“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. À 48 ans, il boucle les 6 plus grands marathons du monde

Mis à jour le 06/05/2019 à 09:09 Publié le 06/05/2019 à 09:30
Entre novembre 2013 et avril 2019, Frédéric Augier a franchi la ligne d’arrivée des six marathons majeurs de la planète comme ici à Boston

Entre novembre 2013 et avril 2019, Frédéric Augier a franchi la ligne d’arrivée des six marathons majeurs de la planète comme ici à Boston Photo DR

PHOTOS. À 48 ans, il boucle les 6 plus grands marathons du monde

Natif de Monaco, Frédéric Augier est rentré à 48 ans dans le club fermé des "Six Star Finisher". Une performance réalisée après avoir terminé le Marathon de Boston, le 15 avril dernier.

"Je voulais porter haut les couleurs de la Principauté parce que j'en suis fier." Après avoir réussi ce rêve incroyable, Frédéric clame haut et fort ses racines monégasques.

Né le 20 mars 1971 au Centre hospitalier Princesse-Grace, il a grandi à Nice où sa famille habite toujours. Il a quitté sa Côte d'Azur pour la vie parisienne à cause de son travail. Frédéric est responsable Innovation. Toujours attaché au Rocher, il n'hésite pas à s’avancer: "Si j'ai une proposition de travail à Monaco, je viens sans hésiter!".

Pour ce qui est du running, tout a commencé à Nice. Sa première course a été le cross de Nice-Matin. Au départ, l'idée était de réussir au moins un marathon. "C'est un effort très intense qui nécessite de la discipline et de la ténacité. Ce sont à chaque fois 400 kilomètres que je dois courir pendant trois mois, pour me préparer. J'ai couru un premier marathon avec celui de Paris, puis j’ai fait le marathon de Nice, entre Nice et Cannes. Avec ces deux expériences, j'ai souhaité vivre celle du marathon de New York, en 2013. Quand j'ai senti l’atmosphère et la ferveur qui régnaient dans ces marathons, j'ai eu l'envie d'accomplir le circuit des six marathons majeurs".

"Je n'ai jamais voulu abandonner"

Frédéric avait une idée en tête, rentrer dans le club fermé des "Six Star Finisher", récompensant les athlètes ayant réussi ces six marathons. En six ans, le natif de Monaco a parcouru trois continents. De New York à Chicago, en passant par Berlin, Londres et Tokyo, pour finir à Boston, et n'a jamais eu le moindre doute face au mur des 42,195 km.

"Je n'ai jamais voulu abandonner. Il y a toujours des moments de doutes, de difficultés ou de douleurs, mais on profite aussi du soutien du public qui est très nombreux et très enthousiaste durant ces courses-là. On pense aussi à ses supporters et ses proches qui croient en vous et donc on va au bout. La médaille des 6 majeurs est également un moteur puissant."

Cette médaille est maintenant à lui. Son meilleur chrono a été réalisé à Londres en 2016 : 3 heures et 25 minutes. Quand on lui demande s’il devait retenir un moment de toutes ces courses, Frédéric n'hésite pas. "Je dirais Tokyo, quand j'ai vu ma fille sur le parcours. Il y avait quelque chose d’irréel de se retrouver père et fille ensemble à partager ce moment rare au milieu de milliers de Japonais."

"Mon père et mon oncle ont joué à l’ASM"

Ses parents sont également venus assister à l’extraordinaire final dans les rues de Boston. Là encore, il y a eu un clin d’œil à Monaco: "Eux aussi avaient un drapeau de Monaco pour se différencier et que je puisse les retrouver dans la foule". Ce drapeau n'est pas totalement celui de la Principauté. C'est plutôt celui de l'AS Monaco, un club qui fait partie de la vie de Frédéric.

"Mon père et mon oncle ont joué au football à l'AS Monaco. Mon oncle, Richard Laffitte, a été professionnel. Il a joué avec Michel Hidalgo, dans les années 50-60. Aujourd'hui, mon père est abonné et moi, dès que je viens, je vais à Louis-II. Dès que Monaco joue à Paris ou aux alentours, j’y suis. J'étais à Lyon, à Bordeaux et au Stade de France (Paris), pour les dernières finales de Coupe de France et de Coupe de la Ligue. En 2004, je suis même allé à Gelsenkirchen pour la finale de la Ligue des champions. On a perdu mais ça reste un souvenir fabuleux."

"Je suis passionné et poursuis mes rêves"

Frédéric a connu les belles années du club, tout en restant fidèle dans la difficulté, comme cette saison. Une persévérance qu’il s’applique à lui-même. "Je suis passionné de sports et poursuis mes rêves. J'évolue vers le trail. J'ai souvent couru le trail d'hiver et d'été de Valberg. Le mois prochain, je vais faire l'ultra-trail d'Oslo et je rêve d’en courir un autour du Mont Blanc dans les deux prochaines années. Je vise aussi l’ascension de sommets de 4.000 et 5.000 mètres". L'homme de 48 ans ne compte donc pas s'arrêter là.

Quant à la Côte d'Azur et Monaco, il ne les oublie pas. "Je continue de venir courir sur la Côte d'Azur parce qu'on a la chance d'avoir une région merveilleuse et unique. Moi qui ai beaucoup voyagé à travers le monde, je mesure ce côté unique que l'on ne voit nulle part ailleurs. Je cours sur le littoral entre Monaco et Cap-d'Ail et aussi sur Nice, sur la Promenade des Anglais. C'est un plaisir de retrouver la région où j'ai grandi. Toute ma famille vit entre Nice et Menton donc pendant les vacances, je viens avec ma femme et ma fille. On va à la foire de Monaco ou encore au port."

"Fier de représenter Monaco" 

Frédéric et Monaco, c'est comme une histoire d'amour. S’il est né à Monaco et qu'il a vécu à Nice, son « cœur est monégasque ». Le « Marathon Man » aura peut-être l'occasion de revenir très vite sur le Rocher. Lui qui a adressé une lettre au prince Albert II.

"Je voulais lui signifier la fierté que j'avais eue de représenter Monaco dans ce parcours comme je sais qu'il est passionné de sport d'endurance et d'athlétisme… J'espère qu'il y sera sensible".

Frédéric est heureux d'avoir accompli ce rêve, lui qui a le cœur rouge et blanc.


ses 6 chronos

Marathon de New-York (USA) : 3’35’’36 (3/11/13)

Marathon de Berlin (ALL) : 3’26’’52 (27/09/15)

Marathon de Londres (ANG) : 3’25’’25 (24/04/16) - record personnel.

Marathon de Tokyo (JAP) : 3’35’’58 (25/02/18)

Marathon de Chicago (USA) : 3’44’’46 (7/10/18)

Marathon de Boston (USA) : 4’07’’11 (15/04/19)

À Berlin
À Berlin Photo DR
À Tokyo
À Tokyo Photo DR
À Londres
À Londres Photo DR
À Chicago
À Chicago Photo DR
À New-York
À New-York Photo DR

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct