“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Formule E: baptême de feu pour le pilote allemand de Venturi Maro Engel dans les rues de Monaco

Mis à jour le 12/05/2017 à 08:28 Publié le 12/05/2017 à 08:25
Maro Engel : « A domicile, Venturi veut se mettre en évidence, naturellement. On est prêt à 100 %. »

Maro Engel : « A domicile, Venturi veut se mettre en évidence, naturellement. On est prêt à 100 %. » Photo FIA Formula E

Formule E: baptême de feu pour le pilote allemand de Venturi Maro Engel dans les rues de Monaco

Maro Engel, le pilote allemand de Venturi, n’avait jamais couru dans les rues de sa Principauté d’adoption jusqu’à présent. Un vide qu’il se réjouit de combler en mode électrique

C’est un clin d’œil du destin dont il se serait bien passé. Maro Engel aura donc dû attendre que Nico Rosberg tire un trait sur la Formule 1 pour voir enfin les portes du circuit de Monaco s’ouvrir devant lui.

Après avoir regardé maintes fois son sacré copain d’école tutoyer la limite volant en main dans leur jardin d’enfant, le natif de Munich, résident de longue date au pied du Rocher, prend le relais. Non pas pour partir à l’assaut du Grand Prix à bord d’une Flèche d’Argent.

Entre deux manches du fameux DTM, le championnat d’Allemagne des voitures de Tourisme où il sert les intérêts de l’étoile Mercedes, celui-ci retrouve sa deuxième famille : l’équipe du constructeur monégasque Venturi avec laquelle il a mis les doigts dans la prise de la Formule E fin 2016.


Maro, à 31ans, vous voilà enfin à l’aube de disputer votre première course dans les rues de Monaco. Mieux vaut tard que jamais...
Absolument. On peut dire que ça fait un bon bout temps que j’attends cette opportunité. (Rire)Ma seule expérience de pilote ici fut la Kart Cup.En 2000, j’avais fini 5e en ICAJunior, mais il s’agissait d’un tout autre tracé, même si certains enchaînements étaient ressemblants. Ensuite, au fil de ma carrière, j’ai pu découvrir tous les plus grands circuits, des endroits incroyables. Il ne manquait que...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct