“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Volée il y a 17 ans, comment cette toile de "grande valeur patrimoniale" est de retour sur le Rocher

Mis à jour le 21/03/2017 à 16:22 Publié le 21/03/2017 à 16:20
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Volée il y a 17 ans, comment cette toile de "grande valeur patrimoniale" est de retour sur le Rocher

Dérobée en 2000, une œuvre de Tinayre a été aperçue en vente aux enchères. Après enquêtes, le tableau a été récupéré et rendu au Musée océanographique

L'histoire finit bien, mais comme toutes les histoires policières, elle démarrait mal.

Le 16 décembre 2000, le musée d'histoire naturelle de Livourne en Italie était cambriolé dans la nuit. Le voleur s'échappe avec trois œuvres, dont une toile de Louis Tinayre, que le Musée océanographique avait prêté pour une exposition. Une œuvre des collections patrimoniales, disparue dans la nature.

Quatorze ans plus tard, au détour d'un catalogue de vente aux enchères, les équipes du musée voient passer l'œuvre promise à être cédée au marteau à Marseille. C'est le début d'une enquête internationale qui va prendre trois ans.

"Nous avons démarré par une négociation à l'amiable mais la personne en possession de ce tableau volé faisait la sourde oreille", explique Robert Calcagno, directeur des lieux.

Interpol sur le coup

En novembre 2015, une plainte est alors déposée. Permettant aux équipes d'Interpol d'agir pour retrouver l'œuvre, constater qu'il s'agit du tableau volé, et le rendre à son propriétaire. Une « coopération internationale de la police », souligne Richard Marangoni, directeur de la Sûreté publique qui a procédé à la réception de la toile remise par les autorités des carabinieri de Gênes, qui enquêtaient sur sa disparition depuis la dérobade de Livourne en 2000.

« Cette toile a une grande valeur patrimoniale pour nous », poursuit Robert Calcagno. Louis Tinayre, en effet, a illustré nombre de campagnes du prince Albert-Ier. « Ils ont collaboré pendant douze ans, c'était un peintre de qualité, un peu touche-à-tout », continue le directeur de l'Institut océanographique, qui espère organisé une grande exposition rétrospective sur le travail de l'artiste, disparu en 1942.

Pour l'heure, la petite toile (20x30 cm) va retrouver les collections patrimoniales du Musée océanographique, dans le lot des 151 dessins originaux de Tinayre illustrant l'autobiographie du prince Albert-1er publiée en 1914. Le conseil d'administration de l'établissement, qui doit se réunir ce mercredi, entérinera son retour.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.