“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco Run : un dimanche sportif

Mis à jour le 18/02/2019 à 10:06 Publié le 18/02/2019 à 10:05
Autour du souverain hier matin, afin de donner le coup d’envoi de la course, de nombreux anciens sportifs de haut niveau - qui participeront, aujourd’hui, à la cérémonie des Laureus Awards - étaient réunis. Notamment Sergueï Bubka, Paula Radcliffe, Cathy Freeman, Mike Horn ou Fabian Cancellara.

Monaco Run : un dimanche sportif

Trois courses, deux records du monde, une marche contre le cancer du sein... Hier, la journée athlétique et caritative a rassemblé près d’un millier de participants

Chacun son rythme : le sprint, l’endurance ou la promenade... la Monaco Run courue, hier matin, en Principauté a fait dans la diversité. Pour son édition 2019, la course orchestrée par la Fédération monégasque d’athlétisme (FMA) a fait peau neuve. S’étalant d’abord sur le week-end avec une course de mille mètres samedi ouverte au jeune public. Puis en proposant de nouveaux formats hier.

Outre la marche caritative Pink Ribbon [lire par ailleurs] conservée en l’état, ce sont deux nouvelles épreuves qui attendaient les coureurs. Un city trail de dix kilomètres dans les rues de Monaco couru aux premiers rayons de soleil. Et un inédit cinq kilomètres sur route, où il fallait faire preuve de rapidité.

Moins d’un quart d’heure après le coup d’envoi donné par le prince Albert II, l’athlète franco-suisse Julien Wanders franchissait la ligne d’arrivée en treize minutes et vingt-neuf secondes, renversant le record mondial. Même tarif dans la catégorie féminine pour la Néerlandaise Sifan Hassan, elle aussi record du monde en quatorze minutes et quarante-quatre secondes.

Le city trail plébiscité

« C’était une opportunité dans le calendrier des compétitions et nous sommes très satisfaits », se réjouit Didier Boinon, en charge de l’organisation de la Monaco Run. La FMA s’est associée pour la première fois cette année à la fondation Laureus - qui remettra ses prix annuels à des sportifs de haut niveau, ce soir, en Principauté - afin de donner plus d’emphase au rendez-vous.

Une collaboration qui a permis l’élaboration de nouveaux formats de compétition, même si la participation n’a pas été record. Entre samedi et dimanche, un millier d’athlètes ont pris part aux diverses compétitions. « Le nombre de participants, c’est un petit bémol dans notre satisfaction, mais ce n’est pas simple de trouver des dates. En tout cas, nous avons vu ce que l’on peut faire et où nous voulons aller à l’avenir », continue Didier Boinon. En mettant l’accent notamment sur le city trail. « Nous avons eu d’excellents échos des participants. Ce circuit a engendré de grosses difficultés pour nous à le mettre en place, mais nous avons vu qu’il n’y a pas eu de souci pendant la course. Pour l’an prochain, nous avons beaucoup d’idées, des nouveautés à faire évoluer et j’espère étoffer l’épreuve du city trail ».

Avis aux amateurs, il reste une année pour s’entraîner.

Elle a le sourire Natasha Frost. La présidente de Pink Ribbon Monaco a mobilisé, hier, plus de trois cents personnes pour sa marche en rose afin de lutter contre le cancer du sein. Et de mettre en avant le dépistage et la prévention. Des femmes, des hommes, des enfants dans un cortège voulu joyeux et positif.

« Cette mobilisation, ça nous met du baume au cœur par rapport à l’an dernier », souligne la présidente. La huitième édition de la marche a été accompagnée par un soleil radieux hier matin, alors qu’une pluie battante avait douché nombre de bonnes volontés en 2018. Cette année, la marche Pink Ribbon, en marge de la Monaco Run, éprouvait un nouveau parcours. Une promenade de Monaco-ville à Monte-Carlo avec tee-shirt rose de rigueur, perruques pailletées et cornes de licorne pour les plus audacieux.

« En huit ans, nous pouvons dire maintenant que les Monégasques se sont approprié cette marche qui est devenue un rendez-vous dans le calendrier de la Principauté. C’était notre objectif, comme celui de mélanger des gens de divers horizons pour créer un melting-pot autour de notre mouvement », poursuit Natasha Frost.

La présence en tête de cortège du président du Conseil national, Stéphane Valeri ; du conseiller de gouvernement pour les Affaires sociales et la Santé, Didier Gamerdinger, et de l’adjoint au maire, Jacques Pastor, montre aussi l’engagement des pouvoirs publics dans ce combat.

« Au ratio du nombre d’habitants, Monaco est un des pays au monde où la prévention contre le cancer du sein fonctionne le mieux avec le dépistage pratiqué par les femmes. Ce que nous espérons aujourd’hui, avec les pouvoirs publics, est de continuer dans cette voie, en développant les campagnes de dépistage pour garder ce ratio ».

Course phare de la « Monaco Run », l’épreuve des cinq kilomètres a rassemblé de nombreux sprinteurs hier.
Course phare de la « Monaco Run », l’épreuve des cinq kilomètres a rassemblé de nombreux sprinteurs hier. Cyril Dodergny
Sur la ligne d’arrivée, la Néerlandaise Sifan Hassan bat le record du monde en 14 minutes 44 secondes.
Record du monde pour l’athlète franco-suisse, Julien Wanders, en catégorie Elites hommes, qui a couru en 13 minutes et 29 secondes les 5 kilomètres de la Monaco Run.
Tenue rose de rigueur pour les marcheurs de la « Pink Ribbon » pour lutter contre le cancer du sein.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct