“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Faites-nous frissonner !

Mis à jour le 24/01/2019 à 05:29 Publié le 24/01/2019 à 05:29
Au parc d’assistance de Gap, on joue des coudes pour décrocher les premières images de Sébastien Loeb dans son nouvel habit de lumière bleu Hyundai.

Faites-nous frissonner !

Entre Hautes-Alpes et haut pays niçois, l’ouverture monégasque de la chasse au chrono du WRC, avec le choc Ogier-Loeb en tête d’affiche, va enflammer les mordus de frissons mécaniques

Citroën en quête d’un effet Ogier

Pour trouver trace de la dernière empreinte de Citroën Racing au palmarès du Rallye Monte-Carlo, mine de rien, il faut faire une sacrée marche arrière. Six ans, quand même ! En janvier 2013, juste après avoir coiffé sa neuvième couronne suprême, l’ogre Loeb (DS3 WRC), devenu un intermittent du spectacle sur le front des rallyes, avait joué une prolongation victorieuse dans son jardin d’hiver.

Ensuite, la firme aux chevrons a payé cash l’absence d’un ‘‘top gun’’ au sein de son effectif. Pâle lanterne rouge (4e) du championnat constructeurs ces deux dernières saisons, elle se devait de réagir.

Adieu Kris Meeke et Craig Breen, bonjour Sébastien Ogier et Esapekka Lappi, l’espoir finlandais chipé à Toyota. Avec seulement deux voitures engagées, l’équipe conduite depuis un an par Pierre Budar vise clairement le titre pilotes. En espérant un effet Ogier immédiat. « Les sensations sont positives au volant de la C3, nous avons trouvé les meilleurs compromis possibles lors des trois jours de test spécifiques accomplis en janvier, néanmoins, c’est toujours difficile d’estimer son niveau de performance pour une première course avec une nouvelle voiture », lâche l’enfant du pays déterminé à prolonger sa série gagnante à domicile. « Je vais procéder comme je l’ai toujours fait, en faisant confiance à mon feeling. D’autant que le Monte-Carlo est un rallye qui se gagne davantage en roulant avec sa tête qu’à la limite, tant les pièges y foisonnent. »

Paroles d’expert...

Hyundai, Loeb pour enrayer la spirale

Encore raté ! En 2018, le constructeur sud-coréen a de nouveau manqué le coche, coiffé au poteau par Toyota cette fois. Même scénario, même punition pour son chef de file, un Thierry Neuville enrhumé dans le money-time par le métronome Ogier.

L’éternel lièvre belge, désormais quintuple vice-champion du monde, a-t-il laissé passer sa chance ? Chez Hyundai, également, des décisions fortes viennent d’être prises afin d’enrayer la spirale négative. Exit Michel Nandan ! Le « team principal » monégasque a été prié de céder son fauteuil à l’Italien Andrea Adamo.

Mais, bien sûr, cet hiver, on ne parle que de l’intérimaire de luxe embauché pour six manches, dont l’imminent coup d’envoi. A bientôt 45 ans, Sébastien Loeb aura un rôle stratégique important à jouer durant les mois à venir, c’est évident. Dans l’immédiat, puisque les compteurs sont à zéro, la recrue star ne va pas se priver de jouer sa carte personnelle aux commandes d’une i20 apprivoisée à la dernière minute après son retour du Dakar.

« ça va être compliqué, je n’ai que 10 bornes de notes connues, la montée du col du Turini », glisse l’illustre revenant attendu au tournant. « Tout le reste est à découvrir, comme la voiture. Pas simple à gérer. Je suis là pour marquer des points pour le constructeur, pas pour le championnat du monde. J’ai perdu en expérience avec le temps, mais l’objectif consiste à être dans le rythme. Et j’espère figurer aux avant-postes de temps en temps. » Voire plus, si affinités...

Toyota vise la plus haute marche

Abonné à la 2e place sur le podium du Monte-Carlo depuis son retour en WRC (Latvala en 2017, Tänak l’an passé), l’armada Toyota débarque aujourd’hui avec un statut de champion du monde des constructeurs qui l’autorise à lorgner la plus haute marche. Pour tenter de reconquérir le Rocher 21 ans après le précédent triomphe Toy’ signé Carlos Sainz (en 1998, au volant d’une Corolla), Tommi Mäkinen, le boss, qui en connaît un rayon (4 victoires de rang entre 1999 et 2002), s’appuie sur trois hommes d’expérience : Ott Tänak, Jari-Matti Latvala et Kris Meeke, sorti du placard afin de palier le départ de Lappi.

S’il fallait miser une petite pièce sur le nom du principal rival des ogres Ogier et Loeb, on désignerait sans aucune hésitation le sprinter estonien au teint d’endive, souvent impressionnant en 2018. « Il y a douze mois, tout était neuf alors que là, je démarre avec la même voiture et le même personnel autour de moi », souffle Tänak. « Soyez sûr que l’expérience engrangée va nous rendre meilleurs. Sur ce terrain imprévisible, on sait qu’il faut être intelligent. Moi, en tout cas , je suis plus affamé que jamais ! »

A bon entendeur...

Ford, la vie sans vedette

Sans la vedette Ogier aux manettes, difficile de croire qu’une Ford Fiesta du team M-Sport passera la troisième, dimanche après-midi, sur le quai Albert-Ier. Un seul être vous manque...

Pour le Gallois Elfyn Evans, le Finlandais Teemu Suninen et le jeune ‘‘rookie’’ suédois Pontus Tidemand, champion WRC2 sortant, la succession s’annonce délicate. Toutefois, ceux-ci disposeront d’une monture optimisée. Outre les changements aérodynamiques visibles sur la partie arrière, on note la greffe de nouvelles suspensions et une importante évolution moteur.

De quoi continuer à se battre contre des concurrents qui n’ont également pas rongé leur frein durant la coupure hivernale.

6

“Si j’avais su plus tôt que je ferai le Monte-Carlo avec Hyundai, sans doute que je ne serais pas allé faire le con dans le sable au Dakar. Le manque de préparation ici ne modifie en rien mon approche. Comme d’hab’, la priorité au départ sera de trouver le rythme sans prendre trop de risques.” SÉBASTIEN LOEB


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct