“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Il veut "créer des fans de l'environnement" avec ses bolides électriques

Mis à jour le 06/12/2016 à 05:13 Publié le 06/12/2016 à 05:13
« Des courses automobiles 100 % électriques : voilà le principe de la Formula E. C’est un moyen, aussi, d’amener les fans à s’intéresser à l’environnement », dit Alejandro Agag, le patron du circuit.

« Des courses automobiles 100 % électriques : voilà le principe de la Formula E. C’est un moyen, aussi, d’amener les fans à s’intéresser à l’environnement », dit Alejandro Agag, le patron du circuit. Photo DR

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Il veut "créer des fans de l'environnement" avec ses bolides électriques

De passage à Monaco lors du récent TEDxMonteCarlo, Alejandro Agag, le patron de la Formula E, des courses électriques, évoque les énergies renouvelables… et la survie de l'humanité

Avant, quand Alejandro Agag s'exprimait, c'était dans l'hémicycle du Parlement Européen. En 1999, il est élu avec l'étiquette du PPE (conservateurs). Agag a aussi été l'assistant personnel du Premier ministre espagnol José Maria Aznar. Aujourd'hui, il prend la parole lors des conférences TEDx, « un cadre idéal pour parler des idées ». Entre temps, Alejandro Agag a quitté la politique. Il est passé aux affaires. L'ancien eurodéputé est devenu le patron de la Formula E, ces courses automobiles 100 % électriques. Venu à Monaco dans le cadre du récent TEDxMonteCarlo, il a évoqué un objectif : « Aller plus vite que la vitesse de la lumière pour coloniser d'autres planètes ». C'est, selon lui, « la mission fondamentale de l'humanité pour survivre à long terme ». Mais avant, il y a la survie à court terme. Et cela passe par le développement des énergies vertes, poursuit-il. Pile l'un des objectifs de la Formula E, assure-t-il… qui reviendra à Monaco le 13 mai prochain.

Vous êtes venu au TEDxMonteCarlo évoquer la survie de l’humanité.Et donc la préservation de l’environnement. La Formula E, c’est une manière de passer un message, sur les énergies vertes?
Absolument. La Formula E, ce sont deux choses. La première, changer la perception sur les voitures électriques et promouvoir la durabilité. Ensuite, c’est une plateforme pour améliorer la technologie.Et ça, ça va avoir un effet immédiat sur l’environnement.

Le sport est un bon vecteur, pour faire passer ce message?
C’est un super moyen. Il y a beaucoup plus de fans de sport que de l’environnement. Alors, nous utilisons le sport pour faire passer le message.

Donc le but, c’est que les fans de sport deviennent des fans de l’environnement?
Exactement.

On a beaucoup parlé de la Formula E, il y a quelques semaines, pendant la Cop22 qui se déroulait à Marrakech. Un Grand prix a été organisé pendant ce sommet. Un gros moment, pour la discipline?
Énorme. C’était vraiment super de faire partie d’un événement officiel de la Cop22. On a eu l’opportunité de montrer les voitures électriques à des grands dirigeants de tous les pays. Ça a permis de mettre en valeur la Formula E.

Vous avez passé un cap?
Oui, mais on passe des caps tout le temps. On est tellement jeunes que chaque chose qu’on fait, c’est vraiment très important. Mais là, c’était l’un des temps forts de la Formula E.

Vous essayez de promouvoir les énergies renouvelables avec la Formula E, mais la discipline souffre quand même d’un manque de public…
Ça prend du temps. C’est normal. On n’a que deux ans d’histoire. Et on est dans un marché où il y a beaucoup de courses. La F1 est vraiment énorme. Il y a d’autres courses.Mais je pense que tout de suite, on s’est placés comme numéro deux, à une distance importante de la F1.

Justement, le but, c’est de rattraper la F1?
Je pense que la F1 et la Formula E ne se feront jamais concurrence. On est tellement différents… Nous, on court dans des villes, sur de petits circuits, la F1 dans de grands circuits, sauf à Monaco… À mon avis, c’est très complémentaire. Et puis nous venons de la F1.

Mais votre objectif, si vous voulez faire passer un message, ça reste de gagner en public?
Oui.Avoir plus de fans, ça veut dire qu’on est en train de passer le message. Et une transformation va se dérouler, dans l’industrie automobile. On va se tourner vers l’électrique. Au salon de Paris, au salon de Los Angeles, beaucoup de voitures électriques ont été présentées… Quand, dans la rue, la plupart des voitures seront électriques, la Formule E sera la course la plus proche des véhicules de tout le monde, utilisés tous les jours. Il faut attendre.

Monaco peut vous aider?
Sans doute. C’est vraiment une course historique. Un symbole. Avoir une course à Monaco est très important. Encore plus important est le rôle que le prince Albert a joué avec nous dans la Formula E. Il nous a soutenus depuis le début. Son soutien a été incroyable, sa fondation est partenaire.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.