“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Il n’avait peur de rien": 25 ans après sa disparition, Ayrton Senna fait partie de notre patrimoine

Mis à jour le 27/05/2019 à 11:49 Publié le 27/05/2019 à 13:00
Avec six victoires, dont cinq d’affilée, Ayrton Senna reste le recordman du nombre de victoires à Monaco.

Avec six victoires, dont cinq d’affilée, Ayrton Senna reste le recordman du nombre de victoires à Monaco. T.M., ACM, DR et Palais princier

"Il n’avait peur de rien": 25 ans après sa disparition, Ayrton Senna fait partie de notre patrimoine

25 ans après sa disparition, comment tourner la page de cette édition anniversaire sans rendre un hommage appuyé au magicien de Monaco et prophète du peuple brésilien, Ayrton Senna.

Comme tous les sports à risques, la Formule 1 a ses fantômes. De Bandini à Bianchi, en passant par celui qui reste le maître de la grande majorité du paddock actuel, Ayrton Senna. Le 1er mai 1994, au 7e tour du Grand Prix d’Imola, à Saint-Marin, le temps s’arrêtait dans la courbe du Tamburello. Senna rejoignait les cieux et les fans de Formule 1 perdaient un Dieu. 25 ans plus tard, la communauté brésilienne n’a pas oublié cette gueule d’ange entrée au panthéon du sport.

Ce jeudi, nous sommes allés à la rencontre de Luciana de Montigny, présidente de l’association Brazil Monaco Project, l’artiste Marcos Marin, l’homme d’affaires Luis Alberto Sadalla et leur ami Tito Noguieira.

"Un vrai patriote"

Dans le patio de l’Hôtel de Paris, Senna lui-même était présent d’une manière imperceptible. Dans le regard fasciné de Marcos, le sourire ponctué d’une larme de Luciana ou l’anecdote oubliée de Sadalla.

"Il portait toujours un maillot du club de foot des Corinthians sous sa combinaison", rappelle ainsi celui qui est ami avec la dernière fiancée de Senna, Adriane Galisteu. "Tout ce qu’elle a pu me raconter sur Senna correspond à l’image que j’avais de lui. Il était humble et simple"

Illustration
Illustration T.M., ACM, DR et Palais princier

Un homme qui, à lui seul, a remis Monaco sur la carte du monde pour les Brésiliens. "On connaissait tous Monaco par Grace, mais je pense qu’il a joué un rôle important notamment par le côté glamour des photos de lui dans les bateaux avec sa petite copine, admet Marcos. Et on était très à l’italienne, on parlait de Monte-Carle et on a commencé à utiliser le terme “Monaco” ".

Monaco où Senna avait élu domicile sans jamais laisser l’impression de tourner le dos à son pays. "Jamais, car c’était un vrai patriote qui mettait le Brésil à l’honneur."

Un pays qui, à sa mort, a respecté d’un seul homme trois jours de deuil national.

Aujourd’hui encore, les images du Tamburello réveillent des démons. Entre chair de poule et larme à l’œil, chacun se souvient du 1er mai 1994. Saddala était à Miami et "personne n’y croyait".

Pour Luciana, "c’était le jour de l’anniversaire de ma mère, la fête s’est arrêtée". Marcos, lui, était à Lisbonne. Et les mots du commentateur brésilien résonnent encore. "Olala! Il a tapé trop fort. C’est très grave. Il est inconscient, sa tête est tombée…"

La lumière s’éteint, comme les postes de TV brésiliens. Et pour un moment. "Nous n’avions plus le goût à la F1, confirme Marcos. Douze fans japonais se sont même suicidés…"

"C’était le régal la pluie pour lui"

"Senna savait ce qu’il voulait. Il était très réservé mais n’avait peur de rien", se rappelle, nostalgique, Luciana. Elle qui collectionnait les reportages de "Magic" Senna. "Les courses de Formule 1 étaient très tôt pour nous le dimanche matin, mais je me levais." "C’était obligé pour un Brésilien!", ajoute Marcos.

Illustration
Illustration T.M., ACM, DR et Palais princier

L’artiste a réalisé 12 œuvres autour de Senna. Les premières dans les années 90 à Interlagos. Le circuit mythique du Brésil, enfin pas tant que ça… Car l’histoire d’amour entre Senna et le GP de Monaco fascinait. Autant que son record absolu ici : six victoires, dont cinq d’affilée.

"C’est un circuit unique pour les Brésiliens", confirme Sadalla. "Un dimanche de pluie, c’était toujours une image de victoire d’Ayrton Senna, » coupe Luciana. « C’est vrai, c’était le régal la pluie pour lui. Plus c’était difficile, plus il rendait la course facile", tranche Sadalla.

Une magie sublimée par son duel avec Prost. "Je n’ai pas la mémoire des dates mais j’ai cette image en tête de Prost lui mordant les mollets comme un requin", plaisante Marcos. "Ayrton Senna fait partie de notre patrimoine", résume Sadalla. Et du nôtre.


"C’est comme l’histoire de Grace, c’est unique"

Que ce soit à la Collection de Voitures du Prince à Fontvieille, ou au pied de la sculpture de Marcos Marin dans les jardins du Méridien, des inconnu(e) s continuent de déposer régulièrement des fleurs en hommage à Senna.

Senna, un prophète contemporain pour le peuple brésilien. "Les nouvelles générations connaissent très bien son histoire", assure Marcos.

D’autres Brésiliens, comme Nelson Piquet, Barrichello, Massa ou Fittipaldi ont bien suivi. Mais les premiers n’ont jamais eu son aura ou ses résultats. Le dernier, a fauté. "Il a eu des problèmes avec le Fisc, rappelle Marcos. Alors que Senna n’a jamais été corrompu".

Illustration
Illustration T.M., ACM, DR et Palais princier

"Il avait une grande éthique et il s’est toujours bagarré contre l’injustice dans l’univers de la Formule 1. Au-delà d’être un talent exceptionnel, il se bagarrait pour des questions économiques et politiques. Il avait le courage de s’opposer à des embargos."

"Il s’est bagarré contre l’injustice"

Un porte-parole dont Viviane, sa sœur, poursuit le rêve par l’intermédiaire de la Fondation Ayrton Senna, qui aide les enfants défavorisés. "Ils arrivent à faire perdurer son héritage d’une façon extrêmement élégante", note Luciana.

"Ils sont arrivés avec beaucoup de discrétion et de précaution. Viviane est elle-même discrète." "C’est une grande dame", ajoute Marcos. "Elle a une voix très respectée, même dans le cadre compliqué de la politique au Brésil. Elle se bat pour l’éducation avec des résultats, car elle a la force de Senna."

"J’ai l’impression qu’il est toujours là. Il est toujours une icône, personne ne le remplacera", conclut Luciana. "C’est comme l’histoire de Grace, c’est unique", confirme Marcos "Il n’y a rien au-dessus", confirme Sadalla. Seul Pelé rivalise.

Tous n’ont pas oublié, aussi, son combat pour la sécurité des pilotes face au développement tous azimuts des bolides.En cela, sa mort a certainement sauvé des vies.

Luciana de Montigny, entourée par l’artiste Marcos Marin et l’homme d’affaires Luis Alberto Sadalla
Luciana de Montigny, entourée par l’artiste Marcos Marin et l’homme d’affaires Luis Alberto Sadalla T.M., ACM, DR et Palais princier
Illustration
Illustration T.M., ACM, DR et Palais princier
Illustration
Illustration T.M., ACM, DR et Palais princier

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.