“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"La plus belle course de ma vie" de l'Herculis de Monaco

Mis à jour le 08/07/2016 à 09:00 Publié le 08/07/2016 à 08:57
En 2014 à Monaco “PML” remportait le 110m haies en passant sous les 13 secondes.

En 2014 à Monaco “PML” remportait le 110m haies en passant sous les 13 secondes. Photo C. Dodergny

"La plus belle course de ma vie" de l'Herculis de Monaco

Pascal Martinot-Lagarde, 24 ans, sera l’une des têtes d’affiche d’Herculis à Monaco

Entre blessures et ambitions, le hurdler Pascal Martinot-Lagarde qui a les JO de Rio en ligne de mire s’est confié à Nice-Matin. Il sera présent au meeting Herculis. Que de bons souvenirs pour lui.

Comment va votre dos ?
Beaucoup mieux, même s’il m’a laissé des séquelles durant ma préparation. J’ai encore quelques douleurs, mais pas assez pour m’empêcher de courir.

Vous avez remporté l’Herculis en 2014. Ce meeting est-il particulier ?
Bien sûr. C’est pour moi la plus belle course de ma vie, que ce soit dans l’émotion ou dans la performance. C’est indescriptible. C’était la première fois que je passais sous les 13 secondes (PLM est recordman de France du 110 m haies). Et le public avait été extraordinaire.

Quels seront vos objectifs ?
D’abord retrouver les cadences qui étaient les miennes avant mes blessures. Il faut absolument que je me rapproche des 13 secondes. Je vais tout donner, me battre, et essayer de retrouver une victoire en Diamond League parce que ça fait trop longtemps.

Vous terminez 6e des championnats de France et n’êtes donc pas sélectionné pour les Europe (du 6 au 10 juillet). Que se passe-t-il dans la tête à ce moment-là ?
Je savais dès la fin de ma course que je n’irais pas aux Championnats d’Europe. Ma 6e place ressemble plus à un abandon, j’ai fait de grosses erreurs. Mais je pense l’avoir plutôt bien digéré. Si je n’obtenais pas ma qualification pour les JO, là ce serait beaucoup plus difficile pour moi de m’en remettre.

Le 2 juin à Rome, vous réalisez les minima pour Rio en 13’’29. Pourtant vous n’êtes pas assuré d’y participer (seulement 3 places pour 4 Français). Dans quel état d’esprit êtes-vous ?
Il faut juste jouer le jeu et respecter les règles. Ma place se joue surtout avec Aurel Manga pour le troisième billet. Il ne faut pas remettre en cause les sélections de Dimitri Bascou et Wilhem Bélocian, respectivement champion et vice-champion de France. Je me suis planté, je ne peux m’en prendre qu’à moi-même.

Justement cette course contre la montre pour Rio ne vous empêche-t-elle pas de courir libéré ?
C’est sûr que c’est impossible de courir libéré. J’ai essayé après les Championnats de France, mon corps ne répondait plus.
La déception était si importante que dans cet état d’esprit-là, il était impossible de sortir de belles courses. Honnêtement, actuellement, j’ai plus de chances de faire une médaille aux Jeux Olympiques que de taper un 13 secondes 20 avant l’annonce des athlètes français sélectionnés le 11 juillet prochain.

Vous avez axé votre préparation pour être en forme aux JO. Regrettez-vous cette stratégie ?
Non, je continue de penser que c’était la bonne décision. Mais je me suis blessé. J’ai voulu revenir trop vite, et tout s’est très mal enchaîné. Ma rechute à Eugene m’a gâché les trois meetings d’après. Puis aux France, j’avais les jambes, mais j’ai raté la course qu’il ne fallait pas rater.
C’est comme ça.

Que représente les JO ?
Ce serait mes premiers Jeux, donc l’accomplissement d’un rêve. Je suis très ambitieux, les JO représentent une avancée de carrière fantastique. Je suis champion d’Europe, et vice-champion du monde. Je suis donc potentiellement médaillable. Si je suis sélectionné, je vous assure, je donnerai tout.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct