“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Vous avez jusqu'au 6 janvier pour découvrir le pop-art de Wesselmann à Monaco

Mis à jour le 28/12/2018 à 10:58 Publié le 28/12/2018 à 08:21
Le public peut venir découvrir les œuvres du maître américain du Pop Art disparu en 2004.

Le public peut venir découvrir les œuvres du maître américain du Pop Art disparu en 2004. Photo Jean-François Ottonello

Vous avez jusqu'au 6 janvier pour découvrir le pop-art de Wesselmann à Monaco

Les œuvres de l’Américain, qui expriment les états du désir, sont visibles jusqu’au 6 janvier à la Villa Paloma, où l’entrée est gratuite tous les jours en cette fin d’année

C’est un petit cadeau de Noël dans la durée. À l’occasion des fêtes de fin d’année, le Nouveau Musée National de Monaco a choisi d’offrir l’entrée à tous ses visiteurs curieux de découvrir l’exposition consacrée à Tom Wesselmann.

On y découvre le travail de l’artiste américain, figure du Pop Art disparu en 2004. Un maître dans l’art du nu qui joue sur la progression des états du désir sur ses toiles réunies par le commissaire Chris Sharp, sous un titre évocateur: "la promesse du bonheur", emprunté à Stendhal.

Traduction du désir

Une promesse audacieuse sur les murs de la Villa Paloma où le parti pris a été de mettre en scène vingt-six œuvres piochées dans la production de l’artiste entre 1963 et 1993 pour raconter la progression d’un désir. Notamment via ses "grands nus américains", passés référence de la discipline.

Pas à pas, sensation après sensation. Il n’y a ni chronologie, ni envie de rétrospective dans cette présentation: seule compte la façon dont l’artiste a traduit sur sa toile, en peinture ou en collage, la montée du désir dans un corps qui se dévoile, se montre et touche l’extase.

Le corps est comme un totem, avec un érotisme qui s’équilibre entre suggestion et nudité crue. Les toiles s’attardent sur un détail. Une jambe, un sein, un pied ou une volute de fumée d’une cigarette qu’on imagine allumée après l’amour.

L’ensemble vaut le détour jusqu’au 6 janvier, avant que la Villa Paloma ne ferme ses portes pour préparer ses rendez-vous de 2019.


Savoir +
Jusqu’au 6 janvier, tous les jours de 10 heures à 18 heures à la Villa Paloma. Accès libre.


La suite du direct