouveau dispositif favorable aux spectateurs. Show must go on.

Choisis dans des écoles de mannequins, ils contribuent à l’image du Grand Prix de Monaco.
Choisis dans des écoles de mannequins, ils contribuent à l’image du Grand Prix de Monaco. Photo archives Cyril Dodergny

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct