Début des championnats du monde du Spartan Race en Grèce ce vendredi pour l'athlète monégasque Manon Poyard

Ce vendredi en Grèce à Sparte, l’athlète monégasque débute ses championnats du monde du Spartan Race. Trois jours qui s’annoncent d’une intensité extrême.

Article réservé aux abonnés
Adrien Santucci Publié le 04/11/2022 à 12:00, mis à jour le 04/11/2022 à 11:49
Manon Poyard représentera Monaco en Grèce, tout le week-end, dans la catégorie sportive, la « Spartan Race », un mélange de crossfit et de trail. Photo Sportograf

Elle est tombée dans le sport dès le plus jeune âge. Manon Poyard représentera aujourd’hui et pour tout le week-end la Principauté de Monaco à l’occasion des championnats du monde du Spartan Race en Grèce. La pensionnaire du Rocher a réussi à s’y qualifier grâce à des bonnes performances à Abu Dhabi, à Morzine, et par deux fois à St-Raphaël. Elle est arrivée mercredi en fin d’après-midi à Sparte avec ses parents, et a participé hier à la cérémonie d’ouverture.

L’exemple est venu d’un papa extrêmement sportif à travers la moto, l’Ironman, mais aussi des centaines de marathon.

Il ne faut donc pas chercher plus loin pour comprendre d’où lui vient cette passion. A 25 ans aujourd’hui, elle compte bien savourer ce moment particulier qu’elle va vivre pour la première fois de sa carrière. Avant ça, plus jeune, elle est passée par l’équitation et la danse. Elle s’est mise au Crossfit il y a deux ans de cela.

Un dépassement de soi physique et mental

Pour cette dernière, il s’agit d’une discipline forcément à part avec ce mélange de Crossfit et de Trail: "C’est avant tout du dépassement de soi, c’est quelque chose de très physique. Il faut être complet, savoir faire de l’haltérophilie, de la gym, soulever des poids, marcher sur les mains. En bref il faut être bon dans tout et c’est ça qui m’a plu."

L’athlète monégasque disputera trois courses aujourd’hui, demain et dimanche. La première de 5 km avec 20 obstacles, la seconde de 10 km avec 25 obstacles, et la dernière s’apparente à un semi-marathon avec 21 km et 32 obstacles. Sans oublier 800 mètres de dénivelé positif.

A chaque obstacle, il y a un seul essai, et si ce n’est pas réussi, il y a des pénalités avec 30 burpees à effectuer avant de pouvoir repartir. D’autres comme les murs verticaux se doivent d’être obligatoirement franchis pour continuer, et les essais sont illimités. Avec, au total, pas moins de 2.000 participants à affronter, la marche s’annonce très haute.

"Être finisher représenterait une véritable satisfaction"

Forcément pour Manon Poyard l’objectif n’est pas de décrocher un podium ou autre, mais de finir fière: "Le niveau sera vraiment très relevé, donc mon objectif c’est donner le maximum. Je dois être régulière durant ces trois courses. Ne pas tout donner le premier jour pour après ne plus en pouvoir. Je veux améliorer mes propres temps, et être finisher représenterait une véritable satisfaction."

C’est tout le mal qu’on peut souhaiter à celle qui dispose d’un Master 2 dans le business international et qui souhaite trouver un poste dans l’événementiel sur Monaco.

Sans pour autant laisser de côté sa folle passion pour le sport, puisqu’il sera toujours question de s’entraîner encore deux fois par jour avec un seul repos dans la semaine.

 

La Spartan Race: qu’est-ce que c’est?

Il s’agit d’une course jalonnée d’obstacles naturels, comme des rivières, des cours d’eau.

Il y a également de nombreux obstacles de type fitness où il faut grimper des murs, porter des poids. C’est assez divers et varié.

Si des obstacles ne sont pas franchis, des pénalités sont infligées. Il s’agit d’un mélange de Trail et de Crossfit, où le cœur de l’enjeu se trouve dans le dépassement de soi, que ce soit mentalement ou physiquement.

 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.