“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Charles Leclerc en piste au Grand Prix d'Autriche ce week-end

Mis à jour le 03/07/2020 à 16:22 Publié le 03/07/2020 à 16:25
Un an après son duel perdu in extremis contre Max Verstappen en Autriche, Charles Leclerc va-t-il réussir à prendre le taureau rouge par les cornes ?

Un an après son duel perdu in extremis contre Max Verstappen en Autriche, Charles Leclerc va-t-il réussir à prendre le taureau rouge par les cornes ? Photo AFP et DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Charles Leclerc en piste au Grand Prix d'Autriche ce week-end

Animateur hyperactif du confinement en mode virtuel, le pilote monégasque de la Scuderia Ferrari retrouve son terrain de prédilection ce vendredi. Avec un nouveau statut de leader à assumer...

Pour lui, cette saison 2020 à nulle autre pareille, sans le moindre kilomètre contre le chronomètre durant les six premiers mois, a quand même déjà été jalonnée d’un "Grand Rendez-Vous".

Une course de longue haleine? Non, un court-métrage tourné par Claude Lelouch sur le tracé du Grand Prix de Monaco, le 24 mai. Le dimanche même où aurait dû se dérouler la 78e édition d’une bataille du rail qu’il rêve de remporter le plus vite possible.

Acteur d’un jour, Charles Leclerc a coiffé d’autres casquettes tout au long de la parenthèse XXL, en attendant de ressortir du placard son heaume de nouvelle star du paddock.

Tantôt serviteur bénévole de la Croix Rouge monégasque, tantôt égérie de la marque de luxe Giorgio Armani, mais aussi, et surtout, streamer increvable qui enchaînait à toute vitesse sur sa chaîne Twitch les épreuves de simracing, en F1, GT, camion, et même tondeuse à gazon, les "battles" estampillées Fortnite ou Call of Duty, en ligne avec Pierre Gasly, Fabio Quartararo, Antoine Griezmann, Alex Albon, Lando Norris, George Russell, entre autres...

En quête de lendemains meilleurs

Ainsi, la pépite du Rocher n’a pas vraiment rongé son frein, ces derniers mois. Loin des circuits, Charles Leclerc a ajouté quelques cordes à son arc. On pourrait presque dire qu’il a tout fait... sauf ce qu’il fait le mieux.

Mais puisque la vie demeure un éternel recommencement, l’heure du nouveau départ sonne enfin au bout du tunnel virtuel.

Le vrai rendez-vous, c’est maintenant! Ce vendredi matin, seize semaines très exactement après la mise à feu australienne tombée à l’eau in extremis, le jour se lève sur sa saison 2 dans l’habit de lumière rouge Ferrari.

Depuis le terme de la précédente, ponctuée de sept pole positions et deux victoires majuscules (Belgique, Italie), beaucoup d’eau a coulé sous les ponts de Maranello.

La prolongation de contrat longue durée - jusqu’en 2024 - avait amorcé le changement d’ère avant Noël. Et l’annonce du départ de Sebastian Vettel en fin d’exercice vient de le confirmer.

Aujourd’hui plus que jamais, le Monégasque de 22 ans incarne l’avenir d’une Scuderia en quête de lendemains meilleurs. Personne ne doute qu’il possède désormais le statut de pilote numéro 1.

Le roi Hamiton et le phénomène Verstappen

Reste maintenant à s’en montrer digne. Autrement dit, à hisser le cheval cabré au sommet, à réussir là où ont échoué Alonso et Vettel, les deux derniers leaders pesant ensemble la bagatelle de six couronnes suprêmes...

Voilà douze ans que l’emblématique écurie italienne roule dans l’ombre d’une machine à gagner supérieure, Red Bull hier, Mercedes à présent. Avec le roi Hamilton d’un côté et le phénomène Verstappen de l’autre, la concurrence s’annonce encore féroce.

Un brin en retrait durant les essais hivernaux, à Barcelone, la Ferrari SF1000, qui aura l’honneur de négocier un sacré tournant, le millième Grand Prix de la Scuderia - peut-être au Mugello, le 13 septembre, comme le laisse entendre "radio paddock" -, reprendra la piste ce matin sans modification notable.

En attendant les premières évolutions techniques promises pour le GP de Hongrie (17-19 juillet), le chouchou des tifosi devra-t-il se contenter de limiter les pertes ou pourra-t-il figurer d’entrée à la pointe du combat, lors de cette étape autrichienne qui l’avait vu rater de justesse la plus haute marche du podium l’an passé (2e)?

Rendez-vous au premier virage. Là, sûr que ce ne sera pas du cinéma...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.