Rubriques




Se connecter à

Comment Charles Leclerc est devenu une égérie

Hors des circuits, le pilote multiplie les collaborations avec des marques prestigieuses dans l’univers du luxe, en prêtant son image et son aura devenue, en quelques années, mondiale.

Cédric Verany Publié le 27/05/2022 à 10:44, mis à jour le 27/05/2022 à 14:24
photos
Charles aime la mode et elle le lui rend bien. Sur le podium de l’Amber Lounge, il a toujours été en pole position des pilotes qui portent le mieux le costume. Photo archives Jean-François Ottonello

"Je suis très heureux d’annoncer qu’APM Monaco est mon nouveau partenaire. Et je suis très fier de représenter une marque monégasque avec un tel succès." En dévoilant, hier sur ses réseaux sociaux, son partenariat engagé avec la marque de bijoux APM Monaco, Charles Leclerc a confirmé une alliance qui paraît tomber sous le sens entre ces deux fiertés monégasques : la marque de bijoux créée en 2012 par Kika et Philippe Prette, qui compte 400 boutiques dans le monde, et la star des circuits.

L’aura de l’une et de l’autre devraient être bénéfiques à chacun dans ce coup marketing.

Sur les réseaux sociaux, hier, Charles Leclerc a annoncé son nouvel engagement avec la marque APM Monaco, arborant à son poignet pour la photo, quelques modèles de bracelets du joaillier monégasque. Photo APM Monaco.

Il confirme un trait de caractère du pilote vedette de chez Ferrari, qui n’a jamais caché son goût pour la mode. Tout en construisant sa carrière sportive pour devenir un sérieux prétendant au titre de champion du monde, ses bons résultats, sa belle gueule et son charisme lui ont ouvert les portes de la mode internationale, toujours intéressée de choisir de nouvelles personnalités comme étendards de leurs produits.

"Le dynamisme de sa présence"

Le créateur italien Giorgio Armani ne s’y est pas trompé en choisissant Charles Leclerc pour être égérie de sa collection sur mesure Printemps/Eté 2020. "Son visage frais et le dynamisme qui se dégage de sa présence se marient à merveille avec ma collection", avait remarqué le couturier. Des propos confirmés par la campagne publicitaire et des clichés en noir et blanc de John Balsom particulièrement réussis.

 
"Son visage frais et le dynamisme qui se dégage de sa présence se marient à merveille avec ma collection", compliment élogieux du couturier italien Giorgio Armani, qui a choisi le jeune pilote comme l’un des ambassadeurs de sa maison de couture. Photo Armani/John Balsom.

Autre partenaire du Monégasque dans le domaine du luxe, l’horloger Richard Mille, dont les équipes ont dessiné spécialement pour Charles le modèle RM 67-02. Une montre automatique et sportive avec cadran blanc et bracelet rouge, forcément ! Le bijou a gagné en popularité – sans le vouloir – en étant au cœur d’un fait divers à la mi-avril quand le pilote se l’est fait dérober à son poignet dans les rues de Viareggio, en Italie.

Prochaine étape dans l’univers de la mode ? Lancer sa marque ? Charles Leclerc en a exprimé le désir plusieurs fois. Il travaille à la conception d’une ligne de vêtements annoncée depuis 2019 à la manière de Lewis Hamilton, qui développe des collections populaires avec Tommy Hilfiger. Sa compagne Charlotte, qui a lancé Sine Créations, spécialiste de la customisation de sneakers pourrait lui être de bons conseils dans ses démarches.

"Charmant, qui ne frime pas"

Si on ne peut pas encore s’habiller de vêtements Charles Leclerc, on peut déjà rouler sous ses couleurs au volant d’un kart avec châssis floqué de ses initiales et conçu avec la maison italienne Birel ART en 2019.

Et la suite ? « Charles n’est pas du genre à rester tranquille et à ne rien faire. Il a trois idées à la minute et toujours des envies de développer quelque chose », confiait au lancement de ce kart, son oncle Thierry Manni. On peut imaginer, aussi, que le charisme du pilote passerait bien à l’écran.

 

Il y a quelques jours, la signature d’un accord avec l’éditeur de jeux vidéo EA Sports l’a propulsé ambassadeur "F12022" et en couverture de la pochette de ce jeu ultra-populaire dans l’univers du gaming.

Et pourquoi pas le cinéma aussi, alors qu’il vient de prêter sa voix au doublage de Lightyear, le prochain opus de la série Toy Story.

Charles a déjà fait l’expérience de la caméra. C’était en mai 2020 sous l’objectif de Claude Lelouch, qui l’a choisi comme héros d’un court-métrage tourné sur le circuit monégasque.

"C’est un garçon très simple, charmant qui ne frime pas. Il est très très jeune, mais il a l’expérience d’un vieux routier", notait le cinéaste qui a filmé tout ce que la profession compte d’actrices et d’acteurs. "Sa jeunesse est physique, son mental est colossal. Et il a une modestie fantastique, c’est la plus belle des qualités."

Quand les compliments viennent d’un tel maître de l’image, il ne reste qu’à les fructifier.

Avec Carlos Sainz, il donne de la voix dans le prochain Toy Story

Ils partagent déjà le même prénom. Désormais les coéquipiers de Ferrari ont un nouveau point en commun : ils ont tous les deux donné de la voix dans Lightyear, le nouvel opus de Toy Story, série de long-métrages d’animation initiée par la maison Disney Pixar en 1995.

Dans ce film, qui sortira en France le 22 juin, les scénaristes sont remontés à la genèse du héros pour raconter la vraie histoire de Buzz l’Eclair, ce ranger de l’espace attachant dans la galaxie des personnages de Toy Story.

Quelle est la place des pilotes Ferrari dans tout ça? Ils ont joué les doubleurs pour prêter leurs voix, le temps d’une journée à l’un des personnages du film.

Lequel? L’écurie Ferrari garde le mystère… La seule chose que l’on sait, c’est que Carlos Sainz, en espagnol, et Charles Leclerc, en italien, ont joué le même personnage. Réponse à la sortie du film en version italienne et espagnole.

Les pilotes de l’écurie Ferrari ont prêté leurs voix à l’un des personnages du nouvel opus des films d’animation de Disney Pixar. Carlos jouant en espagnol et Charles en italien. Photo Ferrari.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.