Rubriques




Se connecter à

En parade avec Ferrari, Charles Leclerc part en tête-à-queue au volant de la voiture de Niki Lauda et finit dans le mur

Ce dimanche lors d'une parade Ferrari aux côtés de Jacky Ickx, le pilote monégasque a perdu le contrôle de l'ancienne monoplace de Niki Lauda (1974) au niveau du virage de La Rascasse. Heureusement sans gravité. Sur la grille de départ, à une poignée de médias, il a expliqué les causes de sa mésaventure.

Thibaut Parat Publié le 15/05/2022 à 15:17, mis à jour le 15/05/2022 à 17:27
Charles Leclerc dans l'ancienne monoplace de Niki Lauda de 1974. Photo Cyril Dodergny

Sur la grille de départ du Grand Prix historique, Jacky Ickx console Charles Leclerc. "Ne t'inquiète pas, tu as eu de la chance !", souffle l'ancien pilote de Formule 1 au prodige de Ferrari.

Quelques minutes plus tôt, alors qu'il avalait des tours de circuit au volant de l'ancienne monoplace de Niki Lauda lors d'une parade, le Monégasque a perdu le contrôle du bolide au niveau du virage de la Rascasse, lequel s'est crashé dans le mur. Sans gravité, heureusement, pour un Charles Leclerc actuellement en tête du championnat de monde de F1.

Au micro de quelques médias, dont la chaîne gouvernementale Monaco Info, il a raconté cette mésaventure. "Dans la malchance que j'ai eue, j'ai eu de la chance car j'ai perdu les freins dans une portion assez lente du circuit. J'ai eu un peu peur car, au début, la pédale était bien dure puis elle est partie au plancher. Je savais que je ne pouvais pas faire grand chose. C'est dommage mais c'est mieux que ça arrive là que dans un autre endroit du circuit, car j'aurais pu me faire mal. En tout cas, la voiture était incroyable à conduire. J'avais de vrais bon pneus."

 

"Toute la malchance
du monde à Monaco"

Dans la foulée, Charles Leclerc a posté un message sur le réseau social Twitter, où les internautes et fans de Formule 1 s'excitaient déjà. "Quand tu pensais déjà avoir eu toute la malchance du monde à Monaco et que tu perds les freins dans la Rascasse avec l'une des voitures Ferrari les plus emblématiques de l'histoire de la F1."

Une allusion à ses différents crashs connus sur ce circuit à domicile qui, décidément, ne lui réussit guère depuis son entrée dans la catégorie reine de l'automobile.

En 2018, alors pilote de l'écurie Sauber, Charles Leclerc avait embouti la Toro Rosso de Brendon Hartley à la sortie du tunnel, après une panne de freins.

Un an plus tard, sous la tunique rouge de l'écurie au cheval cabré, le pilote monégasque avait aussi été contraint à l'abandon après avoir buté sur Nico Hülkenberg au virage de la Rascasse. Un accident mettant fin à une folle remontada et de beaux dépassements, notamment sur Lando Norris et Romain Grosjean.

 

Enfin, l'an passé, tous les espoirs de conjurer le mauvais sort semblait permis. Malgré un accident à la fin des qualifications, Charles Leclerc avait obtenu une pole position devant son public. Le dimanche de course, pourtant, un pépin technique durant le tour de mise en grille l'empêche de prendre part à la bataille du rail. Terrible. 

Gageons que cet incident sur le circuit de la Principauté soit le seul de cette année 2022 pour Charles Leclerc.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.