Rubriques




Se connecter à

"Il y a eu beaucoup d’erreurs...": Charles Leclerc en colère après sa défaite au Grand Prix de Monaco

Le Monégasque a perdu la première place à partir du 18e tour, après que son écurie lui a fait faire deux pit-stop consécutifs! Rageant...

christophe depiot Publié le 30/05/2022 à 12:00, mis à jour le 30/05/2022 à 12:31
Soupe à la grimace dans le stand Ferrari pour Charles Leclerc... Photo Monaco-Matin

Bienvenue chez Foirari. L’écurie où tous vos rêves partent en fumée... Farce grandeur nature hier chez les Rouge, au lieu du sacre attendu de Leclerc. Un dimanche foireux.

Une tragi-comédie, typiquement italienne: "Charlie et la fumisterie". Une blague de plus, pour la bande à Binotto, mais du genre qui ne font pas rire.

Vous rendent, plutôt, fou de rage, sinon de colère. Charles Leclerc l’a, une fois de plus, expérimenté à ses dépens ce dimanche.

Enchaînement de pit-stops!

Ferrari lui a, en effet, demandé d’effectuer deux pit-stops pour changer ses gommes (intermédiaires, puis slicks durs), avec en prime, embouteillage dans le stand italien (Sainz)!!!

 

Une aubaine pour la concurrence et pour Perez, finalement vainqueur en Principauté.

Aussi a-t-on entendu Leclerc hurler sa mauvaise humeur dans le casque, lorsqu’il a compris qu’il venait de perdre sa première place, mais la FIA, diffuseur TV, a pris soin de couper les noms d’oiseaux en direct, remplacé par des bips...

Une fois le drapeau à damier franchi, au terme des 64 tours, Charles avait encore le cœur meurtri: "Je n’ai pas de mots... Je suis dégoûté. La saison est encore longue mais on n’a pas le droit de faire ça!"

Non, on n’a pas le droit de compromettre une victoire qui vous tend les bras et, à plus long terme, peut-être, un championnat.

 

Mais le team de Maranello n’en est plus à son coup d’essai. Et si les bavures répétées par la Scuderia en 2020 et 2021, paraissaient avoir été résolues depuis ce début de saison, Monaco a rappelé combien le management Ferrari en course, souffre souvent de la comparaison avec ceux de la concurrence.

Laver le linge sale en famille...

"Ça fait mal, ça fait très mal. De plus à domicile, a rabâché Leclerc, aux nombreux micros tendus dans l’espace médias, situé au beau milieu du paddock. Nous avons perdu beaucoup de points. J’ai besoin de l’aide de l’équipe. Aujourd’hui, nous avons d’abord pris une mauvaise décision, puis une autre peu après. Il y a eu beaucoup d’erreurs..."

Nul doute que d’ici Bakou, lors du prochain Grand Prix (10/12 juin), quelques boulons vont être resserrés.

Et pas que sur les voitures...

"Durant la course, il s’est passé tellement de choses... J’aime cette équipe, tout le monde ici, mais maintenant on doit faire notre autocritique. Parce que ce qui s’est passé n’est pas bon", a conclut Leclerc.

Une chose est sûre, gagner à Monaco, chez lui, ce n’est pas pour tout de suite.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.