“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un mécénat monégasque pour l’École du Louvre

Mis à jour le 26/06/2020 à 20:55 Publié le 26/06/2020 à 20:48
Dans le bureau du ministre de la Culture, Franck Riester, le 8 juin dernier à Paris, Majid Boustany et la directrice de l’École du Louvre, Claire Barbillon, ont acté ce mécénat.

Dans le bureau du ministre de la Culture, Franck Riester, le 8 juin dernier à Paris, Majid Boustany et la directrice de l’École du Louvre, Claire Barbillon, ont acté ce mécénat. Photo EDR/Mathilde Ledur

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un mécénat monégasque pour l’École du Louvre

Majid Boustany, fondateur de la Fondation Bacon, devient l’unique mécène de l'école française pour financer un ambitieux programme de rénovation et la création de nouveaux espaces.

C’est inédit! En devenant mécène de l’École du Louvre, Majid Boustany vient d’acter le plus important soutien jamais alloué à une institution d’enseignement du ministère de la Culture français.

La fondation monégasque est désormais l’alliée de l’établissement parisien pour un projet singulier de rénovation de plusieurs équipements de l’école.

"Je souhaite que ce grand projet apporte à cette prestigieuse école un atout stratégique essentiel pour son futur rayonnement national et international", détaille Majid Boustany. Celui-ci parle de cette collaboration unique comme du plus important engagement depuis le lancement de la Fondation Francis Bacon à Monaco en 2014.

Le projet a été présenté le 8 juin dernier, rue de Valois, au ministre de la Culture français, Franck Riester.

Un ancrage dans la vie parisienne

Le ministre français se félicite, dans un communiqué, "que l’action de mécénat de Majid Boustany [ait] rendu possible ce futur projet. L’évolution de l’École du Louvre est une chance pour ses étudiants, ses chercheurs, ses professeurs et pour ce lieu au cœur de notre patrimoine".

À l’heure où, un peu partout dans le monde, l’économie de la culture souffre des effets de la crise liée à la pandémie de Covid-19, l’engagement est important, misant notamment sur l’avenir de cette institution parisienne.

"Ma décision de financer cet ambitieux programme vient également de ma passion pour le plus francophile des peintres anglais: Francis Bacon. Celui-ci était un visiteur régulier des musées parisiens et notamment du musée du Louvre", complète Majid Boustany.

Depuis sa création en 2014, la fondation dédiée à Francis Bacon, qu’il a créée en Principauté, concentre la quintessence des archives et des écrits liés au peintre anglais.

L’alliance avec la prestigieuse École du Louvre ancre aujourd’hui davantage la fondation dans la vie culturelle parisienne. Et plusieurs plaques apposées sur les murs de l’école située au cœur du palais du Louvre à Paris devraient rappeler ce mécénat.

Un mécénat entamé dès 2016 par un premier partenariat. La Francis Bacon MB Art Foundation a, en effet, attribué à l’époque une première allocation de recherche à un élève doctorant de troisième cycle de l’école, dont les travaux portent sur Francis Bacon ou ayant un lien direct avec l’artiste britannique.

Cette bourse de recherche, d’un montant global de 30.000 euros, correspond à un versement annuel de 10.000 euros pendant trois ans. Une deuxième bourse sera décernée fin 2020.

Un soutien de plus de 2 millions d’euros

Le mécénat exceptionnel acté pour soutenir le projet "École du Louvre 2021" est aujourd’hui de plus de deux millions d’euros. Une somme pour un vaste chantier de développement comprenant une reconfiguration de 1.300 mètres carrés sur les 5.000 mètres carrés de l’établissement dans l’aile de Flore au palais du Louvre.

La bibliothèque sera réaménagée et optimisée, ainsi que les services documentaire et informatique; et la cafeteria, voulue comme un lieu d’échange et de convivialité. L’école se dotera également d’un centre de recherche pour renforcer et coordonner les travaux menés par les étudiants en général, et les 70 doctorants en particulier.

"Un tel projet n’aurait pas vu le jour sans le soutien d’un mécène, admet Claire Barbillon, directrice de l’école. Si l’école bénéficie de locaux exceptionnels réaménagés en 1998, de nouveaux et impérieux besoins se sont fait sentir, liés à la croissance même de l’école, aux évolutions pédagogiques, aux transformations des pratiques étudiantes."

La fin des travaux est programmée pour le deuxième semestre 2021.


Une institution culturelle française

Pour les néophytes, l’École du Louvre est un des plus prestigieux établissements d’enseignement supérieur français, placé sous l’autorité du ministère de la Culture, qui dispense des cours d’histoire de l’art, d’archéologie, d’épigraphie, d’histoire des civilisations, d’anthropologie et de muséologie.

Fondée en 1882, l’école, qui accueille chaque année 1.800 élèves, est installée au sein du palais du Louvre, épicentre de la culture française. Elle a structuré ses enseignements en trois cycles ainsi que des classes préparatoires aux concours de conservateur du patrimoine et de restaurateur du patrimoine.

L’école est aussi une référence dans le monde de la culture. Elle a eu comme élèves de futurs artistes, créateurs en tout genre, stylistes, écrivains. Parmi les noms souvent cités, ceux d’Agnès Varda, Arman, Louise Bourgeois ou Hedi Slimane y ont fait leurs classes.

C’est aussi à l’École du Louvre que s’est formé Björn Dahlström, le prochain directeur du Nouveau Musée National de Monaco, en avril 2021.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.