“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

PHOTOS. Découvrez l'atelier des dernières productions de Jean-Michel Folon à Monaco

Mis à jour le 07/03/2017 à 13:27 Publié le 07/03/2017 à 05:14
La table de dessin de l’artiste, telle qu’elle était disposée lorsqu’il travaillait dans l’atelier.

La table de dessin de l’artiste, telle qu’elle était disposée lorsqu’il travaillait dans l’atelier. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

PHOTOS. Découvrez l'atelier des dernières productions de Jean-Michel Folon à Monaco

L'espace sur le quai Antoine-1er, où l'artiste belge a travaillé jusqu'à sa mort en 2005, devient un lieu de visite et de rencontres qui respire de l'âme, des œuvres et des souvenirs de Folon

Dans un monde parallèle, il pourrait débarquer dans un coin de la pièce, son sourire aux lèvres. Après tout, il est inscrit sur la porte « agence de voyages imaginaires ». Le lieu est intact. Tel qu'il l'avait laissé ou presque. Jean-Michel Folon est parti un soir d'automne il y a bientôt douze ans, mais la vie est encore là dans son atelier du quai Antoine-1er.

Ce lieu qu'il occupa pendant près de vingt ans, où il dessina sur sa grande table de travail pointant vers la Méditerranée.

Après une période de sommeil, l'atelier devient aujourd'hui un espace que l'on visite, selon le souhait de la Fondation Folon. Et de sa veuve Paola, qui a aussi porté le projet jusqu'à sa disparition.

Intimité

« Nous avions la volonté de garder ce lieu, de l'ouvrir au public pour diffuser l'énergie qu'il contient », souligne Stéphanie Angelroth, qui dirige en Belgique la Fondation Folon. À Monaco, l'entité a créé une association pour permettre administrativement l'occupation de l'atelier, mis à disposition par le gouvernement. « Nous voulions conserver l'ambiance. Le tablier posé sur une chaise est le sien. Comme sa collection de lunettes, ses pinceaux et autres objets du quotidien. De façon à ce que les visiteurs entrent dans l'intimité de l'artiste ».

Pari réussi dans ce lieu cosy où fourmillent les œuvres de l'artiste. Sculptures, aquarelles ou objets insolites, comme un courrier de Woody Allen avec qui il avait collaboré pour une émission du Grand Échiquier au début des années 80. Des guides formées pour faire découvrir l'atelier distillent à discrétion ces anecdotes. L'atelier monégasque s'inscrit en complément du musée belge que l'artiste imagina de son vivant. « Et nous continuerons à nourrir le lieu d'œuvres pour montrer toute la palette du travail de Jean-Michel Folon, qui a abordé énormément de techniques au cours de sa vie », promet Stéphanie Angelroth. Les premiers visiteurs sont attendus cette semaine.

Né à Bruxelles en 1934, Jean-Michel Folon a laissé une empreinte protéiforme dans l'histoire de l'art. Aquarelliste, sculpteur, illustrateur… ce touche-à-tout a mis son sens artistique à profit, développant sa renommée internationale.

Pour une génération, il est le père des génériques d'animation d'Antenne 2 dans les années 80. Mais sa signature reste celui de ce bonhomme onirique, coiffé d'un chapeau, parfois entouré d'oiseaux qu'il mettra en scène toute sa carrière sur divers supports. Une production exhaustive que l'on retrouve dans sa fondation-musée, qu'il a lui même imaginé à La Hulpe, en Belgique, et qu'il a inauguré en 2000.

Folon s'installe avec son épouse Paola en 1983 en Principauté. Sûrement attiré, comme tant d'artistes avant lui par la lumière particulière de la Riviera.

Son héritage est encore visible avec La Fontaine aux oiseaux sur la place de la Visitation ou les vitraux créés pour le Monte-Carlo Bay et la chapelle des Carmes.

L'un des derniers grands projets de sa vie a été la restauration avec soin d'un vieux yacht en bois, qu'il baptisa « Over the rainbow ». Juste avant de s'envoler vers les nuages le 20 octobre 2005.

Photo Jean-François Ottonello
Photo Jean-François Ottonello
Photo Jean-François Ottonello
Photo Jean-François Ottonello
Photo Jean-François Ottonello
Photo Jean-François Ottonello

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.